GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    A quoi rêvons-nous ? Pourquoi les cauchemars ?

    Le cauchemar, Johann Heinrich Füssli. © Bridgeman Art Library

    Nos invités du jour, les spécialistes du sommeil Isabelle Arnulf et Antonio Zadra, s'interrogeront autour de la question suivante :  « A quoi rêvons-nous ? Pourquoi les cauchemars ? ».

    EMISSION 1/2 à l'occasion du Cycle la Science des rêves qui se tient à la Cité des Sciences jusqu'au 12 avril 2016.

    Tout le monde rêve, même celui qui ne s’en souvient pas ! Pourquoi rêve-t-on ? Comment le cerveau endormi construit des récits détaillés et complexes ? Peut-on diriger ses rêves, maîtriser ses cauchemars ? Quel rôle jouent nos rêves sur notre mémoire et nos émotions ? Nos nuits n’ont pas livré tous leurs mystères...

    Pourquoi une nuit vire-t-elle au cauchemar ? Que révèle le cauchemar sur notre état émotionnel ? Les cauchemars des hommes et des femmes diffèrent-ils ? Si oui, pourquoi ?

    Avec:

    - Isabelle Arnulf, neurologue, directrice de l’Unité des pathologies du sommeil de l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, chercheuse à l’Institut du cerveau et de la moëlle épinière (CNRS/UPMC/Inserm).
    - Antonio Zadra, chercheur au Centre d’études avancées en médecine du sommeil de l'Hôpital du Sacré-Coeur, professeur titulaire de psychologie à l’Université de Montréal.


    Sur le même sujet

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.