GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 30 Novembre
Jeudi 1 Décembre
Vendredi 2 Décembre
Samedi 3 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    A la Une: Bénin, une vitrine démocratique

    © AFP/Pius Utomi Ekpei

    C’est le dernier jour de campagne pour ce scrutin observé de près par la presse ouest-africaine, comme par exemple le journal burkinabè Aujourd’hui, qui grince de toutes ses lignes sur ce qu’il appelle la « kermesse électorale des candidats milliardaires ».
     
    Pour ce journal ouagalais, les électeurs auront à opter, « non pas pour quelqu’un qui a pu amasser une fortune colossale, mais celui-là même qui sera à mesure de mener l’ex-Dahomey vers des lendemains qui chantent ». Comme le martèle Aujourd’hui, le Bénin n’a pas besoin d’un « PDG industriel, mais d’un manager d’hommes, qui ont en commun le vivre-ensemble, en somme un homme d’Etat ». A bon entendeur…
     
    Autre quotidien ouagalais, le journal Le Pays souligne en tout cas que la campagne électorale s’est « globalement » bien déroulée, et prédit que le scrutin se terminera « en beauté ». Mais, prévient le confrère, le Bénin n’a « pas droit à l’erreur ». Question de « réputation » de pays démocratique, un « label », selon Le Pays, et qui se doit d’être défendu « au-delà de toutes considérations égoïstes ». A charge pour tous de ne rien faire qui puisse « porter atteinte à cette renommée », enjoint le quotidien ouagalais, qui encourage chacun à faire « preuve d’élégance jusqu’au bout et se dire que quel que soit le vainqueur au sortir des urnes, c’est le Bénin qui gagne ».
     
    En tout cas, ce vendredi au Bénin est chômé et payé. Ainsi en a décidé le ministre de la Fonction publique et La Nouvelle Tribune le clame. Objectif de la mesure, permettre à tous les citoyens qui n’ont pas encore pu retirer leurs cartes d’électeurs d’avoir la possibilité de le faire. « A priori », observe le journal, cette mesure est « salutaire » car après les dénonciations et « couacs » ayant entaché l’opération de distribution des cartes d’électeurs, cette mesure est une manière pour le gouvernement d’essayer de « corriger le tir ». Toutefois, remarque La Nouvelle Tribune, « curieusement », la journée de vendredi correspond au dernier jour de campagne. Et donc, mais cette fois-ci « a posteriori », cette mesure vise à donner un feu vert à tous les travailleurs de « battre campagne ».
     
    Congo : info ou intox
     
    La campagne électorale s’achève donc au Bénin avant le premier tour dimanche. Au Congo-Brazzaville, en revanche, elle démarre. Dans la perspective de l’élection présidentielle du 20 mars prochain, c’est aujourd’hui le top départ. Et le quotidien Les Dépêches de Brazzaville, qui publie « en Une » les photos d’identité-couleur des neuf candidats, dont une femme, Claudine Munari, prodigue son « conseil » aux observateurs étrangers venus spécialement pour, justement, observer le déroulement du processus électoral. Le journal leur recommande donc de ne pas s’arrêter aux « apparences » et de ne pas prendre pour « argent comptant » les propos qui leur sont tenus et les « informations » qui leur sont données. Il leur conseille de démêler le « vrai du faux », eux qui constituent une « cible privilégiée pour ceux qui tentent de perturber le processus électoral en cours au Congo » et qui, de ce fait, pourraient être « manipulés par le canal d’une désinformation qui ne dit pas son nom ».
     
    Mali : permis de tirer requis
     
    Au Mali, le nord du pays demeure sous la menace terroriste. C’est ce qu’a constaté sur place le quotidien français Le Figaro. Cette menace terroriste « évolue en s’amplifiant », note le journal. Et il est temps de faire « évoluer la stratégie », relève-t-il. Ce qui pose la question du mandat de la Minusma. Ce mandat de maintien de la paix « ne permet pas aux quelques 10 000 Casques bleus présents au Mali de rechercher et d’attaquer les terroristes », rappelle Le Figaro, en écho du discours des autorités maliennes, lesquelles « continuent de réclamer un mandat plus robuste ».

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.