GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
Aujourd'hui
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    A la Une: la justice française demande des explications à Guillaume Soro

    © AFP/Pius Utomi Ekpei

       

      « Un mandat d’arrêt lancé contre Soro » : l’information barre la Une du quotidien abidjanais Soir Infos, qui précise que « des policiers français ont débarqué hier à son domicile parisien » et que ses avocats parlent de « mandat délivré en méconnaissance des pratiques diplomatiques. »
       
      Alors que reproche la justice française à l’actuel président de l’Assemblée nationale ivoirienne ? Et bien, elle souhaite l’entendre dans le cadre de la plainte déposée en juin 2012 par Michel Gbagbo, le fils de l’ex-président Laurent Gbagbo, pour « enlèvement, séquestration, traitements inhumains et dégradants ». En effet, rappelle le site d’information Afrik.com, « Michel Gbagbo, 46 ans, qui possède aussi la nationalité française, avait été arrêté avec son père, à Abidjan, et détenu jusqu’en août 2013 à Bouna. En mars 2013, la justice française avait désigné un juge d’instruction afin de faire la lumière sur les graves sévices dont il aurait été victime. »
       
      Seulement voilà, Guillaume Soro a refusé à plusieurs reprises de se rendre à la convocation du juge. Celui-ci a donc émis à son encontre un mandat d’amener et non un mandat d’arrêt.
       
      Aussitôt, rapporte le site de Jeune Afrique, fureur des avocats français de Guillaume Soro : « ceux-ci dénoncent “un mandat délivré en méconnaissance des pratiques et usages diplomatiques admis et reconnus”, alors que leur client se trouve en France en mission, d’une part pour rencontrer ses homologues français, le président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, et le président du Sénat, Gérard Larcher, et d’autre part pour prendre part à la Conférence sur le climat, en tant que représentant de la Côte d’Ivoire “dûment mandaté par le président de la République de Côte d’Ivoire et par l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire”. Selon eux, il bénéficie donc entièrement d’une “immunité diplomatique” ».
       
      Sur le gril…
       
      Toujours est-il que la barque commence à se charger pour l’ancien chef rebelle… C’est du moins l’avis du quotidien Aujourd’hui à Ouagadougou qui rappelle que cette affaire vient s’ajouter à une autre : Guillaume Soro est en effet cité dans plusieurs enregistrements téléphoniques qui l’impliquent dans la tentative de coup d’Etat récemment menée au Burkina par le général Diendéré. « Soro est désormais sur le gril, commente Aujourd’hui, ou plutôt sur un double gril, politique et judiciaire. […] Ces bruits de casseroles ne sont pas forcément bons pour une personne qui souhaite être le dauphin et potentiel successeur du président actuel de la Côte d’Ivoire. Et au lieu de prendre des airs de paon insouciant, le PANCI, le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, devrait plutôt commencer à voir la réalité en face, afin d’y faire face. Entre mener à terme un mandat durement acquis et chercher à sortir du pétrin un dauphin encombrant, le choix pourrait ne pas s’avérer difficile pour le président Ouattara. »
       
      Distances ?
       
      « Ça chauffe pour Guillaume Soro ! », s’exclame La Nouvelle Tribune au Bénin. « Le président de l’Assemblée nationale ivoirienne ne doit plus dormir sur ses deux oreilles. Cité dans plusieurs enregistrements qui l’impliquent dans le coup d’Etat le plus nul de l’histoire récemment mené par le général Diendéré au Burkina Faso, et également cible de la justice française dans l’affaire du fils français de Laurent Gbagbo, Guillaume Soro ne sait plus où donner de la tête. »
       
      « Quelle avalanche de coups durs pour l’occupant du perchoir ivoirien !, renchérit Le Pays, au Burkina. A ce rythme, c’est un impressionnant parcours politique qui court le risque de se briser. Et, s’interroge aussi le quotidien ouagalais, quid de son mentor, Alassane Dramane Ouattara, qui se pose aujourd’hui, sans doute, mille et une questions sur son allié de plus en plus dérangeant ? Finira-t-il par prendre ses distances avec Soro qui s’apparente de plus en plus à une menace pour l’image et la stabilité du pouvoir ivoirien ? »
       
      En Guinée, le site d’information Ledjely.com s’interroge aussi sur l’avenir de Soro… « Les problèmes, les uns après les autres, s’amoncellent sur son chemin, et sonnent comme un avertissement. En clair, son passé de rebelle risque de lui causer du tort. Car en dépit de tous ses efforts, il n’arrive pas à s’en défaire. […] Si sa posture actuelle le met relativement à l’abri de la justice des hommes, le tribunal de l’histoire, résistant davantage aux manipulations et à l’instrumentalisation, semble déterminer à ne pas lâcher l’ex-leader des Forces nouvelles. Et c’est à se demander, pointe aussi Ledjely.com, si le président Alassane Ouattara lui-même ne commence pas à se lasser de cet encombrant compagnon. »

       

      1. 1
      2. 2
      3. 3
      4. ...
      5. Suivant >
      6. Dernier >
      Les émissions
      Commentaires
       
      Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.