GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Un tanker du gouvernement dissident libyen bloqué au large de Malte

    Le navire indien Distya Ameya est parti lundi 25 avril du port de Tobrouk, Marsa al Hariga, transportant 650 000 barils de pétrole. Photo/Wikipédia

    Lundi soir un tanker transportant 650 000 barils de pétrole libyen a quitté Tobrouk dans l'est du pays, sans l'autorisation du tout nouveau gouvernement d'union nationale basé à Tripoli. Ce mercredi, l'ONU a rappelé que ces exportations parallèles étaient illégales.

    Le navire indien Distya Ameya a pris le risque de charger plus d'un demi-million de barils de pétrole à Marsa al Hariga, le port de Tobrouk, dans l'est de la Libye. Le tanker a pris le large lundi soir contre l'avis de la NOC, c'est la compagnie pétrolière nationale historique, rangée du bon côté désormais, celui du tout nouveau gouvernement d'union nationale à Tripoli.

    Un gouvernement parrainé par l'ONU et par les puissances occidentales, mais encore très fragile puisque l'est libyen ne s'y est pas encore rallié : la région de Tobrouk reste sous le contrôle d'un gouvernement laïc rival, proche du général Haftar. Ce gouvernement autrefois légitimé par la communauté internationale mais aujourd'hui dissident, continue de se battre contre les jihadistes de l'EI mais il est très endetté, d'où probablement sa tentative d'exporter en solo du pétrole depuis sa tête de pont, Tobrouk.

    La cargaison du Distya Ameya pourrait se monnayer près de 30 millions de dollars. Elle avait trouvé preneur auprès d'une société émiratie, SA Consultancy, qui affiche bizarrement des compétences dans le recrutement plutôt que dans le négoce de pétrole... Mais la première destination en Méditerranée, l'île de Malte, a refusé au bateau d'accoster. Le tanker indien s'est alors ancré dans les eaux internationales, très au large de la Libye, à quelques kilomètres des côtes maltaises – il était encore visible sur les cartes en ligne d’AIS Vessel Tracking mercredi soir.

    Fermer les yeux sur ces exportations parallèles mettrait en danger les revenus du nouveau gouvernement d'union nationale libyenne, semblaient signifier les officiels américains et britanniques. De son côté, le chef de la mission d'appui des Nations unies rappelait mercredi que les exportations parallèles étaient contraires à la résolution du 31 mars sur la Libye.

    En 2014, une tentative semblable d'exporter du pétrole en dehors de la compagnie nationale libyenne s'était soldée par l'intervention des forces spéciales américaines : elles avaient arraisonné le bateau parti à l'époque de la région de Syrte, alors que le tanker se rapprochait d'une autre île méditerranéenne, Chypre.


    Sur le même sujet

    • Libye

      Libye: le gouvernement d'union s'installe peu à peu à Tripoli

      En savoir plus

    • Libye

      Libye: une réunion à Tunis pour remettre sur pied une économie exsangue

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Le groupe EI s'en prend aux terminaux d'exportation du pétrole libyen

      En savoir plus

    • Libye

      Libye: le gouvernement reconnu veut exporter son pétrole

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.