GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
Samedi 16 Décembre
Dimanche 17 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Décembre
Mercredi 20 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Faut-il en finir avec le Franc CFA ?

    Des billets de francs CFA. AFP / SEYLLOU

    Il date du siècle dernier, et certains voudraient justement bien le voir conjugué au passé. Le Franc CFA, créé par la France de l’après-guerre est toujours d’actualité dans 14 pays d’Afrique subsaharienne. Mais il est de plus en plus contesté.
    Par ceux qui, en Afrique et au-delà, le voient comme un boulet, bien plus qu’un atout.
    Mécanisme désuet, survivance coloniale, ou encore obstacle au développement des pays. Les charges contre la monnaie commune ne manquent pas.
    Faut-il en finir avec le Franc CFA, ou ouvrir un nouveau chapitre monétaire pour les pays qui l’utilisent ? C’est le débat de ce soir.

    Pour en débattre :

    - Serge Michaïlof, chercheur associé à l'IRIS, Institut de Relations Internationales et Stratégique, ancien directeur à la Banque mondiale qui a préparé en 1994 la dévaluation du Franc CFA. Auteur du livre Africanistan, éditions Fayard.

    - Etienne Giros, président délégué du CIAN, Conseil Français des Investisseurs en Afrique, qui regroupe l'essentiel des entreprises françaises investies en Afrique
     

    Rejoignez Le débat du jour sur Facebook et participez au débat en posant votre question dans les commentaires : la plus pertinente sera posée à nos invités en direct.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.