GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Mgr Zerbo: au Mali, un «Noël 2015 sous le signe de la miséricorde»

    Monseigneur Jean Zerbo (C), archevêque de Bamako. © AFP PHOTO/ AHMED OUOBA

    Au Mali, l'année 2015 a été marquée par la montée du terrorisme dans la capitale, Bamako. En ce jour de Noël, que va dire l'archevêque de Bamako aux chrétiens du Mali ? En ligne de Bamako, Monseigneur Jean Zerbo répond aux questions de Christophe Boisbouvier.

    Quel sens donnez-vous cette année à la fête de Noël ?

    Monseigneur Jean Zerbo : Noël 2015 sera placé pour nous et je pense pour l’ensemble des chrétiens, sous le signe de la miséricorde. Pas n’importe quelle miséricorde, mais celle du reflet même de Dieu dans notre humanité.

    Et c’est le message que le pape a transmis cette année en Afrique et notamment à Bangui, terre de douleur aujourd’hui !

    Tout à fait. Je pense que ce message donné par le pape François reflète bien ce que nous vivons encore aujourd’hui au Mali. Vous savez très bien qu’il y a eu de grands attentats. Donc cette situation de violence à travers le monde, nous pensons que pour y faire face, nous n’avons pas d’autres alternatives que de nous ranger du côté de Dieu qui regarde l’humanité avec un cœur miséricordieux et clément.

    Pour la première fois, en effet, cette année et à deux reprises, la capitale Bamako a été touchée par le terrorisme. Est-ce le signe que l’intolérance religieuse gagne du terrain ?

    Ces manifestations en tout cas nous interpellent. J’ai l’impression pour ma part que l’Afrique passe par des phases extrêmes. Au moment des indépendances ,nous avons connu le parti unique, donc pas de dialogue, nous avons connu la pensée unique, l’uniforme, le système marxiste-léniniste… Et nous avons l’impression qu’après être entrés dans l’ère de la démocratie, nous nous trouvons dans une autre situation qui est la pensée unique, mais du côté religieux. Ce n’est plus une dictature politique, c’est une dictature religieuse qui souffle sur l’Afrique aujourd’hui et dans le monde même.
    En chemin pour l'Afrique, on a demandé au pape s’il n’avait pas peur de cette situation-là. Il a dit : « Non, ce qui me fait peur ce sont les moustiques ». C'est dit avec beaucoup d’humour ! Mais je pense que sa venue a contribué à réconforter les communautés dans leur ensemble. C’est-à-dire que face à cette montée du fondamentalisme religieux, il se trouve que chrétiens et musulmans, que ce soit en Centrafrique, que ce soit au Mali, que ce soit ailleurs, se donnent la main justement, pour dire qu’ils ont un arrière-fond culturel, un background commun, qui est la culture de la fraternité. A partir du message que l’on trouve dans la Bible, c’est le message de la miséricorde de Dieu.

    Vous parlez du dialogue entre musulmans et chrétiens. Récemment, le président du Haut conseil islamique du Mali, Mahmoud Dicko, a affirmé que les derniers attentats de Paris et de Bamako étaient l’expression d’une « punition divine »...

    Evidemment ! Devant une situation concrète chacun a sa lecture de l’évènement ! Ça, c’est son point de vue à lui ! Mais nous, nous disons : eux, dans la logique de la miséricorde, c’est Dieu qui punit, qui châtie, qui mutile… Je pense que ce n’est plus ce Dieu là que l’on retrouve, et dans la Bible, et même dans le Coran. Parce que quand vous regardez le Coran, la miséricorde, la clémence de Dieu, est évoquée plus de cent fois ! Ça veut dire que la référence même dans l’islam, c’est la clémence, la miséricorde de Dieu.

    « Dieu est en colère, dit le président du HCI de Bamako, les hommes ont provoqué Dieu car ils ont demandé et exigé même la promotion de l’homosexualité »...

    Bon, la colère de Dieu, dans la Bible on la voit aussi. Elle se manifeste parfois par la foudre, par ceci cela. Mais plus nous avançons dans la révélation, plus nous nous rendons compte que la colère de Dieu justement, s’est manifesté par l’envoi des prophètes et des messagers qui ont révélé de Dieu un visage de père, clément, miséricordieux, prêt à pardonner et plein d’amour. Les brebis perdues, Dieu ne va pas les ramener manu militari. Mais c’est sa patience, c’est son amour, qui va les ramener ! Dieu n’est pas un Dieu de discrimination. Encore moins un Dieu qui va sévir ! Mutiler ! Tuer ! Ne nous érigeons pas en arbitre de Dieu, en instrument de la justice de Dieu !

     


    Sur le même sujet

    • Religion

      2015, un Noël pas comme les autres

      En savoir plus

    • Territoires palestiniens / Religion

      Bethléem célèbre Noël dans un contexte tendu

      En savoir plus

    • Débat du jour

      Pourrait-on se passer de Noël?

      En savoir plus

    • France

      Une fête de Noël sous haute sécurité en France

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.