GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    A la Une: percée confirmée pour le Front national

    AFP

     

    Les sondages avaient raison : le FN arrive en tête dans six régions à l’issue du premier tour hier des élections régionales.

    Témoin de ce séisme politique, deux journaux, que tout ou presque oppose, ont le même titre ce matin.

    « Le choc », s’exclament en effet Le Figaro et L’Humanité.

    « La déferlante », renchérit L’Opinion.

    « La poussée historique », affirme Le Dauphiné.

    « Le FN aux portes du pouvoir », constate Le Parisien.

    « Le Front national fait trembler les régions », lance La Charente Libre.

    « Ça se rapproche », soupire Libération.

    Pour Le Journal de la Haute-Marne, ça y est, on y est… « Le Front national n’est plus seulement ce parti qui n’en finit pas de monter. Il est tout simplement le premier parti de France. La formation de Marine Le Pen a atteint des scores dont elle ne pouvait que rêver secrètement, sans vraiment penser les atteindre. »

    « Après l’état d’urgence, l’état de crise, soupire Presse Océan. Car c’est un pays profondément divisé et inquiet qui s’est rappelé au bon souvenir, hier, de la classe politique. D’abord en négligeant massivement d’aller voter, confirmant le fait que l’abstention, plus que jamais, est de loin le premier parti de France. Ensuite en portant le Front national aux portes du pouvoir dans plusieurs régions, à la faveur d’un tripartisme désormais installé dans notre paysage politique. C’est bien connu : les scrutins jugés "secondaires" par l’opinion, comme c’est le cas des régionales, servent de grand défouloir à toutes les colères. »

    Le Figaro prend acte également de ce bouleversement politique : « désormais sans conteste premier parti de France, le Front national - dont le score a triplé d’une élection régionale à l’autre, du jamais-vu ! – s’installe avec fracas au cœur de notre paysage politique. Pour la gauche comme pour la droite, c’est un échec, reconnaît le quotidien d’opposition. Pour la France, un saut dans l’inconnu, dont les conséquences politiques, quels que soient les gains régionaux éventuels du FN, porteront bien au-delà du second tour. Après le double avertissement des européennes et des départementales, l’évidence est là, pointe Le Figaro : la France politique est désormais divisée en trois tiers, et l’avènement de cette "tripartition" - forcément instable dans un système présidentiel où le tour décisif se joue entre deux concurrents - va bouleverser la donne. »

    Un mal profond

    Alors comment en est-on arrivé là ? « L’ampleur des résultats d’hier, relève Le Parisien, ne s’explique pas qu’au regard de la période que traverse notre pays depuis quelques mois. Certes, la crise migratoire et les attentats ont pu jouer en faveur des candidats FN. Mais le mal est bien plus profond, estime le journal. Ce n’est pas un hasard si le Nord-Pas-de-Calais-Picardie et la Provence-Alpes-Côte d’Azur arrivent en tête des régions où le Bleu Marine s’étend le plus largement. Ce sont tout simplement des secteurs où le taux de chômage est bien supérieur à la moyenne nationale. Ce sont aussi des endroits, comme le Nord, qui étaient il y a encore peu de temps des bastions PS. Des populations chez qui le discours et les promesses de François Hollande ont suscité le plus d’espoirs. Une immense attente qui vire aujourd’hui à la désillusion. »

    Pour la Voix du Nord, « le succès actuel du Front national est fondé sur l’adhésion d’un nombre croissant de Français à ses critiques, mais aussi à ses solutions. Contre le chômage, la panne économique, le déclassement, l’insécurité, l’immigration, il propose la panacée d’une France qui se protège d’un extérieur perçu comme hostile en hérissant ses frontières, en produisant et consommant français, en refusant le libre-échange et la mondialisation. Que ce programme soit à peu près le contraire de ce qu’il faut faire pour sortir notre pays de son marasme, de son endettement, de ses doutes, que le Front national ne soit pas la solution, c’est ce que n’arrivent pas à démontrer la gauche et la droite, estime encore La Voix du Nord, pas très au clair avec leur doctrine. »

    « Il faut se rendre à l’évidence, soupire Libération : il ne suffit pas de combattre le Front en réfutant son programme. Il faut d’abord combattre les maux qui l’ont fait naître : l’impuissance publique, le désespoir populaire, l’incapacité à opposer aux imprécations frontistes contre l’immigration une politique humaine et crédible. Il y a là un examen nécessaire, qui concerne le politique en général, objet principal de la colère des citoyens, et la gauche en particulier, dont l’absence de résultats ouvre un boulevard à l’intolérance. »

    Comment faire barrage ?

    Alors que faire pour contrer le Front national au second tour ? Quelles stratégies adopter ? Les questions et les réponses fusent ce matin dans les journaux… « N’est-il pas temps, alors que nous sommes confrontés à une situation grave, devenue tragique depuis le 13 novembre, que les partis s’interrogent ?, s’exclame L’Est Eclair. N’est-il pas inquiétant d’entendre des dirigeants politiques refuser toute idée de fusion de listes pour le second tour des régionales tout en dénonçant le danger que constitue à leurs yeux l’éventuelle accession du Front National au pouvoir ? Le parti Les Républicains peut-il n’être que l’outil d’une volonté de revanche ? Le PS peut-il continuer à se donner comme seul horizon une gauche qui n’existe plus ? Ce serait signe de maturité pour la démocratie, estime le quotidien nordiste, que de voir, ici ou là, des leaders de partis envisager rapprochement ou alliance, à l’instar de ce qui se passe en Allemagne, pour s’atteler à la résolution des problèmes. »

    Pour L’Humanité, dans l’immédiat, une seule solution : faire barrage au FN au second tour… « Partout où le Front national menace, il ne peut y avoir d’hésitation : voter contre lui proclamera à voix forte l’attachement à la devise "Liberté, Égalité, Fraternité". Pour sortir du mauvais pas dans lequel se trouve la France, les phrases ronflantes ne seront d’aucun usage. »

    Toutefois, déplore L’Est Républicain, « la question de "faire barrage" au FN prend déjà l’eau. Nicolas Sarkozy, tout à sa logique présidentielle, ferme la porte à des retraits ou des fusions. Les socialistes ont sorti leurs calculettes et additionné les listes de gauche pour se convaincre que le naufrage est évité. Mais face aux deux héritières Le Pen, en Nord-Picardie et en PACA, leurs candidats ont reçu la consigne de se saborder. C’est cruel mais clair. »

    Enfin, il faut que les abstentionnistes se mobilisent, estiment de nombreux journaux… « Alors que notre pays est confronté à un choix décisif, l’abstention est une singulière façon de témoigner de son civisme, déplore L’Alsace. À l’heure des périls extérieurs et des incertitudes intérieures, il est singulier de voir qu’un Français sur deux a fait comme s’il se désintéressait du sort de son pays et du sien. »

    Et La Croix de lancer cet appel : « dimanche prochain, dans plusieurs régions, un parti extrémiste sera en mesure de conquérir le pouvoir. On ne peut pas se résigner à l’idée qu’un choix symboliquement aussi lourd repose sur une base de votants étroite. Tout électeur doit se sentir interrogé : accepte-t-il ou non cette perspective ? Et, quelle que soit sa réponse, aller voter. »

     


    Sur le même sujet

    • France

      Elections régionales: percée historique du Front national

      En savoir plus

    • France / Régionales

      Régionales: amère défaite de la gauche en Provence-Alpes-Côte-d'Azur

      En savoir plus

    • Invité du matin

      Edition spéciale élections régionales

      En savoir plus

    • France

      [Reportages] Elections régionales: dans les QG, des réactions variées

      En savoir plus

    • France

      Elections régionales: les enseignements du premier tour

      En savoir plus

    • France / Elections régionales

      Elections régionales en France: réécoutez nos éditions spéciales

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.