GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Septembre
Lundi 17 Septembre
Mardi 18 Septembre
Mercredi 19 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    A la Une: au Gabon, une candidature sans surprise

    © AFP/Pius Utomi Ekpei

    « Comme dans un décor de cinéma, en compagnie d’ouvriers, devant un pont en construction. Ali bongo Ondimba se trouve dans la localité forestière d’Ouzouri, près de port Gentil. »L’image est décrite par Guineeconackry.info. C’est à ce moment que le président Gabonais en exercice annonce sa candidature pour l’élection présidentielle de septembre prochain.
     
    « Cette annonce repose cette sempiternelle question des mandats. Au Sénégal, on veut le raccourcir, Au Burundi, on s’entête à conserver un troisième mandat de tous les dangers, pendant qu’ailleurs les “coups KO”, sont préparés et parfois obtenus. Le président Ali Bongo qui veut remettre “ça” sera de quelle école ? Veut-il perpétuer la dynastie Bongo ? »
     
    Même interrogation pour La Nouvelle Tribune, derrière « le slogan “changeons ensemble”. Le président Ali Bongo Ondimba cherche un second mandat pour prolonger l’éternel règne des Bongo. »
     
    « Ali Bongo forever? » titre Fasozine.com. Et c’est une question car, comme le souligne le site burkinabè, cette candidature « est loin de faire l’unanimité. Et notamment au sein même du parti au pouvoir où certains proches du président sortant n’hésitent plus à s’afficher comme des “anti-deuxième mandat”. Il est en filigrane question de la légitimité filiale du candidat ». Alors qu’une plainte sur un acte de naissance controversé d’Ali Bongo a été « classée sans suite » en France.
     
    Pour Le Pays, « C’est maintenant que commencent les choses sérieuses ». Le quotidien qui analyse le choix du lieu utilisé pour l’annonce de sa candidature. « Port-Gentil est connue pour être une ville frondeuse qui, au lendemain de la victoire d’Ali Bongo en 2009, s’était fortement embrasée. »Deuxième raison:« Port-Gentil est située à quelques kilomètres seulement de la ville natale de Jean Ping qui, entré en dissidence, a décidé de faire voir des vertes et des pas mures au président Bongo ».
     
    Il a annoncé sa candidature le 15 janvier dernier. « C’est dire donc qu’Ali Bongo a soigneusement mis en scène sa déclaration de candidature ; une manière de dire aux populations de Port-Gentil qu’il ne les a pas oubliées, en dépit de tout. »
     
    Le Burundi, où l’on a trouvé de nouveaux charniers...
     
    « Les charniers continuent d’être découverts au Burundi. Les restes de trois corps, ensevelis dans des sacs, ont été découverts dans une parcelle inhabitée du quartier de Mutakura, quartier contestataire du Nord-Ouest de la capitale burundaise. »
     
    C’est le site Aujourd8.net qui s’en fait l’écho. « Une chose qui n’est pas très étonnante, vu les violences qui ont secoué le pays, depuis la décision de Pierre NKurunziza de rester au pouvoir. Mais si l’existence de ces charniers n’est pas une surprise en soi », continue Ahmed Bambara sur le site aujourd8.net. « C’est l’empressement des autorités burundaises à accuser l’opposition d’en être l’auteur qui laisse perplexe. En effet, selon le maire de Bujumbura, ce sont les opposants au régime N’Kurunziza qui seraient à l’origine du massacre. Mais pourquoi les opposants auraient-ils enseveli ces corps dans leur propre fief ? Quel dessein poursuivraient-ils ? », s’interroge l’éditorialiste, pour qui « il est curieux que la découverte de ce charnier intervienne à la veille de l’arrivée des experts indépendants de l’ONU et qui doivent enquêter sur les nombreuses violations des droits de l’homme commises depuis le début de la crise politique au Burundi. »
     
    Et à ce propos on pourra aussi lire sur Le Monde Afrique,  le reportage dans les geôles de Bujumbura, Jean-Philippe Rémy relate ce qu’il a vécu au service national de renseignement. Quand le 28 janvier dernier, il est arrêté et conduit à la documentation. Avec lui, « sept détenus rassemblés dans la cour. Ils attendent [...] assis à même le sol », écrit-il.« Six garçons et une fille qui portent les marques de la détention, ou celles de leur arrestation : visages tuméfiés, habits déchirés. Toute forme de communication est interdite. Pas un mot, pas un regard ne sont échangés ». Tant ils craignent l’agressivité des geôliers. Récit et témoignage d’un survivant de cet enfer à lire dans cet article du Monde
     
    Et puis la visite du président turc en Côte d’Ivoire
     
    Croissant et étoile sur fond rouge. Les quotidiens ivoiriens sont aux couleurs de la Turquie, avec la première visite d’un président Turc dans le pays... (http://news.abidjan.net/h/583303.html)
    Première étape d’une tournée ouest-africaine qui conduira ensuite Recep Tayyip Erdogan au Ghana, au Nigeria et en Guinée. Mais selon GuinéeConackry.info, l’objectif est clair: « repositionner la Turquie sur le marché africain face aux influences chinoise, indienne et européenne. La Turquie en pleine tourmente, avec la brouille diplomatique avec Moscou à cause du conflit syrien, dont les sanctions russes ont sérieusement affecté l’économie ».
     
    Alors oui, « Ankara se voit dans l’obligation de se tourner vers le continent africain ».

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.