GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Paris 1956 : Afrique-sur-Seine

    La photo mythique d’une grande partie des intellectuels rassemblés au Congrès des écrivains et artistes noirs de 1956, dans la Cour d’honneur de La Sorbonne. © Présence Africaine

    « Afrique-sur-Seine », c’est le nom du film du Béninois Paulin Vieyra, réalisé en 1955 sur les bords de Seine à Paris. Célébré comme le tout premier film africain, ce court-métrage raconte aussi très bien le Quartier Latin des années 50, fief des étudiants noirs venus d’Afrique et d’ailleurs. En 1956, le 19 septembre, l’Université de La Sorbonne accueille le tout premier Congrès des écrivains et artistes noirs.

    À l’initiative du Sénégalais Alioune Diop, qui dirige la revue et la maison d’édition « Présence Africaine », ce congrès va réunir pendant 3 jours toute l’élite intellectuelle noire de son époque, qu’elle soit venue d’Afrique, d’Europe, des Etats-Unis ou des Caraïbes. A la veille des indépendances, cet évènement historique va rassembler notamment Aimé Césaire, Léopold Sedar Senghor, Frantz Fanon, James Baldwin ou Amadou Hampâté Ba. Tous ensemble, ils vont débattre des cultures noires dans un contexte colonial et politique agité. Refuge des intellectuels afro-américains depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, la rive gauche parisienne est d’ailleurs surnommée la rive noire.  

    Aujourd’hui, ce bouillonnement intellectuel résonne encore dans de nombreux lieux du Quartier Latin, que ce soit dans l’amphithéâtre Descartes à l’Université de La Sorbonne, dans la librairie « Présence Africaine » située non loin ou dans les cafés et les clubs de jazz de Saint-Germain-des-Prés. Au sommet de la montagne Sainte-Geneviève, le Panthéon lui, honore la mémoire de grandes figures noires et au Collège de France, ce sont les lettres d’Afrique qui ont fait leur entrée avec la nomination, en 2016, de l’écrivain franco-congolais Alain Mabanckou à la tête de la chaire de création artistique. Enfin, des visites guidées viennent rappeler cet héritage encore bien vivant de 1956.
     
    À l’occasion du 60ème anniversaire du Congrès des écrivains et artistes noirs, suivez-nous à « Afrique-sur-Seine », là où les grands noms du monde noir se sont donné rendez-vous.
     
    Un reportage de Cyrielle Bedu réalisé avec le concours de la sonothèque de RFI
     
    Liens utiles :
    - Le site de Présence Africaine 
    - Plus d’infos sur les visites guidées du Paris Noir de Kévi Donat
     
    À Lire
    - Le 1er Congrès international des écrivains et artistes noirs : Paris, Sorbonne, 19-22 septembre 1956 : compte-rendu complet. Edition Présence africaine, n° 8-10, 1997
    - Alioune Diop, le socrate noir. Philippe Verdin. Editions Lethielleux. 2011
    - Aimé Césaire, frère volcan. Daniel Maximin. Editions Seuil. 2013
    - Le monde est mon langage. Alain Mabanckou. Editions Grasset. 2016.
     
    À voir
    - Lumières Noires. Bob Swaim. 2006
    - Afrique-Sur-Seine. Paulin Soumanou Vieyra. 1956
    - «Présence africaine» à Rome. Paulin Soumanou Vieyra. 1959.

     


    Sur le même sujet

    • Littérature/Congrès

      Renaissance: il y a soixante ans le Premier congrès des intellectuels noirs

      En savoir plus

    • Cuba: l’appel du chœur

      Cuba: l’appel du chœur

      Le 21 octobre 2018, à la Havane, sur la scène de la Cécilia, près de 500 choristes français et 250 choristes cubains ont …

    • Brixton, cœur Caraïbe

      Brixton, cœur Caraïbe

      Il y a 70 ans, en 1948, le Windrush, navire de la Marine britannique, débarquait près de Londres avec à son bord près de 500 Caribéens …

    • Reza, un oeil à part

      Reza, un oeil à part

      A l’occasion du Festival du Voyage d’Albertville, le Grand Bivouac, où il était invité pour des masterclass et des ateliers, rencontre …

    • Equateur: les Afro-descendants en marche

      Equateur: les Afro-descendants en marche

      Cette semaine, on voyage sur un chemin, long et sinueux, très loin des sentiers touristiques : celui des Afro-Equatoriens pour la reconnaissance de leurs …

    • Regards croisés sur le monde au Grand Bivouac

      Regards croisés sur le monde au Grand Bivouac

      Cette semaine, on pose nos valises et nos micros au Festival du Grand Bivouac, festival français du voyage d’Albertville qui, cette année, nous promet …

    • Jean Malaurie, une vie parmi les Inuits

      Jean Malaurie, une vie parmi les Inuits

      Rencontre avec l’ethnogéologue français né en 1922, écrivain, éditeur, explorateur polaire et ardent défenseur des autochtones …

    • Pougne-Hérisson, le «Nombril du Monde»

      Pougne-Hérisson, le «Nombril du Monde»

      « Il faut le croire pour le voir », c’est la devise de ce petit village des Deux-Sèvres, peuplé de 360 habitants, baptisé …

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.