GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Avril
Dimanche 21 Avril
Lundi 22 Avril
Mardi 23 Avril
Aujourd'hui
Jeudi 25 Avril
Vendredi 26 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    A la Une: l’investiture du président Touadéra

    © AFP/Pius Utomi Ekpei

    « Plusieurs chefs d’Etat ou leurs représentants sont attendus ce mercredi à la cérémonie d’investiture du nouveau président centrafricain Faustin-Archange Touadéra. Pour l’occasion, relèveLe Pays au Burkina, les Centrafricains ont mis les petits plats dans les grands pour célébrer le retour de leur pays à l’ordre constitutionnel normal, en refermant la page d’une Transition tumultueuse et émaillée de rebondissements pas toujours heureux qui ont, par moments, donné à désespérer de la Centrafrique, tant tout cela lui donnait les allures d’un serpent de mer. C’est donc logiquement que “Bangui la roquette” s’est refait une beauté, pour accueillir les quelque 150 personnalités parmi lesquelles des chefs d’Etat et de gouvernement venus assister à la grand’messe de la “résurrection” de ce peuple qui voit en l’Archange Touadéra, le “sauveur” qui pourrait lui faire oublier les sombres années du passé. »

    Jeune Afrique note que « François Hollande n’assistera pas à l’investiture du nouveau chef de l’Etat centrafricain. Mais Faustin-Archange Touadéra accueillera quand même à Bangui deux poids lourds du gouvernement français : Jean-Marc Ayrault, le ministre des Affaires étrangères, et Jean-Yves Le Drian, celui de la Défense et, très officieusement, celui de l’Afrique. »

    Travaux d’Hercule…

    Alors passé le temps des festivités, de nombreuses difficultés attendent le nouveau président centrafricain… « Au nombre de celles-ci, pointe le quotidien Aujourd’hui à Ouaga, le très brûlant dossier de la sécurité. De fait, le pays, charcuté et balafré par les lames socio-identitaires, est sous la coupe réglée de seigneurs de guerre, sans foi ni loi, qui ont érigé de petits empires qu’ils administrent au gré de leur humeurs changeants. Il y a aussi le chantier de la lutte contre la pauvreté. Classé au 185e rang mondial sur 187 en 2013 par le Programme des Nations unies pour le développement, le pays est très pauvre. Plus de 70 % de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté. Et puis autre chantier et non des moindres, relève encore Aujourd’hui, c’est celui de la réconciliation des cœurs. Les Centrafricains sont divisés ; ils vivent presqu’en vase clos, la haine recuite nouée à la gorge, en récriminant de vieilles rancœurs, exacerbées par des tensions intercommunautaires. C’est tout ce monde qu’il va falloir rassembler pour envisager l’avenir ensemble. En un mot comme en mille, conclut le quotidien burkinabé, durant les 5 ans à venir, le nouveau locataire du palais de la Renaissance devra confronter mathématiques, discipline dans laquelle il excelle, avec bonne gestion, réconciliation des cœurs et sécurisation du pays. Ce n’est pas évident, mais il est l’élu et le peuple attend tout de lui. »

    Attentes titanesques…

    En effet, renchérit Ledjely.com en Guinée, « au lendemain de cette journée de fête et au-delà du discours qu’il délivrera à l’occasion, Faustin-Archange Touadéra devra faire face à une pluralité de priorités qui, toutes sont concrètes et réelles. A commencer par l’Etat qui, en RCA, n’est que l’ombre de lui-même. De même, l’armée nationale et les forces de sécurité sont à rebâtir. La notion de Nation aussi est à réinventer au lendemain des affrontements entre Séléka et anti-Balaka. Par ailleurs, poursuit le site guinéen, dans un pays qui n’a pas toujours connu la stabilité, les services sociaux de base que sont l’éducation et la santé sont, à eux seuls, des défis à part entière. Les Centrafricains attendent aussi de Touadéra qu’il les sorte de leur misère et des précaires conditions de vie qui sont les leurs. Les jeunes, même n’étant majoritairement pas formés, voudront qu’il leur trouve du travail et qu’il fasse en sorte qu’ils aient des revenus consistants. En gros, conclut Ledjely.com, pour beaucoup de ses compatriotes, Archange Touadéra est la personnification de la providence et du salut. »

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.