GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
Aujourd'hui
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Allemagne: interdiction d'un parti d'extrême droite

    Le NPD, fondé par d'anciens fonctionnaires nazis en 1964, réunit à la fois de jeunes skinheads et des vieux nostalgiques du IIIe Reich. REUTERS/Fabian Bimmer

      La Cour constitutionnelle de Karlsruhe a annoncé, lundi 7 décembre 2015, qu'elle ouvrirait en mars une procédure visant à l'interdiction du NPD, un petit parti d'extrême droite qui pourrait ainsi être mis hors la loi. Qui est le NPD?

      Le NPD est un petit parti d'extrême droite fondé en 1964. Un parti minuscule : 5 400 membres, 1,3% aux dernières élections législatives, un petit groupe parlementaire au Parlement régional du Schleswig-Holstein, au nord de l'ex-RDA. Le NPD a été bouté hors du Parlement de Saxe où il a été représenté, et souffre de grosses difficultés financières.

      Mais le NPD est plus dangereux que ce que ces chiffres pourraient laisser penser. Proximité intellectuelle avec le NSDAP, le parti créé par Hitler, antisémitisme, propagande contre les étrangers, les migrants, les réfugiés, intimidation des élus s'impliquant dans l'accueil des demandeurs d'asile, 770 actes criminels visant des foyers de réfugiés, des réfugiés eux-mêmes ou ceux qui les soutiennent ont été enregistrés depuis le début de l'année. Le NPD serait derrière la plupart de ces crimes ou délits. Le parti mène par ailleurs uni important travail de propagande auprès des jeunes défavorisés et sans formation de l'ex-RDA. On lui reproche une forte proximité avec les groupuscules violents néo-nazis.

      Ce n'est pas la première fois que l' Allemagne tente de faire interdire le NPD

      Déjà en 2001, le gouvernement Schröder avait tenté d'obtenir l'interdiction du NPD. Mais la Cour constitutionnelle de Karlsruhe avait mis fin à la procédure en 2003, estimant qu'un trop grand nombre de taupes à la botte des services de renseignements allemands étaient infiltrés au sein du NPD. Leur présence pouvait fausser les informations collectées. On ne pouvait exclure en effet des provocations ciblées, ayant pour objectif de démasquer le NPD.

      En Allemagne, passé nazi oblige, il est très difficile de faire interdire un parti politique. Jusqu'à ce jour, seulement deux interdictions ont été faites depuis la guerre : le parti communiste KPD, jugé trop proche de l'URSS du temps de la guerre froide, et le parti SRPD, héritier du parti nazi, ont été interdits au tout début des années 1950. La Constitution allemande protège tout particulièrement la liberté d'action des partis politiques. A condition qu'ils ne militent pas contre la Constitution, argument évoqué contre le NPD.

      Un dossier de 270 pages constitué

      Cette fois, les espions au service de l'Etat ont tous été retirés du NPD. Ce sont les 16 Länder allemands qui ont lancé l'enquête. Un dossier de 270 pages a été constitué. Les conclusions ont montré que le NPD serait raciste, antisémite, révisionniste. La difficulté sera de prouver ces accusations. Ce que l'on sait est que le NPD a acheté quantité de biens immobiliers, souvent isolés, en ex-RDA, qui permettent aux groupuscules d'extrême droite de se réunir en toute discrétion. On sait aussi que le NPD mène un travail actif en ex-RDA auprès des jeunes, organisant des centres de vacances, finançant des bibliothèques ou des centres de loisirs dans les régions excentrées, où l'Etat est mal représenté. On sait enfin que les groupes de femmes du NPD sont très actifs dans les associations de parents dans les écoles ou les jardins d'enfants.

      Trois audiences sont prévues par la cour de Karlsruhe pour commencer à examiner ce dossier début mars 2016. Les réactions sont unanimement positives, contrairement à la précédente tentative au début des années 2000. A l'époque, certains démocrates estimaient encore que le NPD permettait de canaliser les groupuscules d'extrême droite.


      Sur le même sujet

      • Allemagne

        Allemagne: 965 000 migrants depuis janvier

        En savoir plus

      • Migrations

        Migrants: Paris et Berlin plaident pour un renforcement de Frontex

        En savoir plus

      • Migrants/UE

        Paris et Berlin proposent un fonds pour les réfugiés

        En savoir plus

      • Reportage International

        Allemagne: l'accueil des réfugiés remis en cause

        En savoir plus

      1. 1
      2. 2
      3. 3
      4. ...
      5. Suivant >
      6. Dernier >
      Les émissions
      Commentaires
       
      Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.