GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Le Zimbabwe relance la planche à billets

    La décision des autorités zimbabwéennes de faire fonctionner la planche à billets vise à remédier au manque de liquidités. © Getty Images

    Au Zimbabwe, tous les voyants sont au rouge et la rue grogne de plus en plus contre le pouvoir du nonagénaire Robert Mugabe. La banque centrale vient de proposer une solution : l’émission de billets d’obligation qui seraient adossés au dollar américain. Le gouvernement fait tourner la planche à billet et renoue avec des méthodes qui avaient mené droit à une grave crise économique et à une inflation stratosphérique en 2008 et 2009. La mesure est décriée de toutes parts.

    Au Zimbabwe, les retraits sont désormais strictement encadrés à la banque et les files d’attente s’allongent. Le gouverneur de la banque centrale a annoncé l’émission de 75 millions de dollars en billets d’obligations sur un an pour enrayer cette crise de liquidités. Il risque d’obtenir l’effet inverse, met en garde John Robertson, économiste installé à Harare. « Cette mesure est dangereuse car si les gens rejettent ces obligations alors leurs valeurs vont plonger. Tout repose sur la confiance que les gens placent dans cette monnaie et le maintien de sa valeur. Les expériences d’hyperinflation au Zimbabwe sont trop récentes, trop de gens se souviennent avoir travaillé dur pour de l’argent qui ne valait plus rien au bout de quelques semaines. Et ils ne veulent pas du tout que cela se reproduise. »

    En 2008 il fallait débourser des trillions de dollars zimbabwéens pour acheter une bouteille de l’huile alimentaire. « Never again, plus jamais » prévient Takavafira Zhou. Il préside le PTUZ, le syndicat des enseignants du Zimbabwe. Des enseignants de plus en plus payés avec retard. « Le parti au pouvoir a eu l’arrogance d’émettre ces billets sans consulter qui que ce soit, les gens ne veulent pas de ces obligations car le dollar américain avait eu le mérite de stabiliser notre économie. »

    L’opposant Tendai Biti était précisément ministre de l’Economie et des Finances en 2009, quand le gouvernement d’union a décidé l’abandon du dollar zimbabwéen. « On ne peut pas réintroduire le dollar zimbabwéen, même en lui donnant un autre nom. Cela va faire fuir les capitaux, les gens vont garder précieusement leurs dollars américains. Ceux qui voulaient investir vont s’abstenir, les gens vont s’éloigner du secteur formel de la banque. Le déficit budgétaire représente trente pour cent du PIB, donc le gouvernement est désespéré, mais il ne peut pas se réveiller un matin et dire on imprime du papier, et ce papier vaut un dollar US. La monnaie c’est de la valeur et la valeur est générée par la production, et nous notre économie est incapable de soutenir une nouvelle monnaie. »

    Les évictions de fermiers blancs et les politiques dites « d’indigénisation » ont contribué à mettre à terre le Zimbabwe. Le pays survit en partie grâce à la résilience de ses citoyens employés à quatre-vingt-dix pour cent dans l’économie informelle.

    A (re)lire : Zimbabwe: la limitation annoncée des importations préoccupe les économistes


    Sur le même sujet

    • Décryptage

      Zimbabwe : Mugabe peut-il résister à la contestation ?

      En savoir plus

    • Zimbabwe

      Zimbabwe: le gouvernement pourrait ne plus pouvoir payer ses fonctionnaires

      En savoir plus

    • Zimbabwe

      Zimbabwe: les autorités accusées de détourner l'aide alimentaire

      En savoir plus

    • Zimbabwe

      Zimbabwe: une «journée ville morte» peu suivie

      En savoir plus

    • Zimbabwe

      Tensions au Zimbabwe: nouvelle grève générale ce mercredi

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.