GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Israël: les sirènes d'alarme activées à Tel-Aviv suite à une frappe tuant un commandant palestinien à Gaza (armée)

    Rapport de la Conariv en Côte d’Ivoire: les explications de Mgr Siméon Ahouana

    Monseigneur Siméon Ahouana, président de la Commission nationale pour la réconciliation et l'indemnisation des victimes ( CONARIV), en Côte d'Ivoire. © RFI

    316 954 : c'est le nombre de victimes de la crise ivoirienne entre 1990 et 2011, tel qu'il a été établi par la Commission nationale pour la réconciliation et l'indemnisation des victimes. Ce rapport a été remis au président Alassane Ouattara cette semaine par le président de la CONARIV, monseigneur Siméon Ahouana. C'est une première étape avant l'indemnisation des victimes. Comment a été établie cette liste de victimes et quel bilan fait-il du travail de réconciliation entamé il y a cinq ans ? Monseigneur Siméon Ahouana, archevêque de Bouaké, est l'invité de RFI.

    RFI : Monseigneur Siméon Ahouana, comment êtes-vous parvenu à ce chiffre de 316 954 victimes de la crise ivoirienne ? Je précise que c’est entre 1990 et 2011.

    Monseigneur Siméon Ahouana : Ce chiffre c’est très simple. C’est le recensement, la collecte et la série de données et puis nous avons créé la cellule de vérification. La vérification documentaire, appels téléphoniques et la vérification sur le terrain.

    Quels sont les faits que vous avez retenus, les critères selon lesquels vous avez dit : oui, cette personne est une victime de la crise et elle peut bénéficier d’une indemnisation ?

    Les critères sont simples. Il faut avoir des pièces pour justifier les préjudices. Et puis si tu n’as pas de pièces, alors on se réfère à des critères objectifs tels que les témoignages des chefs de communautés, des chefs religieux, des chefs coutumiers, par des témoins crédibles.

    Quel barème avez-vous défini entre les faits, par exemple meurtres, viols, etc. et les indemnisations ?

    La CONARIV n’est pas dans l’opérationnalité. Nous, on conçoit, mais c’est le ministère de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de l’Indemnisation des Victimes qui est chargé de l’opérationnalité.

    Vous ne vous occupez pas d’argent, en clair ?

    Non, non… Moi, je ne m’occupe pas d’argent.

    Où sont situées les victimes que vous avez identifiées ? Est-ce qu’il y a des endroits plus touchés que d’autres, par exemple ?

    Oui. Il y a ce que nous appelons les zones de graves violations des droits humains. Et ces zones c’est Bouaké – le centre – c’est l’ouest. Au niveau du district d’Abidjan il y a Abobo et Yopougon.

    Ça représente combien de victimes parmi les 316 000 victimes ?

    Pratiquement ces zones-là font plus des deux tiers des victimes inconnues !

    Et dans ces zones diriez-vous que la réconciliation n’est pas achevée ou bien qu’elle n’a même pas commencée ?

    Non, ce que je veux dire c’est qu’il y a encore beaucoup, beaucoup de choses à faire. On ne peut pas résoudre le problème de la réconciliation avec un bâton magique ! La réconciliation c’est un processus. Donc c’est avec le temps et avec la bonne volonté des uns et des autres, que ce soit le parti – le gouvernement – et que ce soit tous les partis politiques, il faut qu’on se mette ensemble pour que le processus aille de l’avant.

    Comment en êtes-vous arrivé à cette conclusion qu’il restait beaucoup, beaucoup à faire ?

    Eh bien cette conclusion… Il ne faut pas être un expert pour ça ! Il suffit d’ouvrir les yeux et puis de sentir les gens comme on dit, de les sentir, de les entendre parler… On voit que les gens ont encore des choses sur le cœur.

    Donc vous considérez que le travail de la précédente Commission Dialogue Vérité et Réconciliation n’a pas porté ses fruits et qu’Alassane Ouattara n’a pas suffisamment agi jusqu’à présent ?

    Non. Le président l’a dit dans son discours, il a fait sa part et il va continuer de faire sa part. Mais j’insiste sur le dialogue communautaire, le dialogue national. Je crois que le gouvernement a une large partie, mais chacun de nous, chaque Ivoirien et chaque Ivoirienne, doit jouer sa partition ! Il faut qu’on se parle !

    La présence de l’ancien président Laurent Gbagbo à la CPI, la Cour pénale internationale, bloque-t-elle d’après vous la progression de la réconciliation ?

    Il ne s’agit pas de voir les choses en termes de blocage. Je pense qu’il faut voir les choses à leur juste mesure. Je pense que nous évoluons dans le cadre de la justice conditionnelle. La justice conditionnelle dit : « Ni vengeance, ni impunité ». Bon… la justice suit son cours, mais on verra bien !

    Diriez-vous que la justice a été unilatérale jusqu’à présent ?

    … Il y a des procédures en matière de justice et tout ça et que jusqu’ici on ne juge qu’un camp. Or, la bataille s’est passée entre deux camps ! Quand vous vous battez, vous vous battez avec quelqu’un ! … Mais je crois que c’est une question de temps. Il faut laisser le temps à la justice de faire son travail dans la globalité.


    Sur le même sujet

    • Côte d'Ivoire

      Côte d'Ivoire: le désarmement mis en doute par un rapport d'experts de l'ONU

      En savoir plus

    • Côte d'Ivoire

      La Côte d'Ivoire apporte son soutien à Drogba après les accusations de fraude

      En savoir plus

    • Grand reportage

      Sauver les singes: les forêts vierges de la Côte d'Ivoire menacées par l'agro-industrie

      En savoir plus

    • Côte d'Ivoire

      Côte d'Ivoire: le suspect principal de l'attentat de Grand-Bassam identifié

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.