GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Octobre
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 21 Octobre
Lundi 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Le Projet de développement inclusif et durable de l'agro-business au Sénégal

    Des ouvrières agricoles dans une rizière du Sénégal. Getty Images/Christian Aslund

    Le PDIDAS est un programme du gouvernement sénégalais lancé officiellement en juin 2014, pour une durée de six ans et pour un montant de de 43 milliards de Francs CFA. Le gouvernement du Sénégal a reçu un crédit de l’Association Internationale de Développement (IDA) de 40 milliards de francs CFA et un don du Fonds pour l’environnement mondial de 3 milliards.

    Ce PDIDAS a pour mission, de développer une agriculture commerciale et Inclusive, c’est-à-dire une agriculture qui tient compte à la fois de la petite exploitation familiale et de la sécurisation des investissements privés. Cela se traduit par des investissements dans les infrastructures (en particulier dans l’irrigation), à une assistance technique aux institutions publiques clés (en particulier les communautés rurales), et à un appui au secteur privé (y compris les petits exploitants agricoles) tout au long des chaînes de valeur de l’agro-business.

    Ndéye Coura Mbaye, coordonnatrice du Projet de développement inclusif et durable de l'agro-business au Sénégal (PDIDAS). RFI/Sayouba TRAORE

    Le PDIDAS est mis en œuvre dans des communes des régions de Louga et de Saint-Louis. Dans la région de Louga à Syer, Keur Momar Sarr et dans la région Saint-Louis à Mbane, Ngnith, Ronkh, Diama, Ndièbène Gandiol, Gandon, Fass Ngom.

    Les bénéficiaires directs sont estimés à plus de 10 000 personnes et plus de 100 entreprises en dehors des exploitations agricoles dans les zones de la vallée de Ngalam et du lac de Guiers. Plus de 65 % des bénéficiaires seront des femmes puisqu’elles constituent la principale force de travail utilisée dans les exploitations agricoles.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.