GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Jeudi 23 Novembre
Vendredi 24 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 26 Novembre
Lundi 27 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Boudé par les Asiatiques, l’or grimpe grâce aux investisseurs

    L’or est trop cher en Asie et en Inde, les particuliers n’achètent pas, ils vendent leurs bijoux. DIPTENDU DUTTA / AFP

    Le statu quo de la Banque fédérale américaine pousse les investisseurs à parier sur l’or, mais en Inde et en Chine, les particuliers ne se bousculent pas pour acheter le métal précieux, devenu trop cher

    Boudé par les Asiatiques, l’or grimpe grâce aux investisseurs occidentaux. La semaine dernière le métal précieux a terminé la semaine à 1337 dollars l’once, une hausse de 2,3%. L’or peut dire merci à la Banque fédérale américaine qui a renoncé une nouvelle fois à augmenter les taux d’intérêt, le rendement des prêts étant nul pour les investisseurs, ils se réfugient dans l’or. Et c’est particulièrement le cas des Européens et des Américains, ils font leur grand retour dans le métal précieux cette année. L’or a grimpé de 25% depuis le début de l’année, il est parti pour un troisième trimestre de hausse consécutif, sa plus longue ascension depuis 2011, année de son record (1900 dollars l’once).

    Mais c’est justement son niveau de prix qui dissuade les acheteurs asiatiques. L’or est trop cher et en Inde, les particuliers n’achètent pas, ils vendent. Les agriculteurs indiens cèdent leurs bijoux pour se procurer davantage de semences. Le recyclage est tel qu’il assure la moitié des besoins de l’Inde, deuxième plus grand consommateur d’or au monde. Depuis le début de l’année, les importations ont chuté de moitié. En Chine, premier consommateur d’or de la planète, la demande est également très timide, à cause des prix élevés du métal précieux, dans un contexte de ralentissement économique. Les importations d’or ont chuté de 10% au cours des six premiers mois de l’année.

    Même l’approche des fêtes n’a pas ouvert l’appétit des deux géants asiatiques en métal précieux. Les festivals hindouistes de septembre et octobre sont d’habitude propices en Inde aux achats d’or, qui continuent pendant la saison des mariages. En Chine c’est aussi le pic des acquisitions de métal précieux entre la fête nationale, cette semaine, et le nouvel An lunaire. Mais pour l’instant aucune ruée vers l’or des Indiens ni des Chinois. A part sous forme d’investissement papier : les Chinois ont multiplié par quatre leurs achats dans les fonds ETF, adossés au métal jaune. C’est l’or « papier » des investisseurs qui tire la demande de métal précieux vers le haut. Tant que la politique de taux zéro des banques centrales se poursuivra. 

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.