GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
Dimanche 26 Mai
Aujourd'hui
Mardi 28 Mai
Mercredi 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Z. R. Z. Al-Hussein: en RDC, «il sera extrêmement difficile d’avoir un dialogue qui ait du sens»

    Zeid Ra’ad Zeid Al-Hussein, haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme. FABRICE COFFRINI / AFP

    Notre Invité Afrique de ce vendredi 22 juillet est le haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme. Zeid Ra’ad Zeid Al-Hussein a terminé jeudi, une visite de quatre jours en République démocratique du Congo, la première depuis le début de son mandat. Le haut-commissaire s’est rendu dans les Kivus, à Goma, Bukavu, pour terminer par Kinshasa la capitale. Il répond aux questions de Sonia Rolley.

    RFI : Au vu de la restriction de l’espace politique que vous dénoncez, la multiplication des violations des droits de l’homme à caractère politique, pensez-vous qu’il peut y avoir un dialogue ou même des élections crédibles dans le pays ?

    Zeid Ra'ad Zeid Al-Hussein : Je pense qu’il sera extrêmement difficile d’avoir un dialogue qui ait du sens. Un dialogue crédible ne peut se dérouler que quand toutes les parties pourront exprimer leur sentiment, sans risque de représailles ou d’être emprisonnées. Donc, même si je soutiens l’appel du président à un dialogue inclusif, il est inconcevable qu’il puisse se tenir sans que les conditions ne changent. J’ai reçu l’assurance de la part des chefs des différents services de sécurité qu’ils respectent les droits de l’homme. Et ma réponse a été que, quand je verrai dans les marchés, les rues, les différentes villes du pays, une ouverture de l’espace politique, je serai le premier à me féliciter de ces déclarations. Mais pour le moment, non, je ne pense pas que la restriction de l’espace politique actuelle permette un dialogue viable tel que requis.

    Quelles sont les mesures que vous avez recommandées aux autorités pour permettre l’ouverture d’un dialogue crédible ? Vous avez notamment évoqué la libération de prisonniers.

    Effectivement et les autorités avec lesquelles j’ai parlé ont dit qu’elles accueilleraient favorablement une liste de noms que nous allons leur soumettre. Nous nous sommes également concentrés sur un certain nombre de problèmes comme le besoin de ne pas faire un usage excessif de la force dans le contrôle de la foule et notamment l’utilisation d’armes létales. Et ils nous ont parlé d’une nouvelle réglementation sur le contrôle des masses. Comme je le dis, nous avons bien accueilli les déclarations qui nous ont été faites, mais on ne pourra réellement s’en féliciter que quand il y aura un réel changement.

    S’il n’y a pas ce changement que vous souhaitez, est-ce que vous seriez favorable à des sanctions ciblées contre des responsables des services de sécurité ?

    Je suis bien placé pour en parler puisque j’étais à la tête du comité de sanctions pour la RDC, tous les moyens, dans le respect de la loi, qui peuvent permettre de changer les comportements, doivent être envisagés. Nous aimerions plutôt avoir un dialogue positif, persuader, mais si les droits de l’homme sont violés et qu’on pense que des pressions sous forme de sanctions ciblées sont nécessaires, je n’ai aucune objection, et parfois je pense même que c’est nécessaire.

    Au mois de juin, selon l’ONU, 70 % des violations recensées dans le pays par vos services sont du fait des agents étatiques. Or on sait que la Mission des Nations unies au Congo (Monusco) collabore, coopère avec ces mêmes forces de sécurité. Si la tendance se poursuit, ne faudra-t-il pas revoir cette coopération ?

    Je comprends votre question. Je crois que ce qui est clair, c’est que les Nations unies sont soumises à la politique de diligence voulue en matière de respect des droits de l’homme. Nous attendons que toutes les composantes des Nations unies la respectent scrupuleusement et soient vigilantes dans leurs interactions avec les acteurs étatiques. C’est vrai qu’il faut qu’on soit vigilant sur le fait de ne pas être complice, ou perçu comme étant de mèche avec les auteurs de ces violations. Mais je ne peux pas parler au nom de la Monusco, mais je pense que sur toutes les opérations de maintien de la paix, ces relations doivent faire l’objet d’une attention particulière.

    Les casques bleus sont accusés au Congo depuis des mois, des années et notamment à Beni, de ne pas faire assez pour protéger les civils. Est-ce que vous pensez qu’ils doivent faire plus ?

    J’ai été avec mon cher ami, le directeur du bureau conjoint, casque bleu, il y a des années en ex-Yougoslavie, et nous avons vécu Sebrenica. Depuis, tous ceux qui ont été traumatisés par cet événement, nous croyons qu’il faut un mandat fort de protection des civils, des règles d’engagement claires et surtout l’engagement des pays contributeurs de troupes à respecter ces obligations.

    Malheureusement, et depuis de nombreuses années, ce qui arrive, c’est que les états-majors nationaux prennent le pas sur le commandement onusien, ce qui complique la tâche. J’ai vu des rapports faisant état de cette inaction des casques bleus dans la protection des civils, et c’est vraiment dommage. Ce n’est pas possible que des gens soient tués, leurs maisons brûlées et que les casques bleus ne fassent rien.


    Sur le même sujet

    • RDC

      RDC: fin de la visite du haut-commissaire aux droits de l'homme de l'ONU

      En savoir plus

    • Portrait

      Prince Zeid, Haut-commissaire aux Droits de l’homme de l’ONU

      En savoir plus

    • ONU

      Succession de Ban Ki-moon: deux candidats se détachent après un premier vote

      En savoir plus

    • RDC

      RDC: la majorité annonce des rassemblements en soutien au dialogue politique

      En savoir plus

    • RDC

      RDC: une délégation de l'opposition reçue par le groupe de soutien au dialogue

      En savoir plus

    • Appels sur l'actualité

      [Vos réactions] RDC : quelle doit être la réaction des Occidentaux ?

      En savoir plus

    • RDC

      La délégation de l'UE à Kinshasa inquiète pour les droits de l'homme en RDC

      En savoir plus

    • RDC

      Sanctions américaines contre Kanyama en RDC: les Européens prônent le dialogue

      En savoir plus

    • Invité Afrique

      Pression des Etats-Unis sur la RDC: un envoyé du département d'Etat s’explique

      En savoir plus

    • Revue de presse Afrique

      A la Une: RDC, l’union sacrée de l’opposition

      En savoir plus

    • RDC

      RDC: la communauté internationale va assister le facilitateur Edem Kodjo

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.