GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 4 Décembre
Jeudi 5 Décembre
Vendredi 6 Décembre
Samedi 7 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 9 Décembre
Mardi 10 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Corée du Nord: «test très important» sur la base de lancement de Sohae (KCNA)

    Une grave crise alimentaire dans le bassin du Lac Tchad

    Sur le Lac Tchad. © RFI/Sayouba Traoré

    Quinze ONG internationales tirent la sonnette d’alarme sur la situation alimentaire qui affecte 6,3 millions de personnes vivant en situation d’insécurité alimentaire sévère au Nigeria, au Niger, au Tchad et au Cameroun. Parmi eux, 4,4 millions de personnes sont au Nigeria.

    Sur le Lac Tchad, le village de Kinaserom. © RFI/Sayouba Traoré

    Selon de récentes estimations de 15 organisations humanitaires, le nombre de personnes actuellement menacées sévèrement par la faim, en raison du conflit avec Boko Haram, dépasse actuellement 6 millions. Le plus souvent dans les pays du Sahel, la guerre vient aggraver une situation alimentaire déjà précaire. Pour les quatre pays qui nous préoccupent aujourd’hui, on a enregistré 2,6 millions de personnes en déplacement. Ce qui fait de la crise du bassin du Lac Tchad, la crise de déplacement la plus forte qu’ait connue l'Afrique.

    Alexandre Le Cluziat, directeur des Opérations pour la zone Afrique Centrale et Afrique de l’Ouest de l’ONG Action Contre la Faim. © RFI/Sayouba Traoré

    A ce stade, intervient un autre paramètre, l’insécurité alimentaire. Ce qui oblige à faire un récapitulatif de la situation. Au Sahel, c’est généralement une agriculture pluviale, donc tributaire de la pluviométrie. De plus, le paysan n’a pas accès au crédit et manque d’encadrement technique pour faire face aux effets des dérèglements du climat. Tout cela se traduit par une faible productivité des champs. Ce que nous venons de décrire, c’est la situation que l’on pourrait qualifier de normale. C’est déjà difficile pour les économies des familles. Et là-dessus, survient le conflit.

    Olivier Routeau, responsable des Urgences et du Développement opérationnel de l’ONG Première urgence Internationale. © RFI/Sayouba Traoré

    Invités :
    - Alexandre le Cluziat, directeur des Opérations pour la zone Afrique Centrale et Afrique de l’Ouest de l’ONG Action Contre la Faim
    - Olivier Routeau, responsable des Urgences et du Développement opérationnel de l’ONG Première urgence Internationale.

     
    Production : Sayouba Traoré
    Réalisation : Ludivine Amado


    Sur le même sujet

    • Reportage Afrique

      Ethiopie: sécheresse et crise alimentaire à Dawa

      En savoir plus

    • Priorité santé

      Crise alimentaire et malnutrition

      En savoir plus

    • 7 milliards de voisins

      Crise alimentaire et flambée des prix en Centrafrique

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.