GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 2 Décembre
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    La production d'or a plafonné en 2015

    Des lingots d'or. gold.fr

    La production d'or va chuter cette année, après sept ans d'essor ininterrompu.

    2015, année du pic de la production d'or, laisse place à 2016, celle du déclin de la production aurifère. Un déclin de 3%, prédit le rapport Thomson Reuters GFMS que s'est procuré le Financial Times, après sept ans de croissance continue de l'offre minière.

    Les gisements avaient été développés du temps de la fièvre de l'or, qui avait mené les cours à plus de 1900 dollars l'once en septembre 2011. Mais 10% des mines n'étaient plus rentables après l'effondrement des cours, accéléré depuis 2013, plus d'un an avant les autres métaux.
     
    Pour se désendetter, les groupes aurifères ont taillé dans leurs coûts de production, mais aussi renoncé à beaucoup de projets depuis trois ans, avant tous les autres secteurs miniers. Ce qui aboutit, enfin, à une baisse de la production d'or, ce à quoi ne sont pas encore parvenus la plupart des métaux.
     
    Voilà pourquoi les groupes aurifères s'en sortent mieux en bourse que les autres groupes miniers, l'action du numéro un mondial Barrick est au plus haut depuis juillet 2015. Même l'industrie aurifère sud-africaine pourrait renouer avec les bénéfices, ses exportations d'or sont parmi les plus compétitives, étant donné la faiblesse du rand par rapport au dollar.
     
    D'autant que le cours de l'or retrouve des couleurs, en ce début d'année, il a gagné 3,5% depuis janvier, alors que tous les autres métaux continuent de s'effondrer dans le sillage du pétrole. La hausse des taux américains décidée en décembre dernier a pourtant écarté tout risque d'inflation, mais la chute des places boursières et les désordres géopolitiques en Asie et au Moyen-Orient suffisent largement à diriger à nouveau les investisseurs vers le refuge du métal précieux.
     
    L'or est un peu plus désiré, sa production est un peu moins abondante, mais le surplus mondial est encore énorme (près de 1000 tonnes selon la banque Barclays), étant donné les ressources offertes par le recyclage. L'industrie aurifère n'attend donc pas une remontée substantielle des prix de l'or avant 2017 ou 2018.


    Sur le même sujet

    • Chronique des Matières Premières

      Le dollar fort pénalisera l'or cette année

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      L'or retrouve de l'éclat

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.