GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Un «nouveau» gouvernement en Lettonie

    Māris Kučinskis, nouveau Premier ministre de Lettonie, le 11 février 2016. Ilmars Znotins / afp

    Deux mois après la démission de la Première ministre, la Lettonie a enfin un nouveau gouvernement. Il a été approuvé à une large majorité par le Parlement et va être dirigé par Māris Kučinskis du parti des Verts et des Fermiers, un compagnon de route du président letton. A quoi ressemble ce nouveau gouvernement ?

     

    Aucun changement radical. Il s’agit juste d’un jeu de chaises musicales en Lettonie, puisque la nouvelle coalition gouvernementale est composée des mêmes partis que la précédente et que 8 des 13 ministres sont les mêmes. Le nouveau Premier ministre est Maris Kučinskis du parti des Verts et des Fermiers. Cet économiste était jusqu’alors député. C’est le 13e chef du gouvernement en 25 ans d’indépendance. La vie politique lettonne est vraiment marquée par une instabilité chronique
     
    Il reste deux ans avant les prochaines élections législatives. Que veut, que peut, faire le nouveau Premier ministre d’ici l’automne 2018 ?
     
    L’économie est nettement au cœur des priorités. C’est le premier point inscrit dans la déclaration gouvernementale. Il faut développer l’emploi et la productivité dans un pays aux grandes inégalités. Maris Kučinskis a aussi mis l’accent sur les réformes de l’éducation et de la santé, toujours annoncées, jamais réalisées, mais aussi sur la démographie. La Lettonie perd des habitants, plus de 200 000 en 10 ans. Le Premier ministre veut donc développer toutes sortes d’aides pour encourager la natalité. Enfin, les questions de défense sont aussi importantes; 2% du PIB consacré à la défense, c’est pour 2020 selon le chef du gouvernement. Un signe fort quand l’Otan vient d’annoncer le renforcement de sa présence dans la région.
     
    Mais la Lettonie prend aussi un virage plutôt à droite
     
    Tout d’abord, au niveau politique, le parti de l’Unité, pro-européen, perd des postes. Reste l’alliance nationale, très à droite, et le parti des Verts et Fermiers. Celui-ci est dirigé par un oligarque anti-Europe et anti-Otan, quelle va être son influence réelle ?
    Et puis la question des réfugiés a radicalisé les partis politiques et la société lettonne. Dans la déclaration gouvernementale, il est indiqué que la Lettonie ne peut en accueillir plus que le millier prévu. Cette question avait d’ailleurs failli faire chavirer le précédent gouvernement. Alvis Hermanis, metteur en scène de théâtre adulé, avait ainsi pris position contre leur accueil sans provoquer de fortes réactions. De manière générale, on assiste à une sorte de repli sur soi. Loi sur la moralité, fermeture d’institutions culturelles et même professeur embêté pour avoir fait étudier des poèmes avec des injures.

     


    Sur le même sujet

    • Bonjour l'Europe

      Lettonie: démission de la Première ministre Laimdota Straujuma

      En savoir plus

    • 7 milliards de voisins

      Les Aliens de Lettonie (Rediffusion)

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.