GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Au Nigeria, sabotages et avaries minent les exportations de pétrole

    Vue aérienne du delta du Niger; sabotages et les avaries se sont multipliées la semaine dernière sur les installations pétrolières. AFP PHOTO / PIUS UTOMI EKPEI

    Un nouveau mouvement indépendantiste revendique une série de sabotages des installations pétrolières dans le delta du Niger, au sud du Nigeria. Ce qui alimente le rebond des cours du brut.

    Dans la région du delta du Niger, au sud du Nigeria, les sabotages et les avaries se sont multipliés la semaine dernière sur les installations pétrolières. Les exportations du Nigeria sont au plus bas depuis plus de 20 ans. Et c’est en grande partie ce qui a fait rebondir les cours du baril au dessus des 48 dollars.

    Un nouveau mouvement indépendantiste est apparu dans le delta du Niger, The Niger-Delta Avengers (Les justiciers du delta du Niger), sept ans après la mise en sommeil du Mend : le Mouvement pour l’émancipation du Delta du Niger avait renoncé à ses actions en 2009 après l’amnistie de ses leaders et l’attribution de généreux contrats de protection des installations pétrolières. Mais le président Buhari a mis un terme à ces arrangements.

    La semaine dernière, les installations de la compagnie américaine Chevron ont subi deux explosions qui ont mis hors d’état le terminal d’exportation d’Escravos (jusqu’à 180 000 barils par jour). En février dernier, des sabotages avaient poussé la compagnie néerlandaise Shell à fermer le terminal de Forcados et en avril la compagnie italienne Eni avait condamné son terminal de Brass River.

    En tout, les actions des « Justiciers du Delta » auraient donc amputé les capacités d’exportations du Nigeria d’un demi-million de barils par jour. Si l’on ajoute les avaries techniques qui se sont également produites la semaine dernière - une fuite sur le pipeline de Shell à Bonny et l’échouage d’une plateforme de l’Américain Exxon à Qua Iboe - plus d’un million de barils par jour manqueraient à l’appel au Nigeria, ce qui ferait quasiment disparaître l’excédent pétrolier mondial, si l’Iran ne produisait pas à plein régime !

    Les expéditions de pétrole nigérian commencent déjà à manquer de l’autre côté de l’Atlantique : les Etats-Unis s’étaient remis à importer le brut léger du delta du Niger à mesure qu’ils diminuaient leur propre production de pétrole de schiste, d’une qualité semblable.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.