GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Aujourd'hui
Mardi 30 Août
Mercredi 31 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    A la Une: journée ville morte en RDC

    © AFP/Pius Utomi Ekpei

      Les principaux partis d’opposition congolaise et de la société civile appellent à une journée ville morte ce mardi pour « dire non au troisième mandat » du président Joseph Kabila qui expire en décembre 2016. En effet, précise le site d’information Afrikarabia , « l’opposition accuse le chef de l’Etat de tout faire pour retarder le processus électoral afin de se maintenir au pouvoir au-delà du délai constitutionnel. Le 16 février a donc été décrété ville morte à Kinshasa, mais aussi dans tout le pays. (…) Une opération qui permet à l’opposition de continuer à faire pression sur la majorité en évitant d’aller à l’affrontement avec les forces de sécurité », pointe Afrikarabia. En effet, « les dernières manifestations se sont toujours soldées par des dérapages de la police. En janvier 2015, rappelle le site, les manifestations contre la loi électorale avaient fait une quarantaine de morts selon les ONG internationales. Ce mardi, l’opposition appelle donc les Congolais 'à rester à la maison, à ne pas aller au travail et à ne pas envoyer les enfants à l’école'. L’opération sera sans doute moins spectaculaire que les manifestations de rue… Reste à savoir si elle sera efficace ? Pas si sûr, estime Afrikarabia. Mais il ne s’agit pour l’instant que d’un premier round. D’autres actions doivent suivre. »

      L’UDPS divisée ?

      Finalement, le principal parti d’opposition congolais, l’UDPS, se joindra au mouvement. C’est ce que souligne le site d’information congolais 7 sur 7 : « à son tour, constate-t-il, Étienne Tshisekedi, le leader de l’UDPS, soutient l’opération ville morte programmée ce mardi. (…) Pour lui, il s’agit d’une manifestation pacifique pour vaincre la dictature. Cette position du leader de l’opposition contredit les prises de position antérieures de deux de ses proches lieutenants », note 7 sur 7. En effet, « Bruno Mavungu et Bruno Tshibala avaient affirmé dans les médias jusqu’à récemment encore que leur parti n’était pas concerné par cette initiative de la Dynamique de l’Opposition, du G7 et du Front Citoyen 2016. La position de ces deux cadres du parti avait déjà mis à mal sa cohésion car sa jeunesse ne l’entendait pas de cette oreille. Elle continuait à travailler pour la réussite de l’opération ville morte. Finalement, le chef du parti a donc tranché en apportant son soutien à la jeunesse de son parti. Et de ce fait, a mis sa formation en phase avec les aspirations populaires. »

      Reste que cette valse-hésitation à la tête de l’UDPS inquiète certains commentateurs, à l’instar du site guinéen Ledjely.com : « on a de plus en plus du mal à lire la trajectoire de l’UDPS, affirme-t-il. De même qu’il n’est pas non plus aisé de dire qui commande le parti. Le dirigeant historique, aujourd’hui âgé de 83 ans, étant à bout de souffle, la bataille pour sa succession semble avoir commencé. Et malheureusement, la rivalité entre les aspirants respectifs en arrive à affecter le positionnement de la formation politique. »

      En tout cas, relève le quotidien Aujourd’hui à Ouaga, « avec cette journée ville morte, on assiste à un semblant d’unité de l’opposition » qui adresse là « un énième avertissement à grands frais, au locataire de la présidence, Kabila Junior. (…) Reste à savoir si cette journée sera une réussite ou un flop. »

      Kabila se tire dans le pied…

      Ce qui est sûr, pointe pour sa part Le Pays, toujours au Burkina, c’est que Kabila est sur la mauvaise pente, avec notamment la récente arrestation de l’opposant Martin Fayulu, le président du parti Engagement pour la Citoyenneté et le Développement. « Ce député, accusé d’ourdir des troubles à l’ordre public, a pu finalement regagner les siens apparemment plus motivés que jamais, pointe le journal, à tenir le rendez-vous de protestation contre le calendrier électoral prévu ce mardi. (…) Kabila se trompe royalement de combat, poursuit Le Pays. Il est en effet illusoire en ce siècle de prétendre pouvoir museler durablement l’opposition politique et la société civile dans un pays qui aspire à la démocratie. En multipliant les exactions et les brimades vis-à-vis de toutes les personnes qui osent s’opposer à lui, Kabila se tire plusieurs balles dans le pied, s’exclame encore le quotidien burkinabé. (…) Ces violences répétées contre les opposants de tout bord achèveront de révéler le vrai visage du dictateur Kabila et de convaincre ceux qui en doutaient encore, qu’il est le problème de la RDC et qu’il n’y a pas d’autre solution que de se débarrasser de lui. Ainsi donc, conclut Le Pays, le régime Kabila est en train de creuser lui-même, par ses actes, lentement mais sûrement, sa propre tombe. S’il ne change pas son fusil d’épaule, il sera tôt ou tard balayé. Et sur ses cendres, les fleurs de la démocratie réelle qu’appellent de tous leurs vœux, les héritiers de Patrice Lumumba, se feront le plaisir de pousser. »

      1. 1
      2. 2
      3. 3
      4. ...
      5. Suivant >
      6. Dernier >
      Les émissions
      Commentaires
       
      Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.