GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 30 Septembre
Samedi 1 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Antiterrorisme et reconnaissance faciale

    Reconnaissance faciale sur un logiciel d'ordinateur. Getty Images/Monty Rakusen

    Les technologies de reconnaissance faciale sont capables aujourd’hui d’identifier, par la forme de son visage, toute personne passant devant une caméra. Après les attentats perpétrés à l’aéroport de Zaventem en Belgique, le ministre français de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, compte déployer ces dispositifs d’identifications automatiques par vidéo dans tous les halls d’aérogares.

    Sécurité aérienne oblige, les bagages à main et les appareils électroniques sont déjà systématiquement passés au scanner à rayons X, tandis que ceux déposés en soute font l’objet d’une inspection aléatoire avec le même procédé. Les portiques magnétiques dans les salles d’embarquement font partie du quotidien de millions de voyageurs, afin de détecter la présence éventuelle d’objets métalliques dissimulés sous leurs vêtements.

    Les agents de sécurité vous « reniflent » à l’aide de capteurs électroniques pour savoir si vous ne transportez pas d’explosifs. Ces plateformes de contrôle qui occasionnent souvent des goulets d’étranglement, avec parfois le risque de rater son vol, sont efficaces, mais présentent le défaut majeur de se canaliser exclusivement sur l’embarquement immédiat des passagers.

    Une faille de sécurité, que les deux terroristes de l’aéroport international de Zaventem à Bruxelles ont exploitée, en activant leurs bombes dans les halls de l’aérogare, en amont des vérifications d’envol. Et c’est bien là le problème ! Comment sécuriser davantage, sans engendrer des files d’attente interminables qui placeraient alors les passagers à la merci des terroristes aux portes des aéroports ? Déployer des systèmes de reconnaissance faciale dans toutes les zones, préconise le ministre français de l’Intérieur Bernard Cazeneuve.

    Ces dispositifs existent et permettent d’identifier en temps réel des suspects déjà fichés en comparant par webcam les visages des voyageurs à ceux contenus dans les bases de données de la police. Une méthode plus simple est déjà employée depuis quelques semaines par l’aéroport de New York JFK, une caméra vous filme et l’ordinateur central vérifie que la photo sur votre passeport correspond bien à votre identité.

    Le Japon expérimente des dispositifs similaires pour détecter les terroristes, notamment en prévision des Jeux Olympiques de Tokyo en 2020. Récemment, des chercheurs américains ont mis au point un procédé qui permet aux ordinateurs de détecter les expressions faciales humaines liées à différentes émotions. Nos états d’esprit seront donc bientôt analysés et compris par les machines: dans les gares, les grands magasins, tous les lieux publics ou sensibles. Une « vigilance » par webcam interposée qui nous obligera peut-être un jour à accepter que nos données biométriques soient enregistrées dans un fichier unique, puis partagées par la plupart des gouvernements du monde ! Alors souriez ! Vous êtes bientôt filmés !

    Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.