GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 10 Décembre
Dimanche 11 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Présidentielle au Ghana: le président sortant a concédé sa défaite (parti)
    Dernières infos

    A la Une: Centrafrique, l’espoir d’une renaissance

    C'est le 14 février qu'à lieu le deuxième tour de la présidentielle centrafricaine entre Anicet Georges Dologuélé (G) et Faustin Touadéra. AFP

    Pays meurtri, pays harassé, la République centrafricaine organise aujourd’hui le second tour de l’élection présidentielle dont le monde en général et les Centrafricains en particulier attendent en effet une renaissance. Le scrutin oppose Anicet Georges Dologuélé à Faustin Archange Touadéra. Pour les électeurs centrafricains, c’est un « nouveau départ » pour « sortir » de trois ans de violences intercommunautaires, espère Le Point. « Mais la tenue d'un nouveau premier tour des législatives s'annonce comme un défi », complète aussi l’édition en ligne de l’hebdomadaire.

    Le Journal du Dimanche souligne les points communs des deux finalistes. Outre leur âge – 58 ans chacun – l’hebdomadaire remarque que, « quel que soit le vainqueur, ce sera un président chrétien et un ancien Premier ministre. Les deux hommes aiment les chiffres. L’un fut banquier, l’autre est encore professeur de mathématiques. […]L’un est appelé « M. Propre » (…) L’autre, Faustin Archange Touadéra, s’est bâti une réputation de sauveur », formule le JDD.

    Notre-Dame-des-Landes : un référendum pour une primaire
     
    Trois jours après le remaniement du gouvernement, la presse française s’interroge sur la grande annonce qui l’a accompagné : l’organisation d’un référendum sur la réalisation ou non du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, dans l’ouest de la France. Un projet rebaptisé « Notre-Dame-de-la-Discorde » par Le Journal du Dimanche. Qui estime en effet que cette consultation annoncée dissimule des non-dits, et que « ce qui se profile, c’est le prochain "coup" du président. Sauf s’il était plombé par le chômage, il pourrait accepter, murmure- t- on, l’idée de participer à… une primaire de toute la gauche. […]Et si Hollande (…) disait un jour chiche à la primaire ? Ou, si l’on préfère : un scénario devenu depuis jeudi soir… disons : plausible », imagine le JDD.
     
    Egypte : autocratie pharaonique
     
    Cinq ans après la révolution, le régime égyptien est « plus répressif que jamais ». C’est l’avis du journal L’Obs, qui est allé le constater sur place. « Arrestations, enlèvements, assassinats », avec « plus de 1400 tués, 40 000 arrestations, essentiellement des Frères musulmans ou supposés tels, mais aussi (…) des démocrates, des avocats, des blogueurs. L’Egypte détient, après la Chine, le record du nombre de journalistes sous les verrous : vingt-trois, selon un dernier décompte. Une répression qui n’a cessé de s’intensifier à la veille du cinquième anniversaire de la révolution », constate L’Obs.
    Au Caire, la capitale, le journal relève ainsi que, ces dernières semaines, les policiers ont effectué des raids dans « cinq mille appartements du centre ». Et comme la loi les oblige à limiter les gardes à vue à vingt-quatre heures, l’appareil répressif égyptien procède plutôt à des enlèvements sans laisser de traces. « Trois cent quarante cas de disparus (ont été recensés) entre le 1er août et la fin 2015. Soit une moyenne de trois par jour (…) Cette vague répressive touche même les défenseurs des droits de l’homme », s’effare L’Obs.
     
    UNSA : fric-frac au syndicat
     
    Social. Ces révélations concernant un syndicat français, où deux dirigeants sont suspectés de détournement de fonds. Selon L’Express, « Eric Biro » et « Patrice Goardou », deux dirigeants de la fédération de la sécurité de l’UNSA, syndicat proche de la gauche, ont été « interpellés » en début de ce mois, l’un d’eux a été mis en examen pour « abus de confiance ». Ces deux importants dirigeants de l’Unsa auraient détourné « plusieurs centaines de milliers d’euros des comptes du syndicat » à des fins « d’enrichissement personnel » énonce l’hebdomadaire.
     
    Trump : gun crazy
     
    Aux Etats-Unis, la candidate démocrate Hillary Clinton a mordu la poussière dans le New-Hampshire face à son rival Bernie Sanders, mais Donald Trump, lui, a remporté cette élection primaire chez les Républicains. Et c’est en France que le milliardaire américain a fait scandale cette semaine, avec ses déclarations à Valeurs Actuelles. Y critiquant la législation française en matière d'armes, Donald Trump fait le parallèle avec les attentats du 13 novembre à Paris et dit à l’hebdomadaire croire dur comme fer que si, au Bataclan, « il y avait eu dans l’assistance quelques personnes armées et entraînées, […] ils auraient tué les terroristes. C’est du bon sens, dit-il, […] Je possède en permanence une arme sur moi. Je peux vous dire que si j’avais été au Bataclan ou dans un des cafés, j’aurais tiré. Je serais mort peut-être, mais j’aurais dégainé ». Pour Donald Trump, la France « n’est plus ce qu’elle était, et Paris non plus ». Des déclarations qui ont scandalisé une bonne partie de la presse française.
     
    Bret Easton Ellis : la tentation d’Hollywood
     
    Donald Trump, justement, l’écrivain américain Bret Easton Ellis en parle cette semaine en France. L’écrivain américain, dont les romans sont, pour la première fois, rassemblés dans la collection « Bouquins », se confie à L’Obs. L’auteur de Moins que zéro, un des sept livres qu’il a écrit, y parle volontiers de tout et même, en effet, de Donald Trump dont il se garde de dire du mal, au contraire. Car les grands médias regardaient avec « beaucoup de condescendance » le milliardaire américain qui joue les trublions dans les rangs du Parti républicain ; ils pensaient pouvoir lui « imposer leurs règles pour le faire entrer dans leur moule. C’est le contraire qui s’est produit, ce qui les plonge dans un état de panique absolu », se réjouit l’auteur d’ American psycho. Qui épingle au passage le New York Times. Ce journal qui a la « prétention d’être neutre et objectif alors qu’il ne l’est, en réalité, absolument pas », martèle Ellis, au sujet de cette vraie institution de la presse américaine, un journal qu’il accuse d’avoir « ses à priori, son idéologie et ses codes qu’il dissimule derrière le masque de la neutralité souriante, ce qui est une foutaise complète », bucheronne l’auteur des Suites impériales.
    A L’Obs, Ellis dit aussi sa lassitude des fêtes et, dans une certaine mesure, de l’écriture, lui préférant la mise en scène de cinéma. Bret Easton Ellis « tourne la page », formule le journal. Après avoir épuisé les charmes de la côte est des Etats-Unis, Ellis a donc installé ses pénates à Los Angeles, capitale du cinéma. Une étoile va naître, qui sait ?


    Sur le même sujet

    • Centrafrique

      Présidentielle en RCA: un scrutin crucial qui s'annonce serré

      En savoir plus

    • RCA

      RCA: un débat télévisé pour achever la campagne

      En savoir plus

    • Invité France

      Vers un référendum pour trancher le dossier Notre-Dame-Des-Landes

      En savoir plus

    • Egypte

      Egypte: tapis de 4 kilomètres pour Sissi, les internautes voient rouge

      En savoir plus

    • Moyen-Orient

      Que reste-t-il des printemps arabes ?

      En savoir plus

    • Egypte

      Egypte: un caricaturiste accusé d'avoir créé un site «sans permis»

      En savoir plus

    • Etats-Unis

      Primaires américaines: qui finance la campagne des candidats?

      En savoir plus

    • Etats-Unis

      Primaire républicaine: le succès de Trump met le parti dans l’embarras

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.