GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 1 Juillet
Samedi 2 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    A la Une: l’Europe frappée au cœur

    AFP

      Noir comme le deuil, noir comme ce tunnel de métro à Bruxelles, ou encore noir comme la fumée qui s’échappe de l’aéroport de Zaventem.

      Autant de photos chocs à la Une des quotidiens. « L’Europe frappée au cœur », lance Le Figaro. « Bruxelles frappée par le terrorisme », renchérit Le Monde. « L’Europe attaquée », s’exclament Les Echos. « La guerre en Europe », soupire Le Parisien. « Abominable », tonne Le Midi Libre. « Le cauchemar continu », affirme Sud-Ouest. Et en première page de Libération, juste cette mention : « Bruxelles, 22 mars 2016 »
       
      Libération qui constate : « ils visent tout ce qui nous rattache à la liberté. […] Leur geste est limpide : plutôt que les principes de droit, ils veulent une théocratie régressive, le califat fondé sur un islam défiguré. Ils agressent donc le califat des droits de l’homme : l’Europe politique. Cette Europe va-t-elle se laisser faire, renier ce qui la tient ensemble ? C’est l’heure du sursaut, s’exclame Libération. La coopération, l’union, la solidarité entre Etats démocratiques est plus que jamais nécessaire, en matière policière comme en matière politique. »
       
      C’est désormais la « guerre de tous », pointe aussiLe Figaro. Désormais, « les responsables européens sont mis au défi de protéger leurs citoyens et d’anéantir ceux qui sèment la mort dans leurs villes. Vigilance aux frontières, surveillance des foyers islamistes, coopération policière - c’est le service minimum. Les pudeurs du Parlement européen et de certaines capitales face à la nécessaire montée en puissance d’un dispositif sécuritaire collectif sont devenues injustifiables, assène encore Le Figaro. La France ne doit plus être seule ou presque à guerroyer de l’Irak au Sahel : le maigre soutien qu’elle a reçu de ses pairs était une honte, il devient une faute. Face à un ennemi qui s’impose à elle, l’Europe doit exister en tant que force de frappe et de protection. »
       
      En effet, insiste Le Parisien, « les barbares à l’origine de ces carnages veulent importer sur notre sol une guerre qu’ils redoutent de perdre au sein de leur prétendu califat. L’Europe a été frappée au cœur. C’est à elle en premier lieu d’apporter protection et sécurité à ses citoyens en faisant en sorte que ses Etats s’unissent pour une réelle coopération antiterroriste. »
       
      La Croix renchérit : « c’est l’Europe qui a été frappée. C’est à l’Europe de répondre. »
       
      L’Opinion va plus loin : « c’est bien d’une guerre qu’il s’agit. Elle est mondiale et tous les pays sont frappés. Elle n’a ni règle, ni logique et n’a pour seuls visages ou presque que ceux de ses milliers de victimes. Dans cette guerre asymétrique, l’ennemi est puissant – il ne lui a fallu que quelques jours pour riposter à l’arrestation d’un des siens – et les batailles seront nombreuses. Chaque explosion, chaque mitraillage aveugle sera une défaite. Chaque arrestation, chaque démantèlement une victoire. »
       
      Et dans cette guerre, pointe L’Est républicain, « sans doute faudra-t-il un jour en venir à des choses simples comme révéler qui finance ces fous de Dieu. Et peut-être ne plus leur dérouler le tapis rouge pour leur revendre nos armes ou leur agrafer des rubans rouges en catimini, rouge comme ces rivières de sang que nous promettent les barbares de Daech… Le jihad, c’est un peu comme les paradis fiscaux, cela ne se combat pas à coups de bonnes intentions ! »
       
      Les journaux en Belgique : « L’union fera la force » : c’est le grand titre du quotidien Metro, le plus gros tirage en Belgique. Metro qui reprend ainsi la devise de la Belgique « l’union fait la force », avec cette photo du Manneken Piss, autre grand symbole belge, arborant le drapeau tricolore noir jaune rouge.
       
      « Lâches, méprisables, aveugles : les mots ont plu hier – et pleuvront encore - de toutes parts pour qualifier les attaques qui ont frappé notre pays, soupire Metro. Pas facile pourtant de trouver les siens, de mots, face à cette tragédie. »
       
      « Bruxelles n’est plus qu’une sirène », lance Le Soir, autre grand quotidien belge. « Le bruit est continu, il sort de partout, il traverse la ville comme une blessure ouverte. Ambulances, voitures de pompiers, combis de la police, voitures banalisées gyrophares allumés hurlent leur passage. Les gens s’arrêtent, regardent, hébétés : ils ont les yeux vides. Ils savent que tout cela est vrai, ils savent aussi qu’ils savaient : cela allait, cela devait arriver. C’est la tristesse surtout qui est infinie, poursuit Le Soir, elle suinte des pavés, elle dégouline des trottoirs. C’est le seul mot qui franchit les lèvres, “nos” lèvres, car voilà, c’est bien cela qui achève de nous achever : c’est chez nous, cette “chose”. “Nos” premiers attentats suicides, des corps sur le sol de notre aéroport de Zaventem, des morceaux de chair devant la rame de notre métro, éventré. »
       
      « Un geste, tout d’abord, écrit La Libre Belgique. S’incliner devant les victimes. Partager la douleur des familles. Une nécessité. Rendre hommage à ceux qui ont porté secours aux blessés. Un sentiment. La colère, le dégoût. La rage. Un cri. Non. Une attitude : faire face. Debout. »
       
      Pour La Libre Belgique, « la question n’est pas de savoir, maintenant, si la Belgique a été à la hauteur ou non. Oui, il y a eu des failles. Mais seul, un pays ne peut lutter efficacement contre un tel mal. La réponse, pour être forte et efficace, doit être européenne, internationale. Quoi qu’il en soit, le message doit rester clair, affirme encore le quotidien belge. Rien, absolument rien, pas même cette barbarie, ne doit nous empêcher de maintenir vivantes nos valeurs : la liberté, la tolérance. Parce que ces valeurs sont belles et universelles. Elles sont les nôtres depuis des siècles et jamais nous ne les abandonnerons. Notre volonté de vivre, celle du peuple belge et de tous ceux qui sont confrontés à cette pourriture, ne doit pas faiblir. Nous devons rester optimistes. Faire face, debout. Car sombrer dans le désespoir, la haine, la violence, à l’égard de quiconque, ce serait, précisément, donner raison à ces fanatiques. »
       
      Enfin cette lettre, poignante, de cet homme, belge, à son fils qui n’est pas encore né… Lettre publiée par La Libre Belgique : « Tu n’es pas encore là et je suis déjà inquiet. Je te demande pardon car aujourd’hui je doute. Je doute de ce que j’ai à t’offrir. Je doute que mes bras puissent te protéger jour et nuit de la bêtise des uns et des autres. Ce matin, j’ai le sentiment d’être terriblement égoïste. Égoïste de n’avoir que ça à t’offrir, un monde devenu fou, où la haine n’a jamais trouvé autant écho, où nos libertés n’ont jamais été autant remises en question. Jusqu’ici, je n’avais pas réalisé que donner la vie pouvait avoir quelque chose de si terrifiant… »


      Sur le même sujet

      • Appels sur l'actualité

        [Vos réactions] La Belgique face au terrorisme

        En savoir plus

      • Belgique / EI / Terrorisme

        Après les attentats de Bruxelles, le réveil difficile de la Belgique

        En savoir plus

      • Attentats de Bruxelles

        [Diaporama] Le monde se pare des couleurs de la Belgique

        En savoir plus

      • Belgique / UE

        Les attentats de Bruxelles permettront-ils l'adoption du fichier PNR en Europe?

        En savoir plus

      • Belgique

        Attentats à Bruxelles: le point sur l'enquête

        En savoir plus

      • Décryptage

        Les réseaux jihadistes belges

        En savoir plus

      • Belgique

        Attentats de Bruxelles: la Belgique frappée au cœur par le groupe EI

        En savoir plus

      • Belgique / Bruxelles / Attentats / terrorisme

        Attentats de Bruxelles: «C’était la panique totale»

        En savoir plus

      • Attentats de Bruxelles

        Attentats de Bruxelles: «une attaque contre notre société ouverte»

        En savoir plus

      • Accents d'Europe

        L’Europe touchée au cœur par les attentats

        En savoir plus

      • Belgique / Terrorisme

        Attentats de Bruxelles: l'Europe face à la terreur

        En savoir plus

      1. 1
      2. 2
      3. 3
      4. ...
      5. Suivant >
      6. Dernier >
      Les émissions
      Commentaires
       
      Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.