GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Décembre
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    A la une: la tournée africaine de Benyamin Netanyahu

    © AFP/Pius Utomi Ekpei

    Le Premier ministre israélien s’arrêtera demain au Rwanda après avoir participé à un mini-sommet régional sur la sécurité et le terrorisme en Ouganda. Dans ses bagages, souligne La Nouvelle Relève à Kigali, « 80 hommes d’affaires représentant une cinquantaine d’entreprises israéliennes (…) dans les secteurs de la santé et de la sécurité ».

    Le journal anglophone New Times, au Rwanda, rappelle que le partenariat entre Tel Aviv et Kigali a été scellé il y a deux ans, avec la visite d’Avigdor Liebermann, alors ministre des Affaires étrangères. Depuis, en mars 2015, Kigali a nommé un ambassadeur en Israël, mais au-delà de cette volonté de rapprochement politique, il y a bien sûr des enjeux économiques.

    « Les échanges avec l’Afrique ne représentent actuellement que 2 % du commerce extérieur israélien, ajoute Le New Times, il y a donc une forte marge de croissance (…) et le continent est intéressé par les technologies israéliennes dans les domaines de l’eau et de l’agriculture. »

    Cette visite est en tout cas la première d’un chef de gouvernement israélien en Afrique depuis Ytzhak Rabin en 1993. Guinée Conakry Infos souligne que cette offensive diplomatique n’est pas « sans arrière-pensée politique », alors qu’Israël apparait isolé sur la scène internationale, un isolement que cette tournée africaine pourrait contribuer à rompre.

    Mais à Kampala, Benyamin Netanyahu n’a pas eu droit qu’ à des louanges. Le journal ougandais Daily Monitor revient sur le discours de Yoweri Museveni hier à Entebbe. Certes, le président a loué l’intervention des forces israéliennes lors du raid d’Entebbe en 1976, mais il a aussi évoqué le conflit avec la Palestine et évoqué une « solution à deux Etats ».

    Des Unes de journaux en noir et blanc ce mardi à Madagascar

    La presse a choisi les couleurs du deuil pour dire son inquiétude de voir menacée la liberté de la presse. Ce mardi s’ouvre la session extraordinaire du Parlement malgache, qui doit examiner le nouveau Code de la communication.

    L’article 20 de ce texte inquiète la profession ; il prévoit des peines de prison allant de deux à cinq ans en cas d’injure ou de diffamation envers tous les représentants de la puissance publique, que ce soit par des écrits, des imprimés, des dessins des gravures, des peintures et la liste n’est pas exhaustive.

    L’examen du texte avait été ajourné lors de la session ordinaire vendredi dernier mais le revoilà donc à l’ordre du jour. « Les journalistes ont crié victoire trop tôt », lance Madagascar Tribune. « L’Etat tente le forcing », estiment de leur côté Les Nouvelles de Madagascar pour qui « l’Etat fait la sourde oreille et agit sans prendre le temps de réfléchir ».

    En Algérie, c’est le 54 e anniversaire de l’indépendance ce mardi

    Et tandis qu’El Moudjahid, pour la presse officielle, relaie intégralement le message adressé à cette occasion par Abdelaziz Bouteflika, El Watan dresse la liste des dossiers qui coincent encore avec la France. A commencer par celui des archives nationales détenues par Paris depuis la fin de la colonisation.

    Seulement 2 % de ces archives ont été restituées. Le gouvernement demande « aux autorités françaises d’accélérer le travail », affirme le journal, c’est une « question de principe » pour Alger. D’autant que ces archives ne concernent pas uniquement les documents liés à la Révolution mais aussi « les infrastructures de l’Algérie, l’architecture, l’urbanisme ».

    Autre question épineuse, 54 ans plus tard, celle des disparus algériens durant l’occupation française. Ils seraient plus de 2 000 incarcérés ou retenus dans des centres d’interrogatoires français. Le travail de recensement est toujours en cours.

    L’opération « coup de poing » contre la mendicité des enfants au Sénégal

    Il en est question ce matin dans le quotidien Walf. Le journal s’est rendu au centre Guindy de Dakar où ont été accueillis 144 enfants retirés des rues. Témoignage d’une maman originaire de Diourbel... Avec son bébé et ses deux jumeaux, elle explique que depuis son arrivée dans la capitale, elle tend la main pour nourrir ses rejetons.« Avec la décision des autorités, nous espérons un avenir meilleur pour nos enfants. Ils pourront aller à l’école ».

    Mais si le gouvernement affiche sa volonté de « faire disparaitre les enfants de la rue », le journal, de son côté, insiste sur la nécessité de suivre les talibés une fois retirés de la rue. Le risque, comme le dit l’une des personnes interrogées au centre Guindy, c'est que l’opération du gouvernement ne soit en fait qu’une « opération de charme ».

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.