GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    A la Une: recueillement et colère en Côte d’Ivoire

    © AFP/Pius Utomi Ekpei

    Tout le pays est en deuil après l’attaque meurtrière de dimanche à Grand-Bassam. Recueillement et colère donc…

    « Bassam n’est pas Haram », s’exclame L’Intelligent en première page. « Haram c’est le mal, c’est le péché. Mais Dieu merci, Bassam n’est pas Haram. Bassam ne sera jamais Haram. Le mal c’est Aqmi, s’exclame le quotidien abidjanais. Le Haram, c’est Boko Haram et toute cette nébuleuse de terroristes tueurs, qui sont forts pour taper dans le dos des gens. Mokhtar Belmokhtar et sa bande sont déjà vaincus, tonne L’Intelligent. D’autant plus qu’ils n’ont pas pu atteindre leur objectif qui est celui de semer la peur et la psychose. Lui et ses troupes ont essuyé un revers dans la mesure où toutes les réunions internationales dont ils souhaitaient l’annulation ont été maintenues. Une manière de démontrer que leur action ne pourra en aucune manière altérer l’ardeur des Ivoiriens à conduire la Côte d’Ivoire à l’émergence avec le soutien de la communauté internationale. »

    Faire front

    Il faut faire « front contre le terrorisme », lance Fraternité Matin. « L’Afrique en devient le ventre mou ! Et avec la chute du guide en Libye, tout le réseau s’est ébranlé vers le Mali. Dans sa partie septentrionale où des groupes de terroristes aussi féroces les uns que les autres se sont formés. Un cheval de Troie établi dans le désert. (…)

    Malheureusement, soupire Frat’ Mat’, le cancer s’est répandu aux voisins d’à côté. Porosité des frontières ? Malgré le principe de la libre circulation des personnes chère à notre communauté, la vigilance est de mise. Pour qu’enfin le mal soit étouffé dans l’œuf. Renforcer l’interconnexion entre les pays en matière de renseignements pour la bonne gestion des frontières. Debout contre l’ennemi N°1 ! »

    Et Fraternité Matin d’exposer toute sa détermination : « la Côte d’Ivoire a été attaquée par la pieuvre sanglante. Les terroristes ont frappé notre pays mais le peuple ivoirien ne se laissera pas intimider. Nous sommes un peuple digne qui s’honorera toujours d’être un modèle de l’espérance promise à l’humanité, comme nous le chantons si bien dans notre hymne national. Nous sommes la Côte d’Ivoire. Nous sommes Bassam. »

    Les combattre par tous les moyens !

    Pour Le Pays au Burkina, « la seule solution pour venir à bout des terroristes islamiques est de les combattre par tous les moyens. Car, céder à la peur ne mettra personne à l’abri. Bien au contraire, ce serait leur faciliter la tâche. Par conséquent, poursuit le quotidien burkinabé, le monde n’a pas d’autre choix que de vivre avec le terrorisme, tout en se donnant les moyens de réduire ses méfaits, à défaut de pouvoir l’anéantir. En tout cas, il serait illusoire de croire qu’en cédant aux intimidations des djihadistes, on serait épargné et qu’on aurait la paix. Tôt ou tard, ils s’attaqueront même à ceux qui ne leur ont jamais cherché noise. Comme c’est le cas de nos Etats aujourd’hui. Les victimes, c’est bien les pauvres populations innocentes dont ils ne cessent de verser inutilement le sang. Pour toutes ces raisons, affirme encore Le Pays, il ne faudra pas céder aux intimidations des djihadistes. Au contraire, il faudra renforcer la coopération internationale à travers le renseignement, notamment, et les traquer jusque dans leurs derniers retranchements. Il y va de la liberté dans le monde et de la survie des Etats. »

    Retour à la case France pour Hama

    A la Une également, l’évacuation sanitaire vers Paris de l’opposant nigérien Hama Amadou… « Le candidat de la COPA 2016 pour les présidentielles du 20 mars été pris en charge par l’hôpital Américain de Paris, constate Tamtam Infos à Niamey. Ce feuilleton politico-judiciaire et humanitaire a enfin connu un dénouement heureux. »

    « Retour donc à la case France pour Hama, s’exclame L’Observateur Paalga, Hama qui, en 2014 déjà, avait dû s’exiler dans l’Hexagone pour échapper aux poursuites judiciaires dans le cadre de l’affaire ditehama-amadou du trafic de bébés. En rentrant au bercail en novembre 2015, il savait pertinemment qu’il irait directement de l’aéroport au pénitencier. C’est sans nul doute quelque part une partie de poker politique, une espèce de qui perd-gagne, estime encore le quotidien ouagalais. Car à défaut de ravir la magistrature suprême, il sera néanmoins parvenu à polluer les eaux politiques du fleuve Niger et à em… celui qui était, il n’y a pas longtemps encore, son principal allié. Avant de s’en retourner tranquillement à Paname. Et si finalement c’était le but du jeu ? »

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.