GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    «Cameron et Sarkozy savaient ce qu’ils voulaient: se débarrasser de Kadhafi»

    David Cameron s'adresse à la foule lors de son voyage en Libye en compagnie de Nicolas Sarkozy (gauche) et Mustafa Abdul Jalil (2e gauche) à la tête du Conseil national de transition, le 15 septembre 2011. ©REUTERS/Philippe Wojazer

    David Cameron revient à la Une en Grande Bretagne avec le dernier rapport des parlementaires britanniques sur l'intervention militaire occidentale en Libye en 2011.
    Le constat de la Commission des affaires étrangères est accablant : l'intervention a été basée sur des « postulats erronés » et « une analyse partielle des preuves ». Le gouvernement britannique « n'a pas pu vérifier la menace réelle que le régime Kadhafi faisait peser sur les civils et a échoué à identifier les factions islamistes radicales au sein de la rébellion ». Entretien avec l'ancien ministre sénégalais des Affaires étrangères, Cheikh Tidiane Gadio, qui s'était opposé à l'époque à cette intervention. Aujourd’hui, il préside l'Institut panafricain de stratégie.

    « Je partage entièrement l’analyse des parlementaires britanniques. (…) La France, la Grande-Bretagne, soutenus par les Etats-Unis, étaient intervenus sans stratégie globale, sans vision globale. Il y avait une sorte de focalisation sur l’élimination de Kadhafi et le résultat est là, tout à fait catastrophique. (...) La conséquence, c’est Daech qui émerge en Irak et en Syrie et également au Sahel.  Nous savions que les conséquences allaient être désastreuses pour les populations du Sahel et le Mali allait en être la première victime. (…) Cameron et Sarkozy savaient ce qu’ils voulaient : se débarrasser de Kadhafi, ils ne savaient pas ce qui allait se passer immédiatement après. (…) Pour nous, ce qui nous intéressait, c’était de voir ce qu’il restait de sain dans le régime Kadhafi, comment pouvait-on entrer en négociation avec les véritables démocrates qui cherchaient le changement et la démocratie en interne. On ne leur a pas donné cette chance. On les a orientés vers l’élimination de Kadhafi, la destruction de son régime et de son armée, comme en Irak. Le monde souffre à cause de ces décisions politiques très graves qui se révèlent être des erreurs historiques ».

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.