GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
Samedi 21 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 23 Juillet
Mardi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Made in Algeria : la Fabrique coloniale

    Made in Algeria, janvier 2016, Mucem. Mucem/Agnès Mellon

    Le Mucem nous ouvre grand ses portes pour découvrir la conquête de l’Algérie par la cartographie. Pour la première fois, on peut voir comment les militaires de l’armée française imaginent le territoire algérien. Ces cartes, très rares, sont tout d’abord des aquarelles avec la baie d’Alger où, peu à peu, est dessiné un territoire nommé « Barbarie ».

    Début XIXème siècle, la conquête est très violente : la ville d’Alger est bombardée et détruite. Et grâce au récit de Zahia Rahmani, co-commissaire de l’exposition, on comprend que c’est à partir du débarquement du 14 Juin 1830 à Siddi Ferruch que le territoire est tracé, exploré, cartographié. Les cartographes et les peintres (les photographes de l’époque) sont encadrés par l’armée, et montrent un paysage magnifique, un pays de cocagne… mais vide de toute population. L’ image est récurrente, serait-elle le symbole du projet politique de la colonisation ? L’empire français ne considère pas l’existence de l’autre « inculte et sauvage », il vient le civiliser pour l’assimiler. Ainsi, les cartes vont se remplir de cette mission civilisatrice, en traçant toujours plus loin vers le sud. Car rien n’arrête la conquête de l’Algérie.

     

    Made in Algeria, janvier 2016, Mucem. Mucem/Agnès Mellon

    Tous nos remerciements au MUCEM et à toutes ses équipes.

    Ainsi qu’à Zahia Rahmani, co-commissaire de l’exposition Made in Algéria pour nous avoir guidé dans l’exposition, et accepté de nous confier son histoire personnelle.

    Zahia Rahmani
    Née en Algérie en 1962, elle vit à Paris et dans l'Oise.
    À Paris, elle poursuit des études de littérature et d'histoire de l'art consacrées à l'art moderne et contemporain. Après l'obtention d'une maîtrise sur Robert Rauschenberg, elle quitte la France pour travailler chez Léo Castelli à New York en 1988 et 1989. À son retour, elle termine son DEA d'esthétique et travaille dans différents lieux majeurs de l'art contemporain, tels que la Galerie nationale du Jeu de Paume, l'École des Beaux Arts de Nice et l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. Elle dirige actuellement un programme de recherche à l'Institut national d'Histoire de l'art. Elle intervient, par ailleurs, dans différentes manifestations consacrées à l'art et à la littérature contemporaine sous forme de récits autobiographiques et publie des articles critiques et littéraires dans différentes revues.
    Elle a publié trois livres chez Sabine Wespieser éditeur : Moze, qui a été sélectionné pour de nombreux prix littéraires et finaliste pour le Femina en 2003, « Musulman » roman, qui a obtenu la mention spéciale du Prix Wepler en 2005 et France, récit d'une enfance en 2006.

    Les titres de cet auteur
    :

    - Moze
    - « Musulman » roman
    France, récit d'une enfance
    - « Musulman » roman (SW Poche)
    - Moze (SW Poche)
    à paraître en avril 2016 (SW POCHE), éditions Sabine Wespieser.


    Merci également au MUCEM de nous avoir autorisés à diffuser des extraits du projet sonore :
    « Mémoires partagées », une production initiée et réalisée par le MuCEM, en collaboration avec Radio Grenouille.

    Le projet du musée a été mené en partenariat avec l’AMPIL (Action Méditerranéenne pour l'insertion sociale par le logement) et avec les petits frères des Pauvres.
    http://www.mucem.org/fr/programmation/boite-memoire-paroles-de-chibanis

     

     

    L’émission est disponible en téléchargement et podcast dès samedi 16h
    Diffusion SAMEDI 13H10 T.U sur l’Afrique
    Diffusion DIMANCHE 10H10 et 21H10 sur Paris et le monde

     

    • Repenser la mondialisation avec Serge Gruzinski

      Repenser la mondialisation avec Serge Gruzinski

      A écouter ou réécouter, je vous propose une sélection de nos meilleures émissions jusqu’au début du mois de septembre …

    • Archives Mandela, les lettres de prison

      Archives Mandela, les lettres de prison

      Condamné à la prison à vie par le régime d’apartheid de l’Afrique du Sud, Nelson Mandela rédige des centaines de courriers, …

    • Rwanda, les archives de la réconciliation

      Rwanda, les archives de la réconciliation

      L’une filme, l’autre traduit. Anne Aghion et Assumpta Mugiraneza sont deux femmes puissantes à l’initiative du Centre Iriba pour le patrimoine …

    • Simone Veil au Panthéon

      Simone Veil au Panthéon

      Le président de la République l’avait annoncé, lors de ses obsèques nationales, en juillet 2017… la France reconnaissante porte …

    • Dynamo contre Spartak

      Dynamo contre Spartak

      « Le Spartak c’est le peuple et le Dynamo les forces de sécurité », nous dit Nikita Simonian, ancien joueur du Dynamo sous Staline. …

    • Israël au pluriel (2/2)

      Israël au pluriel (2/2)

      Ils ou elles s’appellent Amal, Shlomo, Lucien, David ou Ziad et toutes et tous vivent sur une même terre. Une terre sous mandat britannique, promise aux juifs …

    • Israël au pluriel (1/2)

      Israël au pluriel (1/2)

      Ils s’appellent Segall, Shlomo, Lucien, Shimon ou Ziad, et toutes et tous vivent sur une même terre. Une terre à la fois promise aux juifs et aux arabes …

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.