GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 13 Décembre
Samedi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Claude Bartolone: «Oui on peut combattre Daech, oui on peut triompher de Daech!»

    Claude Bartolone. RFI

    Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale et président du Congrès à Versailles et tête de liste PS pour les élections régionales en Ile-de-France était ce lundi l’invité du matin de RFI. Lutte contre le terrorisme, campagne électorale suspendue, marathon diplomatique de François Hollande, il répond aux questions de Frédéric Rivière.

    « Faire campagne comme si de rien n'était me paraissait insupportable », a déclaré  Claude Bartolone, tête de liste socialiste pour les élections régionales en Ile-de-France, pour justifier la suspension par le PS de toute campagne électorale jusqu'à l'hommage national aux victimes des attentats vendredi 27 novembre.

    « J'ai demandé à mes colistiers d'arrêter toute campagne. Aujourd'hui, il y a beaucoup plus intérêt à être à côté des Français qui cherchent des explications, de nos compatriotes qui veulent se rassembler ensemble, plutôt qu'être sur des tréteaux pour présenter les orientations des uns et des autres »

    « Quand on vit une épreuve comme celle-là, chacun doit être à son poste. Et il me semblait tout à fait normal, non seulement normal mais républicain, d'occuper à plein l'ensemble des fonctions qui sont les miennes aujourd'hui ».

    François Hollande entame ce jour un marathon diplomatique dans l’idée de créer une coalition unique contre l'Etat islamique avec un entretien avec David Cameron ce lundi, Barack Obama mardi à Washington, puis Vladimir Poutine jeudi à Moscou:

    « Je ne pense pas que l'on puisse parler de revirement. Dans les déclarations de Poutine, il y a aussi l'idée de dire: à un moment donné le peuple syrien, y compris ceux qui sont à l'extérieur, devront s'exprimer. Et chacun voit bien que si les Syriens s'expriment, Bachar al-Assad ne sera pas la solution ».

    « Je rappelle quand même qu'aujourd'hui les Syriens sont beaucoup plus victimes de Bachar al-Assad qu'ils ne l'ont été de Daech ».

    « Bien entendu il faut se débarrasser de Daech compte tenu de la menace mais on voit bien, et l'exemple de la Libye est là pour le confirmer, qu'il ne peut pas y avoir de solution durable sans Etat qui vive de manière démocratique et permette de gérer la vie des citoyens sur le territoire. Et qui peut imaginer que la Syrie puisse continuer à être gérée par Bachar al-Assad ? »



    Sur le même sujet

    • Débat du jour

      La nouvelle politique sécuritaire du gouvernement marque un virage à droite?

      En savoir plus

    • France

      Après les attentats, Manuel Valls aimerait rassembler les Français

      En savoir plus

    • Invité du matin

      Hervé Morin: «Une coalition aérienne contre Daech ne changera pas la donne. Il faut une intervention au sol»

      En savoir plus

    • Invité France

      Des nouvelles dispositions d’exception menacent les libertés publiques

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Marc Fesneau, ministre chargé des relations avec le Parlement

    Marc Fesneau, ministre chargé des relations avec le Parlement
    À partir de 7h50 (heure de Paris) Marc Fesneau, ministre auprès du Premier ministre, chargé des relations avec le Parlement, est l'invité de Frédéric Rivière.
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.