GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 21 Août
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Mercredi 24 Août
Aujourd'hui
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    A la Une: les élections en Centrafrique

    © AFP/Pius Utomi Ekpei

      « Cette fois-ci, c’est la bonne, s’exclame Jeune Afrique. Maintes fois reporté, le premier tour de l’élection présidentielle en Centrafrique aura bien lieu ce mercredi 30 décembre. [...] Près de trois ans après la chute de François Bozizé, et au terme d’une longue transition dirigée par Catherine Samba-Panza, les Centrafricains se rendent aux urnes afin d’élire leurs parlementaires et un nouveau président. Déliquescence de l’Etat, effondrement de la croissance, violences inter-religieuses… Il est temps de tourner la page. »
       
      Alors « qui pour succéder à la présidente de la transition, Catherine Samba-Panza ?, s’interroge Le Point Afrique. Le jeu semble plus ouvert que jamais. »
       
      Le Point Afrique qui nous propose un « tour d’horizon des principaux aspirants du palais de la Renaissance. » Avec trois grands favoris : Anicet Georges Dologuélé, 58 ans, ex-Premier ministre de Patassé au début des années 2000, qualifié de « “M. Propre” pour sa gestion rigoureuse lorsqu’il était aux affaires. »
       
      Martin Ziguélé, 58 ans, également ancien Premier ministre. « Eloquent, le verbe facile et maniant le français, l’espagnol et l’anglais, il est considéré comme un homme à poigne. Il avait lancé en tant que Premier ministre une opération “mains propres” visant les douaniers véreux et avait été à l’origine du limogeage de François Bozizé du poste de chef d’état-major de l’armée en 2001, pour mauvaise manière de servir. »
       
      Enfin, dernier candidat de poids, toujours selon Le Point Afrique : Abdoul Karim Méckassoua, 62 ans, « plusieurs fois ministre de François Bozizé dont il se présente comme proche. Il jouit d’une bonne réputation dans les milieux intellectuels qui mettent en avant sa compétence, sa rigueur et son efficacité. »
       
      Sortir de l’ornière…
       
      Alors, désormais, pointe le quotidien Le Pays au Burkina, « la RCA est face à son histoire et à son destin. De façon évidente, la Transition de deux ans dirigée par Catherine Samba-Panza n’a pas réussi à régler les problèmes de fond qui divisent le peuple centrafricain, estime le quotidien ouagalais. Conséquence, le pays reste divisé et les défis énormes. La bonne nouvelle, c’est que l’une des menaces qui pesaient sur le scrutin, a été levée. En effet, depuis NDjaména au Tchad, le sécessionniste Noureddine Adam, ancien numéro deux de la Seleka et actuel chef du Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique, s’est engagé à “apporter une contribution positive et sincère à la tenue des élections [...] afin que celles-ci se déroulent dans toutes les préfectures du pays dans le calme, la sérénité, sans violence et avec une forte participation”. Manifestement, pointe Le Pays, les prières du Maouloud et de la Nativité ont visité les foyers des “perturbateurs” qui avaient en projet de torpiller l’organisation des élections. Il reste à espérer que l’ensemble des actes concourent à la tenue d’élections apaisées et que tous les candidats et partis acceptent le verdict des urnes, afin de sortir la RCA de l’ornière. »
       
      Et Le Pays de s’interroger : la Centrafrique « saura-t-elle prendre la bonne direction pour vaincre enfin le signe indien qui la poursuit depuis la mort de son chef mythique Barthélémy Boganda ? La capitale de ce pays saura-t-elle retrouver son beau sobriquet de “Bangui la coquette” devenu depuis des lustres “Bangui la roquette” ? »
       
      Mêmes interrogations pour Aujourd’hui, toujours au Burkina. « Va-t-on vers le bout du tunnel ? Dans cette fournée de 30 candidats au fauteuil du palais de la Renaissance, que ce soit Anicet Georges Dologuelé ou Martin Ziguelé, ou un autre, l’urgent est de sortir la Centrafrique du gouffre. Et des suffrages de ce mercredi dépendent l’avenir du pays. Les Centrafricains voteront-ils dans le calme ? Les résultats issus des urnes seront-ils acceptés par tous ? Quelle sera l’attitude des ex-Séléka et anti-Balaka ? François Bozizé, le grand absent du scrutin, qui marine dans son jus de colère, restera-t-il coi ? En un mot comme en cent, s’interroge encore Aujourd’hui, les Centrafricains sont-ils prêts à tourner la page, à l’image des Burkinabè, qui, après 13 mois de transition difficile, ont fermé cet intermède politique pour renouer avec l’Etat de droit ? Réponse dans les prochains jours. »

      1. 1
      2. 2
      3. 3
      4. ...
      5. Suivant >
      6. Dernier >
      Les émissions
      Commentaires
       
      Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.