GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Femmes de djihadistes : complices aveugles ou victimes volontaires ?

    Emmanuelle Bastide et ses invités David Thomson et Matthieu Suc. RFI/Camille Nerant

    Elles s’appellent Izzana, Diane ou Soumya, et ont partagé l’intimité des terroristes en France et au-delà. Longtemps oubliées des médias et des policiers, cataloguées comme des victimes coupées du monde par un morceau de tissu, elles offrent aujourd’hui un moyen unique pour pénétrer et comprendre la sphère djihadiste. Converties, issues de l’immigration, ou même de l’aristocratie française: sont-elles victimes ou complices de leur mari ?

    - Matthieu Suc, journaliste à Mediapart et auteur de «Femmes de djihadistes», aux éditions Fayard

    - David Thomson, journaliste àRadio France Internationale (RFI), spécialiste des réseaux djihadistes. Il est l'auteur de «Les Français jihadistes», auxéditions Les Arènes et le lauréat 2014 du Prix du document de L'Express-BFM.


    Sur le même sujet

    • Appels sur l'actualité

      2. Afrique : comment traquer les djihadistes?

      En savoir plus

    • Lignes de défense

      Mali: stratégie de harcèlement des groupes armés djihadistes

      En savoir plus

    • Débat du jour

      Faut-il des centres de déradicalisation pour les djihadistes ?

      En savoir plus

    • Décryptage

      Guerre contre les djihadistes de l’EI

      En savoir plus

    Prochaine émission

    L’école peut-elle agir contre les inégalités ?

    L’école peut-elle agir contre les inégalités ?
    Des enfants à qui on lit des histoires le soir, à qui l’on transmet des règles de vie dès l’âge de 5 ans, sont déjà conditionnés par l’appartenance sociale des parents. A l’école l’institution promeut la coopération avec les parents, mais pour certains, (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.