GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Octobre
Mercredi 17 Octobre
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 21 Octobre
Lundi 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Législatives: le président afghan Ashraf Ghani invite la population à «sortir et voter»
    • Syrie: le groupe EI libère six des 27 otages de Soueida (OSDH)

    A la Une: Katumbi condamné à 3 ans de prison ferme

    © AFP/Pius Utomi Ekpei

    Le quotidien congolais La Prospérité relate les faits sur un ton très juridique : « sur réquisitoire du ministère public qui avait requis 5 ans de servitude pénale contre Moïse Katumbi, le tribunal de Paix de Lubumbashi vient de condamner le prévenu à 36 mois de servitude pénale avec arrestation immédiate et l’a condamné aux dommages et intérêt de l’ordre de un million de dollars pour tous les préjudices qu’il a fait subir à la partie civile. […] Après une longue instruction et investigation menées tant sur les faits que sur les pièces dont se prévalait monsieur Katumbi dans le litige immobilier qui l’a opposé depuis des années à Alexander Stoupis, il s’est avéré que tous les documents en possession de Monsieur Katumbi porteraient des signatures de personnes qui étaient déjà décédées au moment et à la date dite de l’établissement desdits documents. […] Le procès s’est déroulé dans un climat de sérénité, précise encore La Prospérité et le verdict ainsi rendu, a été conforme aux exigences de la procédure. »
     
    Non, rétorque Le Potentiel. Il s’agit d’un procès monté de toutes pièces, intenté à des fins politiques. « Après l’échec patent de la rocambolesque affaire de présumés mercenaires américains à la solde de Katumbi, Kinshasa a décidé de se rabattre sur des griefs de droit commun. La stratégie a fait recette, particulièrement dans l’ex-Katanga. La majorité présidentielle s’est montrée spécialiste de montage grossier des plaintes. Le bonimenteur est resté le même, à savoir Alexander Stoupis. »
     
    Et Le Potentiel de poursuivre : « alors que le tribunal s’était donné huit jours, comme l’exige la loi, pour délibérer sur l’affaire Stoupis contre Katumbi, les juges ont créé la surprise hier à Lubumbashi en rendant le verdict dans un délai de deux jours. Cette précipitation met à nu l’intention de nuire qui se cache derrière l’action initiée contre Moïse Katumbi. Car, en le condamnant, le tribunal espère le rendre inéligible à toute élection, notamment la présidentielle 2016 à laquelle il s’est porté candidat. »
     
    Abracadabrant
     
    La presse ouest-africaine est sur la même lancée… « Condamnation de Katumbi : verdict abracadabrant, la justice congolaise assomme la démocratie », assène ainsi La Nouvelle Tribune à Cotonou. « Non seulement le régime Kabila fait pression pour l’amener à renoncer à se présenter à la présidentielle, mais il veut surtout empêcher Katumbi de rentrer au Congo. En l’accusant de spoliation, c’est aussi un manège pour décrédibiliser l’opposant dans l’opinion publique internationale, pointe encore le quotidien béninois. Seulement, cela ne marche pas à tous les coups. Au Bénin, Patrice Talon, l’actuel président est devenu plus populaire avec l’acharnement de son prédécesseur Boni Yayi à le diaboliser. Sur ce, conclut La Nouvelle Tribune, que le régime Kabila se ravise pour ne pas se transformer en direction de campagne pour Katumbi. »
     
    « RDC : Katumbi, ennemi n° 1 », renchérit Ledejely.com en Guinée. « Aucune des manœuvres menées contre l’opposant ne repose sur du solide, estime le site guinéen. Inventées de toutes pièces ou déterrées à dessein, elles sont toutes la réponse à l’impertinence dont Moïse Katumbi a essayé de faire montre en voulant contrarier les plans de Joseph Kabila. Guidées par une logique d’intimidation, ces tracasseries judiciaires visent notamment à effrayer l’opposant de manière à l’empêcher de revenir de sitôt dans le pays. Ainsi, disposant d’un champ libre, Kabila fils espère pouvoir agir à sa guise et s’offrir de fait son troisième mandat. »
     
    Le coup du Grec…
     
    « Lentement mais sûrement, le président Kabila, qui tient à rester au pouvoir, est en train de mettre hors-jeu un redoutable adversaire, pointe également L’Observateur Paalga à Ouaga. Et la stratégie semble prospérer avec ce coup du Grec qu’il vient d’infliger à Katumbi. Même si ses avocats n’ont pas reconnu le verdict et ont fait appel, que peuvent-ils bien changer à un procès à forte coloration politique. »
     
    Enfin, le quotidien Aujourd’hui, toujours au Burkina hausse le ton : « Et le peuple dans tout ça. Un peuple qu’on dit acquis, voire résigné. Et pourtant bien des peuples qu’on disait atteint de panurgisme politique, ont montré à leur dirigeant qu’ils savaient dire non. Le peuple de Congo, est-il de ceux-là, ou préfère-t-il continuer avec le jeune Kabila. »

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.