GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Aujourd'hui
Mardi 30 Août
Mercredi 31 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Un embargo russe très symbolique vis-à-vis du soja américain

    La Russie peut se tourner vers l'Amérique du Sud à cette période de l'année, le soja brésilien est en outre beaucoup moins cher que le soja américain, étant donné la chute de la monnaie brésilienne, le real. Getty Images

      La Russie vient d'imposer un embargo contre le soja et le maïs américains qui s'applique à partir de ce lundi 15 février 2016. La décision de Moscou a une portée plus symbolique que commerciale.

       

       

      La Russie ne veut plus du soja ni du maïs des États-Unis. Les autorités sanitaires russes disent avoir décelé des mauvaises herbes et des bactéries dans les cargaisons de soja américaines, ainsi que des traces de fusariose, un champignon, dans celles de maïs. Moscou a donc décrété un embargo, jusqu'à nouvel ordre, contre des produits emblématiques de la puissance agricole des États-Unis, premiers exportateurs de soja et de maïs au monde.
       
      Mais le geste russe a une portée très symbolique. « C'est une décision purement politique, estime Michel Portier du cabinet de conseil Agritel. La Russie n'importe quasiment pas de maïs et seulement 1 à 2 millions de tonnes de soja ». Rien à voir avec les 80 millions de tonnes de soja importées par la Chine, dont 30 millions de tonnes viennent des États-Unis. Les Russes importent donc cent fois moins de soja made in USA que les Chinois. L'impact sera donc négligeable sur les cours du soja, alors qu'ils ont chuté fortement lorsque les autorités sanitaires chinoises ont rejeté des cargaisons des États-Unis, le mois dernier.
       
      La Russie affiche donc une sévérité qui ne coûte rien à personne. Et surtout pas à elle, puisqu'elle peut aisément se tourner vers l'Amérique du Sud à cette période de l'année, le soja brésilien est en outre beaucoup moins cher que le soja américain, étant donné la chute de la monnaie brésilienne, le real. En Russie et dans les pays voisins, les récoltes de soja progressent également, remarque par ailleurs Didier Nedelec, d'Offre et demande agricole.
       
      La production de soja des pays de la mer Noire devrait croître de 30% à nouveau cette année. Alors certes les besoins russes de soja augmentent, la Russie développe de façon accélérée ses élevages de porc et de volaille, depuis que Moscou a interdit les importations de viande occidentale, mais la Russie est encore très loin d'être un client majeur sur le marché mondial de cette graine oléagineuse.
       
      La Russie ne souffrira pas de son embargo sur le maïs et le soja américain, les États-Unis non plus !

       

      1. 1
      2. 2
      3. 3
      4. ...
      5. Suivant >
      6. Dernier >
      Les émissions
      Commentaires
       
      Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.