GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    A la Une: musulmans de France, l’enquête-choc

    AFP

    Surprenante, cette enquête sur les musulmans de France à la Une du Journal du Dimanche révèle le sensible attrait d’un islam rigoriste chez les jeunes musulmans. Réalisée par l’Ifop pour l’Institut Montaigne et publiée par le Journal du Dimanche, elle surprend en effet car, en France, rarissimes sont les statistiques, les études et autres dénombrements à caractère ethnique ou religieux.

    Tabou que ce sujet ? On peut le penser, mais l'Institut Montaigne, qui est ce que l’on appelle un « think tank » à la réputation de sérieux, qui ne souffre d’aucune réserve, et qui se présente comme volontiers libéral, a osé réaliser cette enquête qui porte sur un sujet ô combien sensible en ce moment en France.

    Impossible, ici, de tout détailler de cette étude, mais, comme souligne en Une le JDD, cette enquête montre qu’« un tiers (d’entre les musulmans de France), surtout les plus jeunes, pratiquent un islam rigoriste ». L’hebdomadaire, du reste, souligne ce qu’il appelle « la rupture croissante des plus jeunes d’entre eux avec les traditions et le mode de vie français ».

    « Fallait-il réaliser une enquête sur les musulmans qui vivent en France ? », se demande Le Journal du Dimanche. Fallait-il « chercher à les dénombrer, à les décrire, à percer leurs caractéristiques et leurs aspirations, au risque de réduire en statistiques une partie de la population française en fonction de ses convictions affichées ou de ses origines supposées ? » Après avoir hésité, le JDD a répondu « oui ». Et on n’a probablement pas fini d’en parler...

    Terrorisme : la gendarmette jihadiste

    C’est histoire d’une femme qui, pendant plusieurs mois, a pu renseigner de l'intérieur de la gendarmerie, ses amis islamistes et préparer son départ en Syrie. L’hebdomadaire Le Point la raconte, sous ce titre : « La gendarmette qui voulait faire le jihad » au sein de la gendarmerie.

    Les faits remontent à trois ans. À l'époque, celle que ce magazine prénomme Élodie devient gendarme adjoint volontaire dans un peloton motorisé du sud de la France après treize semaines de formation à l'école de Tulle. Elle profite alors de sa position pour fournir des informations à des amis du milieu islamiste radical.

    « Elle est une taupe au sein même des forces de l’ordre », énonce Le Point. Le 22 octobre 2013, Élodie téléphone à une de ses amies, elle aussi gendarme, que le journal appelle Sabrina, et qui est au courant des projets de voyage en Syrie de son amie, afin de lui demander de « passer des personnes au fichier ».

    Le fichier en question est celui des personnes recherchées (FPR), « une immense base informatique comprenant plus de 400 000 fiches, dont les fameuses S pour " sûreté de l'État " », explique Le Point. Mais la jeune femme est sur écoute. « Estomaquées, les grandes oreilles vont très vite s’apercevoir qu’Élodie et son entourage sont en train d'organiser un véritable départ collectif pour la Syrie », poursuit l’hebdomadaire.

    Contactée par Le Point, la Direction générale de la gendarmerie nationale se veut rassurante, en affirmant qu'Élodie et Sabrina ne font plus partie de la gendarmerie. « Toute la difficulté consiste à différencier les personnes radicalisées, qui font courir un danger à la population, et celles qui ont une pratique rigoriste de leur religion, ce qui n'est pas interdit », se justifie-t-on à la gendarmerie, complète le journal.

    Hollande : supplice sondagier

    En baisse d’un point dans celui du JDD ce matin, à 15 % d’opinions favorables. Dans le sondage Ipsos pour Le Point, François Hollande et Manuel Valls perdent chacun trois points par rapport au mois d’août, le président chutant à 15 % seulement d’opinions favorables, et le Premier ministre à 23 %. Quant à leurs taux de défiance respectifs, ils passent à 80 % pour François Hollande, « dont 44 % d’avis très défavorables », souligne Le Point, et à 71 % pour Manuel Valls. N’en jetez plus !

    Milosevic : revanche posthume

    Le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie a innocenté l’ex-président de la Serbie Slobodan Milosevic. Ses pourfendeurs d’hier se font aujourd’hui discrets. Etant rappelé que Slobodan Milosevic, qui, en attente de son procès pour crimes de guerre présumés, était détenu à la prison de La Haye, où il est décédé le 11 mars 2006, le verdict rendu en mars dernier par tribunal pour l’ex-Yougoslavie contre Radovan Karadzic, déclare l’ancien président de la Serbie innocent.

    Dans l’hebdomadaire Le Point, Patrick Besson revoit les affiches dans Paris, représentant Slobodan Milosevic avec « les moustaches de Hitler ». Il faut dire, rappelle cet écrivain et essayiste français connaisseur de la Serbie, que Milosevic « était devenu, dans l’inconscient collectif français, un mélange de Staline et de Gengis Khan, du docteur Mabuse et de Jack l’Eventreur. Il était le Charles Manson des Balkans, le docteur Petiot du Danube. Le résultat de l’accouplement barbare et intemporel d’Attila et du comte Dracula. Milosevic était l’incarnation du Mal sur terre. »

    Très en verve, Besson rapporte « une rumeur non confirmée mais néanmoins probable, (selon laquelle) Satan aurait déclaré à l’Agence France-Presse : " J’interdis à quiconque de mêler mon nom aux agissements de Slobodan Milosevic. " Et le Centre culturel yougoslave, courageusement défendu par trois vieilles dames à lunettes, (était) pris d’assaut par quelques nervis et intellos probosniaques parmi lesquels Romain Goupil. »

    Mais ce que le chroniqueur du Point comprend, c'est que « pas un seul de ces désinformateurs, diffamateurs et autres manipulateurs de la pensée ne se dépêche pour présenter des excuses à la famille de Slobodan Milosevic ainsi qu’à son peuple. » Il faut dire, moque malicieusement Besson, que ces événements « remontent au siècle dernier, c’est-à-dire au Moyen Age. Le smartphone n’existait même pas », lance-t-il.

    Alors ? Alors « à quoi bon remuer de pénibles souvenirs ? Rouvrir des plaies ? Finkielkraut est à l’Académie, Bruckner s’est lancé dans une audacieuse défense de l’argent. »

    En revanche, ce que Le Point comprends moins est « le silence des médias : Slobodan Milosevic reconnu innocent par le TPIY dix ans après sa mort, c’est (pourtant) un scoop. » Ainsi vont la justice internationale ou celle des médias. A chacun son rythme…
     


    Sur le même sujet

    • La revue de presse des Balkans

      A la Une: Serbie, les mânes de Milošević hantent toujours le gouvernement

      En savoir plus

    • France / Terrorisme

      Terrorisme: nouvelle arrestation d’un mineur soupçonné de préparer un attentat

      En savoir plus

    • France / Terrorisme

      Menace d'attentats: un adolescent de 15 ans mis en examen et écroué

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.