GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    A la Une: lueur d’espoir en Libye

    © AFP/Pius Utomi Ekpei

    Est-ce le début d’une normalisation dans ce pays ravagé par les dissensions internes et les luttes armées depuis la chute de Kadhafi il y a quatre ans ?

    « Les représentants des deux Parlements rivaux que sont la Chambre des représentants, reconnue internationalement, et le Congrès national général islamiste autoproclamé ont annoncé ce week-end à Tunis un accord initial pour mettre fin à la crise politique du pays », pointe le quotidien Le Temps en Algérie. Cet accord, poursuit-il, « a pour objectif de lancer les bases d’une "coopération transparente" entre les deux parties afin de parvenir à un accord politique prévoyant notamment la formation d’un gouvernement d’union nationale. Sans tambour ni trompette, les protagonistes de la crise libyenne viennent de prouver qu’ils pouvaient s’entendre sur un plan de sortie de crise. […] Et c’est tant mieux ! », s’exclame Le Temps

    Le quotidien algérien note également que cet accord s’est fait sans médiateur étranger : « les pays occidentaux qui sont allés tuer Mouammar Kadhafi en 2011 sous la bannière de l’Otan ont laissé le terrain aux djihadistes de tous poils et autres seigneurs de guerre qui sèment la terreur dans ce pays ouvert aux quatre vents. C’est dire à quel point les représentants des deux Parlements rivaux ont eu raison, estime Le Temps, de ne pas associer à leurs discussions ceux qui ont séduit puis abandonné leur pays. Il est à espérer, conclut le journal, que cette "déclaration de principe" débouche prochainement sur un accord historique qui réconciliera tous les Libyens de Benghazi à Jbel Nfoussa et de Tripoli à Sabha. A ce moment-là, ce sera une révolution pour de vrai. » 

    Le rôle de la Tunisie

    « Serait-ce le retour au calme en Libye ? », s’interroge pour sa part le site d’information tunisien Webdo. « Les choses pourraient commencer à se calmer bientôt chez nos voisins », estime Webdo, avec notamment la désignation dans les jours qui viennent « d’un chef du gouvernement de consensus national. »

    « Va-t-on vers une sortie de crise en Libye ? », se demande également Le Pays au Burkina. « D’ores et déjà, on peut se féliciter de cet accord a minima dans la mesure où, comme le dit l’adage, "même le voyage le plus long commence toujours par un pas". C’est pourquoi, estime le quotidien burkinabé, il convient à juste titre de louer la maestria des autorités libyennes de Tobrouk et de Tripoli qui, non seulement ont réussi la prouesse de se réunir autour d’une même table grâce à l’entregent de Tunis, mais aussi ont pu convenir d’un accord de paix en vue d’une sortie de crise. Car, faut-il le rappeler, la Libye, depuis la chute de l’ex-dictateur Mouammar Kadhafi, est devenue un non-Etat où accourent les djihadistes de tous poils. En témoigne la montée en puissance de l’organisation de l’Etat islamique qui, si rien n’est fait, est en passe de mettre la Libye sous coupe réglée. […] Dès lors, pointe encore Le Pays, on comprend pourquoi la Tunisie de Beji Caïd Essebsi a été au-devant des négociations ; elle qui a été frappée de plein fouet par plusieurs attentats terroristes revendiqués par l’EI, à travers sa branche libyenne. C’est dire que la Tunisie, tout comme les autres pays voisins, ont tout intérêt à ce que soit vite éteint le brasier libyen. »

    Double charge pour Diendéré…

    A la Une également, l’inculpation au Burkina du général Diendéré pour complicité dans l’assassinat de Thomas Sankara en 1987.

    « L’étau judiciaire qui s’est resserré autour du général Gilbert Diendéré n’est décidément pas près de se relâcher, commente L’Observateur Paalga. Deux mois après son coup d’Etat raté, suivi de son inculpation pour atteinte à la sûreté de l’Etat, terrorisme, crimes contre l’humanité, et nous en oublions, l’ancien chef d’état-major particulier du président Blaise Compaoré vient donc à nouveau d’être mis en examen par le tribunal militaire, cette fois, dans l’affaire Sankara. »

    « Le Tout-Burkina le susurrait, et souvent entre quatre murs, on lâchait le morceau, s’exclame Aujourd’hui, toujours à Ouaga, "c’est Diendéré qui a fait assassiner Thomas Sankara". Mais bien que de nombreux Burkinabè le subodorent, les preuves matérielles manquent, et les témoignages aussi. […] Mais la chape de plomb a sauté fin octobre 2014 (avec le départ de Blaise Compaoré). […] Ce 6 décembre, le dossier Thomas Sankara a encore fait un immense pas. […] Chapeau bas, affirme Aujourd’hui, au pouvoir de la transition. Bravo au président Michel Kafando, au Premier ministre Isaac Zida, qui, dès leur prise de fonction, ont clairement affirmé qu’il n’y aurait plus de frein à cette affaire d’Etat. […] Reste, tempère le journal, qu’une chose est d’inculper le général Gilbert Diendéré, une autre est d’apporter des preuves tangibles, et surtout de faire un procès juste. […] Il y a loin de l’inculpation de Diendéré à sa condamnation. »


    Sur le même sujet

    • Libye

      Libye: les deux camps proches d'un accord pour un gouvernement d'unité

      En savoir plus

    • Libye

      Libye: que sont devenus les enfants Kadhafi?

      En savoir plus

    • Invité Afrique

      Nicole Ameline (députée LR): la Libye «un épicentre nouveau du terrorisme international»

      En savoir plus

    • Burkina Faso

      Assassinat de Thomas Sankara: Gilbert Diendéré inculpé pour complicité

      En savoir plus

    • Burkina Faso

      Mort de Sankara: les réactions à l'inculpation du général Diendéré

      En savoir plus

    • Burkina Faso

      Burkina Faso: le général Diendéré se rend aux autorités

      En savoir plus

    • Burkina Faso

      [En images] Coup d’Etat au Burkina Faso: Ouagadougou sous haute tension

      En savoir plus

    • Décryptage

      EDITION SPECIALE : coup d’Etat au Burkina Faso

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.