GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    AfricSearch, une belle idée

    Jean-Baptiste Placca RFI

    Ce jeudi 15 septembre, à Abidjan, AfricSearch, cabinet de recrutement et de conseil en ressources humaines, a célébré le vingtième anniversaire de sa création. L’événement, mérite que l’on y consacre un éditorial. Pour quelles raisons ?

    Un éditorial consacré à AfricSearch, pourquoi ?

    AfricSearch est, dans le monde de l’entreprise, ce que l’on appelle un cabinet de chasseurs de têtes. Vous recherchez une compétence particulière, un profil professionnel pointu ?... Le cabinet identifie les meilleurs candidats possibles et vous les propose. AfricSearch a été, en Afrique francophone en tout cas, le premier cabinet de ce type, créé il y a vingt ans, pour dénicher les talents africains, essentiellement recherchés par des multinationales implantées en Afrique. Depuis, les besoins ont évolué, le champ d’activités du cabinet s’est étendu, et AfricSearch travaille aujourd’hui sur et vers plusieurs nations européennes, sur et vers les Etats-Unis, et même vers l’Afrique.

    Dans l’environnement économique tourmenté qui est le nôtre, pour une entreprise, un vingtième anniversaire est, en général, la preuve d’un parcours respectable. Dans le cas présent, c’est tout simplement une impressionnante réussite. Car AfricSearch, en plus d’être une très belle entreprise, remplit aussi, de fait, une mission de service public à l’échelle continentale. Les auditeurs de RFI connaissent d’ailleurs très bien le président de ce groupe, Didier Acouétey, qui les conseille sur leurs projets d’entreprise, dans l’émission de notre consœur Emmanuelle Bastide, Sept milliards de voisins

    Les cadres africains se tournent-ils nécessairement vers leurs pays d’origine ou celui de leurs parents ?
     
    Non, justement. Et cela embellit l’idée du panafricanisme, comme l’Union africaine elle-même ne sait pas le faire. Il y a, dans le métier de chasseurs de têtes, comme l’exerce AfricSearch, une volonté de faire de l’Afrique une seule et même nation, et le bonheur des compétences que déniche ce cabinet est de servir toute l’Afrique. Peut-être faut-il préciser que Didier Acouétey, à la fin de ses études, rayonnait déjà dans un mouvement associatif, dans l’esprit de la Renaissance africaine, alors prônée par Thabo Mbeki, successeur annoncé de Nelson Mandela à la présidence de la République sud-africaine. Depuis la France, ce mouvement de la Renaissance africaine rassemblait toutes les nationalités du continent, un peu comme une Féanf des temps modernes. La Féanf [Fédération des étudiants d’Afrique noire en France] étant un mouvement estudiantin par lequel sont passés de nombreuses figures de l’élite continentale des toutes premières années d’indépendance.

    C’est probablement de la Renaissance africaine qu’est venue à Didier Acouétey et à ses camarades, l’idée de fédérer les cadres africains de la diaspora, pour aller servir l’Afrique. Cette diversité se retrouvera, dès le début, dans le champ de prospection du projet AfricSearch.

    A vous entendre, on croirait bien que AfricSearch est d’abord une entreprise militante. Est-ce vraiment le cas ?
     
    C’est d’abord une entreprise, tout simplement. Mais elle se fonde sur des convictions fortes, car tout l’enjeu du développement de l’Afrique tient aux compétences. On ne construit pas un pays prospère et épanoui avec... des demeurés. Mais le tout n’est pas d’avoir des cadres bien formés et des professionnels aguerris. Il faut savoir les repérer et les placer là où il faut, pour espérer en tirer le meilleur. Le fait d’avoir compris cela, et d’avoir, il y a vingt ans, songé à créer ce cabinet pour aller dénicher tous ces talents, est à la fois une affaire de clairvoyance et de conviction.

    Et l’on se souvient du tollé déclenché, au Bénin, par la réflexion du président Patrice Talon, déplorant auprès de François Hollande, la pénurie de compétences dans son pays.
     
    Demandez donc à un chef d’entreprise de Cotonou, de Douala ou d’Abidjan, comment cela se passe, lorsqu’il lui faut recruter une bonne assistante, et vous comprendrez quel casse-tête ce peut être de trouver simplement un peu plus qu’une excellente secrétaire, pour seconder un responsable dans la gestion de son service, tenir une réunion qui ne s’éternise pas, et en sortir avec des décisions concrètes, immédiatement applicables. Lorsque vous recherchez ce type d’efficacité, vous réalisez à quel point il est difficile d’avoir des professionnels compétents et opérationnels. Ce sont ces compétences-là qui font cruellement défaut à bien des pays. Refuser de l’admettre, c’est s’exposer au risque d’échouer dans les projets que l’on nourrit pour son entreprise, pour son pays.

    Les hommes (et les femmes) ne s’améliorent pas, s’ils se vautrent dans l’illusion d’être valables, irréprochables, juste parce qu’ils détiennent des diplômes.


    Sur le même sujet

    • 7 milliards de voisins

      Cadres sup’ en Afrique : miroir aux alouettes ou véritable chance ?

      En savoir plus

    • 7 milliards de voisins

      1. 7 milliards de voisins à Abidjan: les jeunes et l'emploi en Côte d'Ivoire

      En savoir plus

    • 7 milliards de voisins

      2. 7 milliards de voisins à Abidjan: les jeunes et l'emploi en Côte d'Ivoire

      En savoir plus

    • Invité Afrique

      Didier Acouétey, un des initiateurs du premier Forum économique Afrique-Asie

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.