GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Avril
Mardi 16 Avril
Mercredi 17 Avril
Jeudi 18 Avril
Aujourd'hui
Samedi 20 Avril
Dimanche 21 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Une Chine pas très nouvelle sur la liberté de la presse

    Ursula Gauthier, photographiée en 2003 à Paris après l'obtention d'un des prix Louis Hachette, grâce à l'un de ses articles sur la Chine. AFP PHOTO ERIC FEFERBERG

    Nous parlons avec Amaury de Rochegonde, de l’hebdomadaire Stratégies, de la décision du gouvernement chinois de ne pas renouveler le visa de la correspondante à Pékin du magazine L’Obs.

    « C’est une triste première dans l’histoire de notre journal », écrit Matthieu Croissandeau, le directeur de L’Obs, face à la décision des autorités chinoises de ne pas renouveler le visa de sa correspondante qui arrive à expiration au 31 décembre. Il est reproché par Pékin à la journaliste Ursula Gauthier d’avoir écrit un article expliquant que l’élan de solidarité exprimé par la Chine après les attentats de Paris n’était pas dénué d’arrières pensées quand il s’agit de faire l’amalgame entre la répression menée contre la minorité ouïgoure et la lutte contre le terrorisme international. Aussitôt, Le global Times, dépendant du Quotidien du Peuple, orchestrait une campagne de dénigrement accusant la journaliste de parti-pris idéologique et surtout d’indifférence vis-à-vis des victimes civiles des massacres au Xinjiang, allant jusqu’à prétendre qu’Ursula Gauthier estimait « compréhensible » le massacre de Chinois innocents, ce qu’elle n’a jamais dit ni écrit.

    La journaliste a refusé de présenter des excuses et elle a été alors la cible d’une campagne déchaînée sur son compte Facebook, avec des commentaires haineux et même des menaces de mort. Signe que le pouvoir chinois est beaucoup moins regardant sur les opinions qui peuvent s’exprimer sur les réseaux sociaux dès lors que c’est la presse qui est attaquée. Si un nouveau visa ne lui est pas accordé, Ursula Gauthier sera la première correspondante étrangère contrainte de quitter la Chine depuis Melissa Chan, la journaliste d’Al Jazira expulsée en 2012.

    Cette affaire intervient quelques jours après le bilan du Comité pour la protection des journalistes, établi à New York, qui montre que la Chine détient un triste record avec près du quart des 199 journalistes emprisonnés dans le monde. Elle contraste avec l’image d’un pays moderne dont la plateforme d’e-commerce, Alibaba fondée par Jack Ma et appuyée par des officiels chinois, vient de s’offrir Le South China Morning Post, le quotidien de Hong Kong en langue anglaise. A ce propos, deux visions s’affrontent: celle, technologique, qui voit Alibaba mettre la main sur un contenu influent à la manière d’un Jeff Bezos, fondateur d’Amazon, rachetant Le Washington Post pour lui donner une nouvelle dimension numérique, et celle idéologique, qui y voit un étau qui se resserre sur l’expression démocratique en Chine. La libération annoncée de la journaliste dissidente Gao Yu pour raisons de santé, après une condamnation à sept ans de prison, montre qu’il faut encore compter sur les protestations de la communauté internationale pour défendre la liberté de la presse en Chine.


    Sur le même sujet

    • Chine

      La Chine va expulser la journaliste française Ursula Gauthier

      En savoir plus

    • Chine/France

      Chine: la journaliste Ursula Gauthier menacée d’expulsion

      En savoir plus

    • Chine / France

      Chine: cabale médiatique contre la journaliste Ursula Gauthier

      En savoir plus

    • Le double visage de Julian Assange

      Le double visage de Julian Assange

      Cette semaine dans la Chronique des médias, il est question de la bataille qui s’engage avec l’arrestation de Julian Assange, au Royaume-Uni. C’est par nature la question …

    • Des élections européennes face à l’infox

      Des élections européennes face à l’infox

      Des médias cherchent à juguler la prolifération des infox, les fausses informations, à l’occasion des élections européennes. Le service public français est notamment …

    • «Libération» en ébullition

      «Libération» en ébullition

      Le quotidien français « Libération » est en ébullition depuis la révélation d’une enquête du parquet financier sur un forum qui s’est tenu à Libreville, au Gabon, en …

    • Christchurch: massacre en live

      Christchurch: massacre en live

      La tuerie de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, le 15 mars dernier, a été filmée par le tueur pour être visionnée sur les réseaux et les forums des suprémacistes blancs. …

    • Journaliste, une profession sous pression

      Journaliste, une profession sous pression

      Les Assises du journalisme se sont tenues cette semaine à Tours. C’est l’image d’un métier précarisé et aux conditions de travail de plus en plus difficiles qui est ressortie.

    • Manifestations algériennes, du silence à la protestation

      Manifestations algériennes, du silence à la protestation

      Nous parlons des manifestations algériennes qui ont réuni des centaines de milliers de personnes vendredi, selon Le Monde, et que les médias officiels ne peuvent plus …

    • Decathlon, à fond la polémique

      Decathlon, à fond la polémique

      La commercialisation, puis le retrait, par la firme Decathlon d’un hijab de course a suscité une polémique cette semaine. La marque a dû renoncer à cette commercialisation …

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.