GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Juin
Mercredi 22 Juin
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Aujourd'hui
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    La Chine au bord de la crise, avertit Georges Soros

    La Bourse de Shangai (photo) et celle de Shenzen ont fermé ce jeudi 7 janvier 2016 pour la journée en vertu du mécanisme de coupe-circuit automatique qui se déclenche en cas de chute trop forte. REUTERS

      Pour la deuxième fois cette semaine, la Bourse de Shangai a semé la panique sur les places financières du monde entier. Ce nouveau coup de semonce des marchés annonce-t-il une vraie crise économique ?

      C'est l'avis du célèbre financier américain Georges Soros. D'après lui « la Chine a un très gros problème d'ajustement ». Il s'agit bien d'une crise, a-t-il déclaré ce matin en réaction à ce qui se passait à Shangai. Une crise qui lui rappelle celle que les Etats-Unis ont connu en 2008.

      Et c'est la Bourse de Shangai qui donne maintenant l'alerte, car elle est devenue une place financière de premier plan. En mars 2015, le montant des transactions effectuées sur les places de Shangai et Shenzen a dépassé celui de Wall Street. Même si elle ne joue pas encore un rôle majeur dans le financement de l'économie chinoise assuré par les banques, c'est elle qui donne l'alerte en cas de passage à vide.

      Premier crack cet été quand les investisseurs prennent conscience du ralentissement de la croissance chinoise.
       
      Shangai a perdu 30% en quelques jours. Pékin resserre alors les boulons, met en place des pare-feux pour éviter de nouveaux plongeons. Mais le mécanisme se révèle contre-productif. Au moindre signal négatif, les investisseurs accélèrent leurs ventes car ils savent que les cotations seront suspendues si la baisse atteint le seuil des 7%. C'est ce qui s'est passé mardi et répété aujourd'hui. Les mouvements sont peut-être excessifs, mais ils ne sont pas le fruit du hasard. Mardi les investisseurs ont réagi au faible chiffre de l'activité industrielle. Aujourd'hui, ils ont été effrayés par l’annonce d’une  dévaluation du renminbi.
       
      Comment interpréter cette nouvelle dépréciation de la monnaie chinoise ?
       
      Déprécier sa monnaie de 0,5% par rapport au dollar comme l'ont annoncé ce matin les autorités monétaires chinoises, c'est beaucoup, les fluctuations sont d'ordinaire infimes, c'est pourquoi l'annonce a jeté un froid sur les marchés. Pékin a longtemps géré sa monnaie à sa guise mais maintenant sa valeur est ajustée en fonction du marché des devises de Hong Kong, où le renminbi s'échange plus librement. Et sur ce marché, le renminbi régresse fortement depuis quelques mois. -7% depuis l'été.Une glissade qui reflète la fuite des investisseurs. Les étrangers se replient et les Chinois cherchent à mettre leur gain à l'abri de la crise qui se profile.
       
      L'atterrissage est donc plus brutal que prévu pour l'économie chinoise ?
       
      D'après le chef économiste de la Société Générale,  seul le secteur des services génère encore de la croissance. L'industrie qui a sorti la Chine de la grande pauvreté est aujourd'hui à bout de souffle, sévèrement concurrencée par les nouveaux ateliers ouverts dans d'autres pays en développement et la dévaluation du renminbi ne suffit pas à redonner de la compétitivité aux exportations chinoises plombées par la hausse des salaires. Le gouvernement chinois a annoncé la suspension du mécanisme coupe-circuit censé maitriser les excès de la bourse de Shangai. Reste à savoir s'il va oser laisser la bourse s'effondrer, une perspective angoissante puisque on découvre que les places financières du monde entier sont aujourd'hui influencées par la bourse de Shangai.
       
      →A (Re-lire) : Chine: la Bourse ferme pour stopper la chute des cotations


      Sur le même sujet

      • Aujourd'hui l'économie

        L’opérateur de télécoms Orange veut devenir banquier

        En savoir plus

      1. 1
      2. 2
      3. 3
      4. ...
      5. Suivant >
      6. Dernier >
      Les émissions
      Commentaires
       
      Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.