GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Accident de Fukushima: trois anciens dirigeants de Tepco acquittés par le tribunal
    • Polynésie: saisie de 5,5 kilos de méthamphétamine à l'aéroport de Tahiti (parquet de Papeete)
    • Afghanistan: dix morts lors d'un attentat à la voiture piégée dans le Sud (gouverneur)

    Les plantes compagnes

    Sébastien Lorriette, président de la Chambre d’agriculture des Ardennes. RFI/Sayouba Traoré

    Dans cette affaire, il y a un principe de base qu’il est important de retenir. Entre elles, les plantes ont la faculté de s’entraider, et de se protéger les unes et les autres des insectes et autres nuisibles. L’alternance et l’association des cultures consistent à faire des cultures associées à leur mutuel bénéfice. Cette technique de cultures associées est aussi appelée « compagnonnage de plantes ». La technique dite du compagnonnage, consiste à associer certaines plantes entre elles, les planter ensemble, pour leur influence bénéfique et réciproque les unes sur les autres.

    Les principales raisons d’associer les cultures :
    - Mieux profiter de l’azote puisé dans l’air par les espèces appartenant à la famille des légumineuses (haricot, pois, fève, trèfle,...) et qui est libéré dans le sol au fur et à mesure de la décomposition des racines.
    - Bénéficier de l’effet protecteur (face aux maladies) ou répulsif (face aux ravageurs) de certaines espèces. Dans les cultures associées, on veillera à ne cultiver ensemble que des espèces qui se stimulent mutuellement ou qui au moins ne se gênent pas !
    Profiter de l’influence bénéfique que certaines espèces végétales ont sur d’autres, probablement à cause de substances excrétées par leurs racines.
    - Mieux occuper l’espace en associant des espèces à cycle court et des espèces à cycle long.
    - Mieux utiliser le sol qui sera dès lors plus productif,
    - Mieux couvrir le sol de façon à le rendre moins facilement envahissable par les mauvaises herbes.
    On sait que l’ail par exemple éloigne les insectes, avec un rôle fongicide et pesticide. On peut l’associer à des cultures comme les carottes, betteraves, fraisiers et tomates. Contre-indication, il faut éloigner l’ail des choux, haricots et pois.
     

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.