GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    L'Ukraine souffle les 25 bougies de son indépendance et montre ses muscles

    Parade militaire à Kiev pour célébrer les 25 ans de l'indépendance de l'Ukraine. REUTERS/Gleb Garanich

    Il y a exactement 25 ans, en plein effondrement de l’URSS, l’Ukraine, qui était la seconde république soviétique en taille et en nombre d’habitants, déclarait son indépendance, après sept décennies de domination communiste. Cet événement, à l’époque, allait accélérer la fin de l’URSS. 25 ans plus tard, cet anniversaire intervient dans un contexte émotionnellement surchargé. Deux ans et demi après la révolution de Maïdan, le pays dirigé par Petro Poroshenko est en pleine guerre dans l’est.

    De notre correspondant à Kiev,

    Le président Petro Porochenko a lancé cette journée de commémoration par un geste symbolique : il a déposé une gerbe de fleurs au pied de la statue de Taras Chevtchenko, ce grand écrivain du XIXème siècle, qui est considéré comme le « Victor Hugo ukrainien » et le père de la nation moderne ukrainienne, à l’époque de l’empire des Tsars.

    Ensuite, Petro Porochenko s'est rendu sur Maïdan, la place de l’Indépendance, où il a présidé une parade militaire sur le principal boulevard de la ville, la plus importante de l’histoire de l’Ukraine. Les répétitions elles-mêmes avaient été impressionnantes. Tous les soirs, des colonnes de tanks, de véhicules militaires, d’armements lourds avaient sillonné la ville. Et dans le contexte de la guerre qui fait rage à l’est de l’Ukraine entre l’armée ukrainienne et les séparatistes soutenus par Moscou, ce défilé avait valeur de démonstration de force, notamment pour rassurer la population sur la capacité de l’Etat de défendre sa souveraineté.

    La tension est encore montée d'un cran autour de la Crimée

    Depuis quelques jours, un regain de violence intervient dans le pays. Le Kremlin a accusé Kiev de fomenter des actions terroristes en Crimée, les rumeurs sont très fortes sur l’éventualité d’une invasion militaire russe, soit par le sud, soit une action militaire d’envergure dans le Donbass.

    Pour le moment, rien ne permet de venir étayer ces soupçons, une aventure militaire du Kremlin semble à vrai dire peu probable, mais ce qui est certain, c’est que ces derniers jours, Moscou met la pression. Il va donc falloir observer de très près la situation sur le front dans l’est de l’Ukraine. Les combats ont été extrêmement intenses cet été, ce qui n’avait pas été observé depuis très longtemps. L’armée ukrainienne a connu des pertes très élevées, et le scénario qui pourrait être plausible serait celui de provocations armées de la part des séparatistes, et donc du Kremlin, afin de renverser le rapport de force des négociations de Minsk, et de faire passer l’Ukraine pour le fauteur de troubles auprès de la communauté internationale.

    25 ans de liberté

    Beaucoup de fébrilité, beaucoup de fierté et d’émotions ont été ressenties à Kiev à l’heure de cette fête de l’Indépendance. Depuis le début de l’année, 1 300 personnes ont péri dans les combats, et la perception en Ukraine est que la guerre du Donbass n’est pas une histoire de séparatistes et de mineurs qui se soulèvent spontanément, mais qu’il s’agit depuis deux ans d’un nouvel épisode d’une guerre d’indépendance entre l’Ukraine et son voisin russe.

    En Europe de l’Ouest, les choses ne sont pas claires, mais en Ukraine on sait parfaitement que c’est le Kremlin qui tire les ficelles à Donetsk et à Lougansk. A Moscou, on n’a jamais vraiment accepté l’indépendance ukrainienne ; beaucoup de Russes considèrent l’Ukraine comme une simple province slave, et ce n’est pas un hasard si le mot que beaucoup d’Ukrainiens associent depuis plusieurs jours à cette fête nationale est le mot « liberté ».


    Sur le même sujet

    • Bonjour l'Europe

      Embellie économique pour l'Ukraine

      En savoir plus

    • Reportage France

      Portrait de migrantes: Laryssa d'Ukraine

      En savoir plus

    • Ukraine

      Ukraine: Porochenko se dit prêt à «une invasion russe»

      En savoir plus

    • Ukraine / Donald Trump

      Les liens supposés entre Trump et le Kremlin inquiètent l'Ukraine

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.