GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Le groupement femmes sahéliennes et développement au Burkina Faso

    Madame Maïga Haoua Drabo, présidente du groupement femmes sahéliennes et développement RFI/Sayouba Traoré

      Dans les pays du sahel, les femmes travaillent principalement dans le secteur agricole; elles représentent 60 à 80 % de la main-d’œuvre agricole et sont responsables pour 70 à 80 % de la production alimentaire. En dépit de ce que nous venons de dire, les femmes sont les plus frappées par la précarité et la pauvreté. Seulement 20 % des femmes sahéliennes ont accès aux ressources comme la terre, l’eau, les semences et les engrais. On comprend facilement pourquoi la pauvreté est essentiellement rurale, et essentiellement féminine. Pour dire les choses plus simplement, ce sont les femmes qui fournissent le plus gros du travail, et en retour elles sont les premières victimes de la pauvreté et de la faim.

      Cela, c’est la situation normale. Car la situation d’une femme au Sahel peut devenir franchement désastreuse du fait d’un accident sociologique comme un divorce ou un veuvage. Il y a déjà le traumatisme du veuvage. La femme se retrouve chef de famille avec une nombreuse progéniture, le plus souvent en bas âge. C’est-à-dire que ses enfants ne peuvent l’aider et constituent des bouches à nourrir. Elle se voit retirer la terre qu’elle exploitait avec son défunt mari. Et il lui revient désormais les dépenses de scolarité et de santé. Pourtant tous savent que l’autonomisation des femmes est un facteur indispensable dans la lutte contre la pauvreté et pour la croissance économique. Autrement dit, les campagnes africaines ne pourront pas résoudre les nombreux problèmes tant que les femmes seront maintenues dans cette situation de détresse sociale.

      Nous rendons visite aux femmes du groupement femmes sahéliennes et développement dans le village de Gondolgo, dans la périphérie de la ville de Ouahigouya au Burkina Faso. Initialement, ces femmes ont obtenu une formation au sein du centre Baasnéré de la Fédération Nationale des Groupements Naam, une organisation de producteurs présente dans 30 provinces au Burkina Faso. Dans cette unité d’appui Baasneré, les femmes bénéficient d’une formation en savonnerie, tissage, transformation des fruits et légumes, menuiserie bois et menuiserie métallique, séchage des produits alimentaires locaux. Par la suite, elles ont décidé de mettre ensemble les énergies et les maigres moyens pour créer le Groupement des Femmes Sahéliennes pour le Développement.

      Invités :
      Madame Maïga Haoua Drabo, présidente du groupement femmes sahéliennes et développement.
      Madame Kindo Risnata Ouédraogo, agent technique d’agriculture, membre du groupement femmes sahéliennes et développement.

      Madame Maïga Haoua Drabo, présidente et Madame Kindo Risnata Ouédraogo, membre du groupement femmes sahéliennes et développement. RFI/Sayouba Traoré

      Prochaine émission

      Ecotrophelia, le concours national étudiant de l’innovation alimentaire

      Ecotrophelia, le concours national étudiant de l’innovation alimentaire
      L’édition 2016 d’Ecotrophelia, le concours national étudiant de l’innovation alimentaire s’est tenu à l’espace Jeanne Laurent, à deux pas du Palais des papes à Avignon, du 28 au 30 juin (…)
      1. 1
      2. 2
      3. 3
      4. ...
      5. Suivant >
      6. Dernier >
      Les émissions
      Commentaires
       
      Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.