GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 7 Décembre
Vendredi 8 Décembre
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    La «monnaie hélicoptère» au secours de l’Europe

    Des économistes recommandent de distribuer de l'argent aux ménages pour relancer la consommation. (Photo: DR)

    Distribuer de l'argent aux ménages pour relancer la consommation. Cette idée a priori simple fait de plus en plus d'émules en Europe, un concept que les économistes ont baptisé monnaie hélicoptère.

    Imaginons un instant des hélicoptères virevoltant au-dessus de nos têtes et semant au vent une pluie de billets. Logiquement, tout le monde se précipiterait pour récolter cette manne céleste et la dépenserait. Voilà un moyen a priori facile de doper la consommation et de faire ainsi remonter les prix. Cette métaphore de la monnaie hélicoptère, car c'est bien une image et pas encore un outil conventionnel à la disposition des banquiers centraux, est une trouvaille de l'économiste américain Milton Friedman. Il voulait ainsi démontrer dans les années 60 qu'il est possible d'agir efficacement pour ranimer l'inflation. Ranimer l’inflation, c'est exactement la mission que la Banque centrale européenne n'arrive pas à remplir. D'où l'idée du recours à la monnaie hélicoptère, promue par le mouvement Quantitative Easing for People (« l'assouplissement quantitatif pour le peuple ») lancée par des économistes de l'Europe entière.

    Pourquoi cette monnaie hélicoptère serait plus efficace?

    Jusqu'à maintenant, la BCE s'est adressée aux banques. C'est d'ailleurs son rôle de leur donner des impulsions. La BCE a commencé à baisser les taux d'intérêt pour inciter les ménages à emprunter. Faute de résultat probant, elle est passée à la vitesse supérieure en rachetant de la dette détenue entre autre par ces banques pour leur redonner de l'argent et donc des moyens de faire crédit. Les spéculateurs adorent, ils en jouent, cela crée des bulles dangereuses sur les marchés, mais l'économie réelle n'en a pas bénéficié. Ces capitaux frais restent bloqués dans les tuyaux des marchés, la courroie de transmission des banques semble cassée. Avec la monnaie hélicoptère on esquive les banques en donnant directement aux ménages.

    Mario Draghi, le président de la BCE, trouve l'idée intéressante

    C'est ce qu'il a répondu à des journalistes la semaine dernière en prévenant d'entrée de jeu que le recours à un tel dispositif n'a pas encore été envisagé, ni même abordé au sein du conseil des gouverneurs. Car cet instrument séduisant est d'abord peu conforme à l'orthodoxie financière et ensuite techniquement compliqué à mettre en œuvre. Il faut déterminer le montant utile et le moyen de distribuer l'argent. Le crédit d'impôt qui apparait comme la solution la plus facile nécessite le vote d'une loi, donc une procédure longue et coûteuse et pas forcément bien répartie. En Suisse un économiste propose d'utiliser le canal de l'assurance maladie. Difficile à coordonner au niveau de la zone euro. Il y a donc des obstacles techniques à franchir, sans parler des réticences des banques et des marchés qui n'ont rien à gagner dans une telle opération.

    La monnaie hélicoptère ne risque t-elle pas de faire flamber l'inflation?

    Quand les banques centrales financent directement les Etats, ils se mettent à dépenser sans compter, on a alors effectivement un risque d'hyper inflation et donc de crise de la dette, c’est ce qui s’est passé au Zimbabwe. Mais la monnaie hélicoptère n'est pas un crédit, mais un plus offert aux agents économiques. Avec cependant des risques. Rien ne dit que les ménages achèteront des produits fabriqués en Europe, le danger c'est de faire grimper les importations, et donc de détériorer la balance commerciale sans relancer l'économie locale. C'est donc un outil à utiliser avec précaution ; il serait peut-être plus utile aux entreprises qu'aux ménages. On en n'est pas encore là. Mais l'idée fait son chemin, cela démontre à quel point la politique menée par la Banque centrale européenne est aujourd'hui démonétisée.


    Sur le même sujet

    • Nouvelles Technologies

      Des devises sans frontières

      En savoir plus

    • Economie

      La Banque centrale européenne abaisse son taux directeur à zéro

      En savoir plus

    • Aujourd'hui l'économie

      BCE: en attendant «super Mario», la magie n'y est plus

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.