GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le médecin de Donald Trump écarte toute «spéculation» sur une douleur à la poitrine
    • Hong Kong: les manifestants cernés dans le campus doivent se rendre (cheffe de l'exécutif)
    • La Chine dit être la seule à pouvoir statuer sur la Constitution de Hong Kong (porte-parole du Parlement)

    A la Une: la campagne des régionales

    AFP

     

    « La politique malgré tout », s’exclame La Croix. « Avec la campagne officielle pour les élections régionales qui débute aujourd’hui, la politique reprend le dessus. Faut-il s’en offusquer, une semaine tout juste après les tragiques événements qui viennent de se produire à Paris et en région parisienne ? Non, répond le quotidien catholique.[…] Après tout, ce qui distingue la démocratie du totalitarisme, c’est l’acceptation des clivages et la culture du débat. »Mais, relève encore La Croix, « encore faut-il que le personnel politique soit à la hauteur. La pire des réponses au terrorisme serait de se complaire dans une dégradation du débat politique en surenchère de petites phrases et d’anathèmes, comme l’Assemblée nationale en a donné la triste figure, la semaine passée. La mémoire des 130 victimes oblige les hommes politiques. »

    « Ce qui doit nous préoccuper, pointe Libération, c’est le score que réalisera l’abstention, promise encore il y a peu à des records. Car même s’il s’agit d’un scrutin local qui peut paraître loin de la tragédie que nous traversons, nous pourrons y lire ce qu’il reste de confiance dans la parole politique. Et ce ne sont pas les gesticulations outrancières qui vont contribuer à lutter contre cette tendance qui fait évidemment le jeu de l’extrême droite. La responsabilité des politiques se lira d’abord dans leur capacité à amener leurs électeurs à voter. »

    Sud Ouest fait le point sur les forces en présence…« La droite de Nicolas Sarkozy ne veut pas faire une seconde fois à François Hollande le cadeau de l’union nationale, mais elle est elle-même divisée entre ceux qui la prônent comme Alain Juppé et ceux qu’elle agace comme l’ancien président. A gauche, le “virage sécuritaire” amorcé par le chef de l’Etat dans son discours au Congrès a été largement avalisé par les parlementaires de tous bords, mais il a du mal à passer auprès de certains qui préfèreront toujours la liberté pour quelques-uns, fussent-ils dangereux, à la sécurité pour tous. Ce qui donne une situation très différente de celle qui prévalait en janvier. Après Charlie-Hebdo, le monde politique était uni, mais les Français divisés. Après le Bataclan, les Français sont rassemblés, mais la classe politique se désunit. »

    Le Courrier Picard s’interroge : « va-t-on reprendre là où l’on s’est arrêté, avec un FN en tête, une droite en outsider et une gauche aux abois ? Peut-être. Pour autant, la donne a changé. Parce que le ton de la campagne va nécessairement changer. La guerre des chefs n’amuse plus et paraît bien futile au regard du traumatisme qu’a vécu le pays. À eux de se mettre au diapason. »

    Et finalement, pointe L’Union, « les pronostics vont bon train autour de cette question qui fâche, car teintée de cynisme : à qui vont profiter les attentats ? Cynique donc, déplacée même, mais il faut bien admettre que l’interrogation est sur toutes les lèvres une semaine après les attaques qui ont ensanglanté la capitale. […] En clair, la question est maintenant de savoir qui va l’emporter entre le “raz-de-marée frontiste” sur fond d’islamophobie et la “remobilisation de l’électorat de gauche” sur fond de sursaut républicain ? Réponse le 13 décembre. »

    Quelle stratégie mondiale contre Daech ?

    Sur le front de la lutte contre le terrorisme, le combat s’organise au niveau mondial. « La véritable guerre mondiale contre Daech commence maintenant, s’exclame Le Figaro. Sous le choc des derniers attentats, la France, les Etats-Unis et la Russie ont intensifié leurs frappes aériennes en Syrie, mais chacun sait que cela ne suffira pas. La séquence qui s’ouvre place François Hollande en première ligne pour mettre sur pied une coalition unie dotée d’un nouveau plan de bataille. Après avoir reçu David Cameron ce lundi, le chef de l’Etat s’entretiendra avec Barack Obama à Washington mardi, accueillera Angela Merkel à Paris mercredi puis rencontrera Vladimir Poutine à Moscou jeudi. Ce conseil de guerre étalé sur une semaine doit absolument amener le monde civilisé, estime Le Figaro, à surmonter ses rivalités et ses réticences derrière une cause commune : venir à bout de la bande de barbares qui martyrise les peuples du Moyen-Orient et tente de terroriser les nations occidentales. »

    Alors « quelle stratégie pour battre Daech ? », s’interroge Le Parisien en première page.« Touchée en plein cœur, la France se donne les moyens militaires de riposter en liaison avec la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis et les forces russes. »Toutefois, tempère le journal, « selon les experts du Moyen-Orient, il serait illusoire d’imaginer que le groupe Etat Islamique va s’écrouler en quelques semaines. Même s’il a connu quelques échecs sur le terrain dernièrement, Daech reste bien implanté sur un territoire vaste comme la Grande-Bretagne, à cheval entre l’Irak et la Syrie. Ses combattants sont aguerris et mobiles. Ils ont appris à se fondre dans la population et à cacher leurs armes. Côté finances, ils perçoivent toutes sortes de taxes et d’impôts et s’enrichissent grâce aux différents trafics avec l’Irak et la Turquie. Bref, la guerre sera longue, prévient Le Parisien. Et l’emploi du mot “éradiquer” par les officiels français à propos de cette organisation hybride – à la fois embryon d’Etat et nébuleuse terroriste – paraît présomptueux à ce stade. »

    Intervention au sol ?

    Le conflit sera donc long et complexe, renchérit Le Journal de la Haute-Marne : « l’élimination de Daech est une nécessité. Mais les moyens tiennent encore de l’inconnue. Les frappes de la coalition internationale sont nécessaires. Il serait pourtant utopique de penser qu’elles règleront, seules, le problème, pointe le quotidien champenois. Jean-Yves Le Drian a évoqué, hier, une intervention au sol, qui elle seule pourra permettre d’aller chercher les terroristes dans leur antre pour les neutraliser. Se poseront alors d’autres questions. Par exemple celle de la stabilité de pays comme la Syrie, qui pourraient très vite à nouveau sombrer dans le pire, faute d’une transition politique solide. »

    Il y a donc deux fronts, rappelle La Charente Libre, « extérieur et intérieur, avec des mesures d’exception essentiellement destinées à protéger les Français d’une récidive terroriste. Après le soutien quasi-total à l’état d’urgence, la question se posera rapidement de son articulation avec l’intensification des combats qui se profilent sur le terrain syro-irakien. Car avec la perspective d’une guerre très longue, c’est aussi celle des rigueurs d’un état d'urgence à rallonge qui se dessine. »

    En tout cas, pas d’illusion de grandeur, conclut La Montagne : « en ces temps d’union sacrée qui risquent de porter à l’incandescence une certaine fierté nationale, il faut savoir raison garder. L’efficacité de la lutte contre Daech en Syrie et en Irak dépend plus d’un bon accord Obama-Poutine, et de la façon dont ils sauront mobiliser vraiment les pays sunnites du Golfe, que de tous les talents diplomatiques du président français. »

     


    Sur le même sujet

    • France / Politique

      Attentats à Paris: unité nationale, campagne des régionales suspendue

      En savoir plus

    • France

      Régionales: la gauche divisée, la droite unie et le FN en embuscade

      En savoir plus

    • France / Elections régionales

      Manuel Valls: «Ce serait un drame que le FN gagne une région»

      En savoir plus

    • France / Belgique

      Attentats à Paris: l’enquête progresse, la France riposte en Syrie

      En savoir plus

    • Invité France

      France: le ministre de l’Intérieur lance un plan contre le trafic d'armes

      En savoir plus

    • France / Politique

      France: l'unité écornée du parti Les Républicains réuni à La Mutualité

      En savoir plus

    • France

      France: l’autorité selon Manuel Valls mise à l’épreuve à Moirans

      En savoir plus

    • France

      France: la gauche et les espoirs douchés de la communauté musulmane

      En savoir plus

    • Politique française / Nicolas Sarkozy

      Sarkozy: «il n’y a plus d’autorité de l’Etat» en France

      En savoir plus

    • Attentats / Paris

      France: les demandes de formation aux premiers secours affluent

      En savoir plus

    • France/Terrorisme

      La police diffuse la photo du troisième kamikaze du Stade de France

      En savoir plus

    • Géopolitique, le débat

      Attentats: quelles options pour la France?

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.