GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
Lundi 22 Octobre
Mardi 23 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 25 Octobre
Vendredi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Pologne: le nouveau gouvernement enchaîne les décisions polémiques

    Vue générale du Parlement polonais à Varsovie. REUTERS/Slawomir Kaminski/Agencja Gazeta

    Remplacement des chefs des services spéciaux, remplacement des juges au Tribunal constitutionnel, amnistie présidentielle pour un ancien ministre condamné, les premières décisions du nouveau gouvernement ne passent pas inaperçues.

    De notre correspondant à Varsovie,

    Le précédent gouvernement libéral avait déjà accepté cinq nouvelles candidatures de juges au Tribunal constitutionnel mais le président polonais Andrzej Duda, un conservateur, a volontairement refusé de les assermenter pour attendre les élections législatives et la victoire de son parti. C'est de là qu'est née la polémique. L'opposition a même quitté le Parlement lorsque le parti conservateur Droit et Justice a voté l'amendement permettant la nomination des cinq nouveaux juges. 

    Lors des élections législatives, les conservateurs ont obtenu la majorité absolue à la chambre basse et au Sénat. Ils peuvent donc faire passer toutes les lois qu'ils veulent. De nombreux juges polonais et même le commissaire aux Droits de l'homme du Conseil de l'Europe estiment que cet amendement viole l'ordre démocratique. Mais le gouvernement ne veut rien entendre et a donc placé cinq juges sur les 15 qui composent le Tribunal constitutionnel.

    Des nominations au sein des services spéciaux polonais

    Les chefs des quatre services de renseignement et de contre-espionnage polonais ont aussi été remplacés illico-presto. Officiellement ils ont tous démissionné mais chacun aurait été remercié s'il ne l'avait pas fait. Leur demande de démission a été acceptée en pleine nuit du mercredi 18 au jeudi 19 novembre par la commission parlementaire chargée des services. Une opération qualifiée de « coup de force nocturne » par l'opposition libérale et au contraire commentée avec satisfaction par le nouveau chef de la diplomatie polonaise.

    Pour couronner le tout, le nouveau ministre chargé de coordonner les services spéciaux, Mariusz Kaminiski, vient d'être gracié par le président polonais. Il avait été reconnu coupable d'avoir outrepassé ses compétences lorsqu'il était le chef du Bureau central anticorruption, la dernière fois que les conservateurs étaient au pouvoir entre 2005 et 2007. En première instance, il avait été condamné à trois ans de prison et dix ans d'inéligibilité mais comme il a fait appel, il était toujours présumé innocent, ce qui a permis sa nomination. Désormais, le voilà lavé de tout soupçon.

    Une prise de pouvoir comparable à celle en Hongrie

    Les observateurs comparent les premières décisions du nouveau gouvernement à la situation qui règne en Hongrie. Comme le Premier ministre hongrois Viktor Orban, le parti polonais Droit et Justice prend le contrôle des différents leviers du pouvoir pour ensuite mener sa politique sans aucun obstacle. Le président et le Premier ministre ont beau dire le contraire, l'opposition n'aura rien à dire et elle ne devra compter sur aucun compromis.

    Pour l'Europe, cela veut aussi dire que comme la Hongrie, la Pologne mènera une politique nationaliste. La nouvelle Première ministre Beata Szydlo s'est notamment prononcée contre l'accueil de migrants d'Afrique du Nord et de Syrie. Pour elle, c'est un problème que les pays colonialistes se sont créés eux-mêmes. Une première prise de position qui annonce à l'avenir des relations sans doute tendues entre la Pologne et le reste de l'Europe.


    Sur le même sujet

    • Pologne

      Pologne: les encombrants ministres du nouveau gouvernement

      En savoir plus

    • Européen de la semaine

      Pologne: Beata Szydlo, député et vice-présidente du PiS

      En savoir plus

    • Pologne

      La Pologne bascule dans le camp des Etats européens eurosceptiques

      En savoir plus

    • Pologne

      Pologne: les conservateurs reviennent au pouvoir

      En savoir plus

    • Pologne

      Législatives en Pologne: victoire annoncée des conservateurs

      En savoir plus

    • Reportage International

      Pologne: les déçus du gouvernement libéral

      En savoir plus

    • Débat du jour

      La Pologne, nouvelle puissance européenne?

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.