GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Août
Jeudi 17 Août
Vendredi 18 Août
Samedi 19 Août
Aujourd'hui
Lundi 21 Août
Mardi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Natalia Manzurova, liquidatrice à Tchernobyl

    Tchernobyl : le réacteur numéro 4 qui a explosé le 28 avril 1986. © Getty

    « Alors qu’on se souvient de la catastrophe de Tchernobyl dans le monde entier, il est paradoxal qu’en Russie, dans le pays qui a causé la catastrophe, Tchernobyl soit oublié. »

    Le 26 avril 1986, le réacteur N° 4 de la centrale nucléaire Lénine à Tchernobyl, en Ukraine, explose. L’incendie fait rage, pendant près de dix jours, et des quantités considérables d’éléments radioactifs sont projetées dans l’atmosphère, contaminant une grande partie de l’Europe. Une zone de 30 kilomètres autour de la centrale est évacuée, tandis que des milliers de « liquidateurs  et liquidatrices » - pompiers, policiers, soldats et scientifiques- se relaient au péril de leur vie, pour essayer de contenir les retombées radioactives. La radiobiologiste Natalia Manzurova est réquisitionnée pour partir « à la guerre nucléaire ». De sa voix douce, l’ancienne liquidatrice raconte comment elle est devenue « un soldat » dans la zone interdite. Un récit d’une grande violence, à l’écoute de ce qu’elle découvre et subit.  A 42 ans, Natalia sera déclarée invalide, et tentera de se reconstruire.
    L’accident de Tchernobyl est la plus importante catastrophe nucléaire de l’histoire de l’humanité.
    Au-delà des impacts les plus évidents sur la santé des populations et de l’environnement, les chercheurs ont montré l’impact de Tchernobyl sur la fin de l’Union soviétique.
    Car avec Tchernobyl, trois piliers de la légitimité soviétique s’effondrent : la toute-puissance de la science et de la technologie, la confiance dans la capacité de l’état à gérer les désastres et le culte du secret.

     
     
     
    Grand témoin : Natalia Manzurova, radiobiologiste, ONG Planète de l’espoir

    Invités
     : - Galia Ackerman, essayiste, journaliste et traductrice d’origine russe, Galia Ackerman travaille sur Tchernobyl depuis 1998.
    Elle vient de publier « Traverser Tchernobyl », aux éditions Premier Parallèle
    - Marc Elie, chercheur au CERCEC depuis 2009, Marc Elie travaille en histoire environnementale de l'Union Soviétique.


    Site en anglais sur la ville fantôme de Pripiat, la ville qui se situe à 2 km de Tchernobyl : cliquer ici

     


    Sur le même sujet

    • France / Nucléaire

      Les sols d’Alsace toujours contaminés près de 30 ans après Tchernobyl

      En savoir plus

    • Russie

      «Tchernobyl, la zone d’exclusion», la série des jeunes en Russie

      En savoir plus

    • Ukraine

      Ukraine: effondrement d’une partie du toit de l’ancienne centrale nucléaire de Tchernobyl

      En savoir plus

    • RUSSIE / NUCLEAIRE

      Ukraine : nouveau sarcophage à Tchernobyl au 26e anniversaire de la catastrophe nucléaire

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.