GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Jeudi 23 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 25 Novembre
Dimanche 26 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Coton OGM : le Burkina Faso demande réparation à Monsanto

    Récolte du coton au Burkina Faso, l'une des principales ressources économiques du pays. AFP/ISSOUF SANOGO

    Le Burkina Faso s’estime lésé par la moindre qualité de son coton depuis qu’il a adopté les semences OGM de Monsanto. L'interprofession burkinabè du coton réclame au semencier américain près de 50 milliards de francs CFA, l’équivalent de 74 millions d’euros.

    Le Burkina Faso demande réparation à Monsanto. Depuis que les sociétés cotonnières ont adopté ses semences Bollgard II, une variété génétiquement modifiée pour lutter contre le ver du coton, le coton burkinabè a perdu un de ses principaux atouts : la longueur de sa fibre, le premier critère de qualité du coton, parce qu’une longue soie facilite la fabrication du fil.

    Dès 2012, la baisse de qualité du coton transgénique burkinabè s’est fait sentir… dans les revenus perçus par les sociétés cotonnières. Le coton burkinabè était décoté par rapport aux autres cotons ouest-africains sur le marché mondial. Mais difficile pour les sociétés cotonnières burkinabè de renoncer du jour au lendemain aux semences de coton BT. Elles étaient très populaires auprès des agriculteurs, parce qu’elles nécessitaient moins de passages de pesticides et qu’elles amélioraient sensiblement les rendements pour les paysans les moins bien formés.

    Un préjudice financier

    Monsanto s’était en outre engagé à retravailler ses semences, mais visiblement sans succès à ce jour. D’année en année, les sociétés cotonnières ont donc fait reculer le coton OGM, qui avait atteint jusqu’à 80 % des surfaces. Cette année, il est demandé aux agriculteurs de renoncer totalement au coton transgénique et de ne semer que du coton conventionnel.

    Le nouveau directeur général de la Sofitex, l’une des principales sociétés cotonnières, a pris la mesure des dégâts : 20 à 30 francs CFA de moins par livre de coton désormais. Un préjudice financier encore plus lourd en cette période de déprime des cours, mais aussi un préjudice moral, le coton burkinabè a perdu sa réputation, c’est l’or blanc du pays, deuxième ressource après l’or métal.

    Faute d’obtenir gain de cause dans ses négociations discrètes avec Monsanto, l’interprofession burkinabè du coton (AICB) réclame désormais au géant américain des semences 48,3 milliards de francs CFA, environ 74 millions d’euros. Une demande raisonnable aux yeux des professionnels du secteur.


    Sur le même sujet

    • Chronique des Matières Premières

      La Chine prête à écouler ses stocks de coton

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Le pétrole pas cher nuit au coton

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      La Turquie achète des quantités record de coton syrien au groupe EI

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.