GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
Vendredi 9 Décembre
Samedi 10 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 12 Décembre
Mardi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Le conflit irano-saoudien accélère le plongeon du pétrole

    L'Arabie saoudite peut se permettre ce dumping, même si elle perd beaucoup de pétrodollars, son brut reste encore très rentable à produire.
    Photo : une raffinerie de pétrole, en Arabie Saoudite.
    Getty Images/Pete Turner

    Le prix du baril de Brent est passé sous le seuil des 35 dollars, ce mercredi 6 janvier. La tension entre l'Iran et l'Arabie saoudite pèse davantage sur les cours du pétrole qu'elle ne les fait remonter.

    Loin de faire flamber les cours du pétrole, le conflit irano-saoudien accélère en réalité leur plongeon. La tension s'est aggravée entre l'Iran et l'Arabie saoudite depuis l'exécution d'un dignitaire chiite par les autorités de Riyad. On pourrait voir les marchés pétroliers s'affoler de cet affrontement diplomatique entre les deux géants pétroliers. Pourtant, même si la volatilité s'est accrue depuis lundi, les cours du baril de Brent sont passés ce mercredi sous les 35 dollars en séance, leur plus bas niveau depuis onze ans et demi !

    C'est que la vraie guerre irano-saoudienne se joue sur les débouchés du pétrole. Pas question pour la monarchie sunnite de laisser la république islamique chiite reprendre toute sa place sur le marché pétrolier mondial, après la levée, imminente, des sanctions contre Téhéran.

    Alors c'est une guerre des prix que continue de mener l'Arabie saoudite, privée comme les autres pays exportateurs d'une grande part du marché américain depuis la «révolution» des pétroles de schiste aux Etats-Unis ; il s'agit de vendre la production saoudienne partout et à tout prix, pour ne pas se faire doubler par les concurrents.

    Cette semaine, la compagnie nationale Saudi Aramco a encore baissé le prix de son brut en Europe, c'était un débouché majeur de l'Iran avant les sanctions, plus d'un quart des exportations pétrolières iraniennes en 2011. La monarchie saoudienne peut se permettre ce dumping, même si elle perd beaucoup de pétrodollars, son brut reste encore très rentable à produire. Dans cette guerre des prix, l'Iran n'est pas le seul ennemi bien sûr : la Russie, qui avait tenté de concurrencer l'Arabie saoudite en Asie, est prise à revers par le pétrole saoudien en Europe, pourtant marché traditionnel du pétrole russe, souligne Philippe Sébille-Lopez, consultant chez Geopolia.

    L'Iran fera bien son retour sur le marché pétrolier mondial, mais dans les pires conditions s'agissant des prix du baril. C'est peut-être pourquoi les représentants de l'industrie iranienne se montrent plus modestes et n'affichent plus des objectifs d'exportation d'un million de barils par jour supplémentaire d'ici la fin de l'année. C'est l'équivalent du surplus mondial actuel de pétrole.


    Sur le même sujet

    • Iran

      L’Iran annonce une hausse de sa production de pétrole en 2016

      En savoir plus

    • Aujourd'hui l'économie

      L’ère du pétrole bon marché: qui en profite?

      En savoir plus

    • Economie

      Russie: record de production de pétrole, mais baisse des recettes

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.