GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Juin
Vendredi 15 Juin
Samedi 16 Juin
Dimanche 17 Juin
Aujourd'hui
Mardi 19 Juin
Mercredi 20 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    A la Une: procès de la destruction des mausolées de Tombouctou, le malaise

    © AFP/Pius Utomi Ekpei

    Le procès qui continue à susciter le malaise parmi les éditorialistes de la presse malienne. Dans l’Indicateur du Renouveau, Dak rappelle que « les vrais bourreaux continuent de se la couler douce ». Et il cite des noms. « Cheikh Ag Haoussa, l’ancien bras droit d’Iyad Ag Ghaly à Kidal, qui a retourné sa veste : Mohamed Ag Moussa qui règne désormais à Ber, un fief inexpugnable de jihadistes plus ou moins repentis. Ou encore ce juge islamique dit Houka-Houka qui a ordonné des amputations. Il passe du bon temps dans son campement à quelques encablures de Tombouctou ».

    Pour Dak, « les bourreaux continuent de se bomber la poitrine dans la Cité Mystérieuse. Le verdict en vue d’Ahmad Al Faqi donne déjà le sentiment de l’arbre qui va tenter de cacher la forêt ».
     
    En République démocratique du Congo, le président du sénat boycott le dialogue inclusif et cela intrigue. « Que cache et que charrie ce boycott de Kengo? » s’interroge La Prospérité. Son analyste rappelle qu’il est un fin calculateur, un animal politique. Kengo, poursuit-il se démarque et fait monter les enchères en taxant la démarche de Kodjo de non inclusif. Parlant du respect de la Constitution, Kengo sait qu’il y a pour lui une perspective de pouvoir en cas d’échec des pourparlers.
     
    Pour Le Potentiel, l’affaire est pliée : « Kengo, c’est la légalité constitutionelle ».
     
    En clair Léon Kengo pourrait assurer l’intérim à la tête de l’Etat s’il est impossible d’organiser un scrutin présidentiel avant la fin du mandat de Joseph Kabila en décembre.
     
    « En RDC, l’histoire a tendance à se répéter, explique Le Potentiel. Dans les années 1990, à l’époque d’enlisement des résolutions de la Conférence nationale souveraine, c’est Kengo qui est venu débloquer la machine. En 2016, au moment où le dialogue s’essouffle, c’est encore lui qui pourrait être la clé de l’énigme. Bref, revoici la troisième voie ».
     
    Dans Le Potentiel toujours, « A la pompe, les prix des produits pétroliers prennent l’ascenseur. Le prix du litre de l’essence connaît une augmentation de 50 francs congolais. Les consommateurs dont le pouvoir d’achat est déjà faible risquent de vivre la pire des situations, suite aux effets d’entraînement que cette hausse peut engendrer », prévient le journal congolais.
     
    Au Burundi, les femmes n’ont plus le droit de porter des jupes trop courtes

    C’est une information de Jeune Afrique. À Bujumbura, la capitale, plusieurs cas de femmes verbalisées pour des jupes trop courtes ont déjà été rapportés alors que le projet de loi sur les violences sexuelles voté il y a quelques jours par le Sénat n’est pas encore promulgué. Car ce texte selon JA « comporte une disposition controversée sur l’interdiction des "tenues indécentes" sur la voie publique ».
     
    « À en croire certaines sources, et les images qui circulent sur les réseaux sociaux, précise Jeune Afrique, c’est la police anti-émeute, l’unité connue pour la terrible répression qu’elle mène dans les quartiers dits contestataires, qui conduisait l’opération ».
     
    La polémique sur la longueur des jupes enfle au Burundi , le ministre à l’origine du projet de loi a déclaré que cette interdiction était une invention.
     
    La Nouvelle Tribune du Bénin titre sur le dernier hommage rendu à Emile Derlin Zinsou.
     
    L’ancien président décédé le 28 juillet dernier. Dans l’allocution prononcée à la cérémonie, son neveu Lionel Zinsou, candidat malheureux à la présidentielle a fait un lien entre l’exil et le pouvoir d’Etat. « Les exilés font de grands chefs d’Etat », a déclaré Lionel Zinsou comme pour dire, analyse avec ironie le quotidien béninois « que le président Talon qui, rappelons-le, est arrivé au pouvoir après trois ans d’exil en France, sera un grand chef d’Etat ».
     
    Pour terminer un reportage sur les émigrés burkinabés au Togo dans le quotidien L’Observateur. « La plupart d’entre eux, n’ont pas eu d’autre choix que le "pawéré", autrement dit l’aventure ou l’émigration économique écrit Barbara Debout qui les a rencontré dans le port de Lomé ». On pourrait penser que le but est de remonter la marchandise à Ouagadougou, mais explique l’un des commerçants rencontrés : « Je vends ma marchandise sur place, c’est plus simple », car la douane est trop chère explique un autre. « Nos frères qui sont dans les pays européens, en Asie ou en Amérique nous envoient la marchandise. Dans les autres parcs, on ne peut pas le faire. L’avantage ici, c’est que tu payes la douane à la sortie. Donc quand tu es vendeur au sein du parc, tu n’as pas de frais. » Au Togo, comme au Burkina, l’emploi se fait rare ; cependant, a constaté la reporter de L’Observateur le port de Lomé est en recherche constante de main d’œuvre.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.