GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
Aujourd'hui
Mardi 31 Mai
Mercredi 1 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    #Hack francophonie: bidouiller les données ouvertes du monde francophone

    DR

      Mettre les données publiques au service du développement des pays francophones, tel était l’objectif de la journée #hackfrancophonie organisée par Etalab (service du Premier ministre français, en charge de l’ouverture des données) et Open Data Burkina (son équivalent burkinabè), le 19 février 2016  à NUMA (lieu dédié à l’innovation) à Paris. En quoi l’exploitation et le traitement des données publiques peuvent contribuer à favoriser le développement économique, politique et social ? Neuf groupes ont planché sur cette question et ont imaginé des cartographies, des sites web ou des moteurs de recherche pour améliorer la vie publique.  

       

      • hackathon (hack, bidouiller+marathon) : évènement durant lequel des personnes se réunissent en vue de créer et de développer collaborativement un projet innovant (une application, un site web etc).
      • les données ouvertes (ou open data) : «Une donnée ouverte est une donnée (ndlr : les données peuvent être numériques, exemple : le nombre d’habitants au Togo, géographiques, exemple : une cartographie des reliefs en France, textuelles, exemple : le compte rendu d’un conseil des ministres) qui peut être librement utilisée, réutilisée et redistribuée par quiconque - potentiellement sujette à une exigence d’attribution et de partage à l’identique.» (source: opendatahandbook.org)
      •  #hackfrancophonie : évènement durant lequel des équipes se sont réunies pour travailler à partir des données publiques relatives aux territoires francophones, dans le but d’inventer des outils qui répondent à des problématiques liées à l’éducation, l’économie, la politique ou les transports...

      «Les réalisations de cette journée contribueront à démontrer en quoi l’open data est un puissant instrument pour le développement des pays francophones et, à terme, à créer une véritable Francophonie des données ouvertes.»
      (source :modernisation.gouv.fr)

      L’accès aux données au service de l’innovation et du développement
      Neuf pays de la Francophonie (Belgique, Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Haïti, Ile Maurice, France, Mali, Sénégal) étaient représentés par les équipes gouvernementales et «non-gouvernementales» qui ont participé à cette journée animée par Claire-Marie Foulquier-Gazagnes (chargée de mission à Etalab) et Julien Le Bot (journaliste). Ces groupes ont conçu des outils (cartes, sites web) à partir des jeux de données mis à disposition par des services gouvernementaux (exemple : etalab,Open Data Burkina) ou par des associations (exemple : OpenStreetMap). Ces outils sont imaginés dans le but d’améliorer, entre autres, la vie démocratique, l’agriculture, la santé ou l’éducation d’un pays.
       
      Les projets défendus par les différentes équipes 

      Crédit photo: Maurice Thantan, journaliste et mondoblogueur

       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
      Maurice Thantan

      1/ Transparence financière Ebola
      Une équipe a travaillé sur l’aspect financier de la crise d’Ebola. Le but ? Analyser quelles aides humanitaires ont été allouées aux différents pays touchés par la crise Ebola, et déterminer quel est l’impact de ces aides sur l’évolution du nombre de cas contaminés par le virus.  

      2/ Carte des lignes urbaines de bus à Tana (Madagascar)
      L’idée est de créer un plan (interactif et papier) des lignes urbaines de bus présentes de la capitale malgache, afin de faciliter la circulation des populations. Ce projet s’inspire de la cartographie des lignes de bus de Ouagadougou réalisée par la communauté OpenStreetMap du Burkina Faso ainsi que du projet abouti de plan interactif du réseau des lignes de bus à Managua (Nicaragua) réalisé par HOT avec la communauté OpenStreetMap Nicaragua.
       
      3/ Carte des écoles au Burkina Faso
      Ce projet, baptisé NENDO (Nos Écoles, Nos Données), est une application qui permet de visualiser et d’analyser des données relatives aux écoles et à leur environnement au Burkina Faso. L’idée est d’encourager la collaboration entre les administrations et la société civile afin d’améliorer l’éducation au Burkina Faso.
       
      4/ Éducation au Mali : où investir ?

      DR

      Cette équipe proposait de créer des cartographies qui mettent «en corrélation les données géographiques des écoles maliennes et les données socio-démographiques du pays» (Romain Dorgueil, porteur du projet). Le but est de mettre en évidence les déserts scolaires du Mali pour attirer, sur ces zones, l’attention des citoyens et des politiques.
       
      5/ Atelier «filière coton» au Burkina Faso
      L’équipe «filière coton» s’est demandée «comment les données ouvertes sur l'eau pouvaient pérenniser la filière coton du Burkina Faso tout en garantissant un développement durable». Ce projet a pour but de s’étendre à l’agriculture en général.
       
      Lire la suite sur atelier.rfi.fr

       


      Sur le même sujet

      • Atelier des médias

        Rencontres en cyber-francophonie au Forum Mondial de la Langue Française

        En savoir plus

      • Atelier des médias

        La presse et la francophonie

        En savoir plus

      1. 1
      2. 2
      3. 3
      4. ...
      5. Suivant >
      6. Dernier >
      Les émissions
      Commentaires
       
      Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.