GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    La préfecture du Bas-Rhin a révisé à la baisse le bilan de l'attaque de Strasbourg. Les derniers chiffres donnent deux morts et 14 blessés, dont sept graves. La préfecture faisait état jusqu'à présent d'un bilan de trois morts et 13 blessés, dont huit graves.

    Thiès, quand le train sifflera

    La grandeur du rail à Thiès se raconte jusque dans les ronds-points de la ville, à quelques pas de la cité des cadres du chemin de fer Ballabey, une cité rebaptisée Ibrahima Sarr, du nom de l’artisan de la grande grève de 1947- 48. © Vladimir Cagnolari

    La deuxième ville du Sénégal, située à 70 km à l’est de Dakar, est surnommée la capitale du rail. Cet ancien carrefour ferroviaire de toute l’Afrique de l’Ouest a longtemps vécu, au rythme du passage régulier des trains de marchandises, mais aussi de voyageurs en route pour Saint-Louis ou Bamako…
    Or, depuis vingt ans, les trains se raréfient. La ligne Dakar-Saint-Louis a disparu et le Dakar-Bamako ne transporte plus que des marchandises. Le chemin de fer a été privatisé, et les cheminots voient peu à peu dépérir ce chemin de fer qui faisait leur fierté.
    Pourtant, dans les rues de Thiès, la mémoire de ce glorieux passé ouvrier et industriel reste vive. Elle se lit par bribes, sur les façades, dans les quartiers de la ville ou dans son musée régional, mais surtout dans le cœur des Thiessois.
    Car Thiès, c’est aussi une ville symbole : celle de la lutte des cheminots africains qui, en 1947-48, réclamèrent l’égalité des salaires avec leurs homologues blancs. Une étape de plus dans la marche vers l’indépendance.
    Depuis quelques temps, à Thiès, on reprend espoir. Un accord entre le gouvernement sénégalais et la Chine pourrait, en effet, relancer ce secteur ferroviaire moribond et faire renaître Thiès, la belle et fière endormie.
    Un reportage de Vladimir Cagnolari.

    Cette émission a été réalisée grâce au concours de la compagnie aérienne Corsair.

    Liens utiles :
    - Quelques informations sur l’identité et la mémoire ferroviaire de Thiès sont à trouver sur le site de la ville
    - Pour les passionnés du rail, les ingénieurs et scientifiques français ont établi un document intéressant sur les ouvrages français du rail en Afrique Occidentale et Equatoriale.
    A consulter ici, avec tout plein de cartes et de tracés de chemin de fer dedans !

    A lire : 
    - Les bouts de bois de Dieu, d’Ousmane Sembene. Editions Pocket. Le grand roman de l’écrivain sénégalais s’inspire des évènements de la grande grève des cheminots africains de 1947-48 de Thiès.

    - Décolonisation et travail en Afrique, L'Afrique britannique et française 1935-1960, de Frederick Cooper. Editions Karthala. Une analyse des politiques coloniales vis-à-vis du travailleur africain et de ses revendications égalitaires. 

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.